Accueil Sport auto Silverstone: Montoya, enfin

Silverstone: Montoya, enfin

41
2
PARTAGER

Montoya_gbLe spectacle pour une fois soporifique du Grand Prix de Grande Bretagne ayant de toute évidence plongé mes comparses du Blog Auto dans un profond sommeil, je vais m’y coller cette fois pour le compte-rendu de la course (je suis un peu insomniaque).
Beau temps sur Silverstone, toutes les voitures sont sur la grille. A l’issue du tour de formation Sato-kun se trompe de bouton sur sa Playstation BAR et appuie sur « Reset » au lieu de « Amorçage de la séquence de départ », ce qui a pour effet de laisser sa voiture bloquée au milieu de la piste en fond de grille. Le départ a lieu quand même et c’est Montoya qui se glisse en tête après un départ Renaultesque depuis la seconde ligne, Alonso dans son sillage. La voiture de sécurité prend alors la piste pour un seul petit tour, le temps que Sato soit ramené au stand dont il repartira bon dernier avec un tour de retard.
Alors que Alonso se maintient à une grosse seconde de JPM qui pour une fois ne commet ni tête à queue, ni panne de cerveau, rien à signaler à part aux 6, 7 et 8ème positions, où Kimi s’impatiente derrière la Ferrari de Michael Schumacher, lui-même frustré derrière la Toyota de Jarno Trulli qui bloque le groupe telle une caravane sur la route des vacances. Malgré quelques amorces d’attaque, rien ne bouge vraiment jusqu’aux premiers arrêts, Montoya plongeant dans l’allée des stands alors que Alonso se maintient en piste pour quelques tours de plus. Lorsque l’Espagnol vient au ravitaillement à son tour, les calculettes chauffent pour savoir si il ressortira en tête, ce qu’on peut croire quand les deux voitures sont un instant côte à côte à la ressortie de Alonso mais c’est Montoya qui garde l’avantage.
Derrière, il faut se contenter du duel entre les tontons flingueurs David Coulthard et Jacques Villeneuve pour le gain de la 13ème place environ, en tout cas loin des points, pour éviter de piquer du nez (enfin, ceux qui ont bu beaucoup de café). Alors que la seconde vague de pit stops s’approche, les positions se sont clarifiées avec Montoya et Alonso à bonne distance de Fisichella et de Räikkönen qui pédale dur pour se rapprocher de sa cible Alonso, qu’il passera en piste pour le principe alors que ce dernier vient de ravitailler pour la seconde fois, avant de s’arrêter à son tour.
Les ravitaillements ne changeront pas grand chose à l’affaire sauf pour Flavio qui devient tout rouge sous son bronzage lorsque Fisico cale encore une fois lors de son dernier arrêt, laissant la troisième marche du podium à un Kimi a l’attaque, qui signe son meilleur tour lors de la dernière boucle.
Alonso creuse un peu l’écart en tête du championnat pilotes, alors que les positions se resserrent au championnat constructeurs grâce à la bonne performance d’ensemble des McLaren boys. Prochain Grand Prix à Hockenheim dans deux semaines.

Résultat final:
1 JP. Montoya McLaren
2 F. Alonso Renault
3 K. Räikkönen McLaren
4 G. Fisichella Renault
5 J. Button BAR
6 M. Schumacher Ferrari
7 R. Barrichello Ferrari
8 R. Schumacher Toyota

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Silverstone: Montoya, enfin"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Anonyme
Invité

C’est vrai que ce grand-prix était fort ennuyeux. La victoire de Montoya n’a même pas fait l’effet d’une bombe…

Invité

Ouais. Ce commentaire est d’un gout franchement douteux, monsieur l’anonyme. On aurait aussi bien pu s’en passer.

wpDiscuz