Accueil Ecologie Un filtre à particules pour les freins ?

Un filtre à particules pour les freins ?

7802
31
PARTAGER
filtre à particules pour freins

On parle souvent, à raison, des particules fines rejetées par les moteurs thermiques, essence ou diesel. Mais, on oublie qu’une voiture crée des particules (beaucoup plus) par son système de freinage ou par les pneus.

Mann+Hummel est une société allemande (*) spécialisée dans la filtration en tout genre. A Francfort, ils présentent un filtre à particules pour les freins à disque. Le souci principal de la poussière de freins, c’est qu’elle est ultra-fine.

Donc, il a fallu développer un filtre capable d’arrêter de fines particules tout en ne gênant pas le freinage. Mann+Hummel a donc développé un « coffre » qui vient se placer en aval de l’étrier de frein et récupère l’essentiel des particules à la sortie des plaquettes.

Adaptable en seconde monte

Relativement long, le filtre est prévu pour s’adapter en seconde monte sur les étriers existants sans nécessiter de changer tout le système. Un plus non négligeable qui signifie qu’il peut être installé dès à présent sur tout les véhicules roulants. Il recouvre une grosse partie du disque mais ne devrait pas engendrer de surchauffe de celui-ci.

Autre avantage intéressant du filtre à particules pour freins, cela évite le dépôt de celles-ci sur les jantes. Ainsi, on a moins besoin de nettoyer ces dernières régulièrement. le filtre est même applicable aux camions, aux trains, aux métros (gros pourvoyeurs de particules fines, surtout dans les tunnels ou stations fermées).

Par contre, reste à savoir quand il sera disponible à la vente. Et surtout, quand sera-t-il obligatoire sur tous les véhicules ? Autre point, Mann+Hummel n’indique pas si la « purge » peut être opérée facilement ni la fréquence de celle-ci.

Des précédents sans lendemain

En 2015, une jeune pousse française, Tallano Technologie, présente un projet de micro turbine. Entraînée par la rotation du disque, la micro-turbine aspire les poussières et les envoie dans un compartiment de stock.

Basée sur les droits d’utilisation de multiples brevets, la micro-turbine de Tallano a été évaluée par plusieurs constructeurs sans qu’on la voit (pour l’instant ?) en production.

Pneus et freins sous-estimés

Pour rappel, en France, on considère qu’un véhicule moyen rejette 30 mg/km de particules fines liées aux freins. Par comparaison, un moteur Euro 6b est théoriquement limité à 4,5 mg/km.

Les pneus sont une autre source importante de particules fines, de par leur abrasion et celle du revêtement routier. Au total, freins et pneus représentent environ 41% des particules dues au trafic routier en Ile de France contre 55% pour les moteurs diesel (voitures et camions confondus).

(*) Filterwark Mann+Hummel GmbH a été créée en 1941 à Ludwigsburg en banlieue de Stuttgart, par Adolf Mann et Dr. Erich Hummel.

Source et illustration : Mann+Hummel

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Un filtre à particules pour les freins ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ART
Invité

Espérons que ça soit aussi le cas pour les trains, métros, bus, camions etc…

Christophe
Invité

Petit rectificatif Thibaut : « Par comparaison, un moteur Euro 6 est théoriquement limité à 5 mg/km. » il faudrait écrire : Par comparaison, un moteur Euro 6 diesel ou essence id est théoriquement limité à 5 mg/km. Il n’y a pas de limite pour les moteurs essence non id.

Par contre, je vous félicite de parler des vrais problèmes et pas de les sous estimer ou de les écarter comme sur d’autres sites (avec propre ou nature dans leur nom).

versdemain
Invité

Et tout cela est connu depuis 2012 par airparif…
https://www.science-et-vie.com/galerie/les-pneus-les-freins-et-l-usure-des-routes-emettent-presque-autant-de-microparticules-que-le-diesel-5662
et aucune norme ou contrainte législative dans les tuyaux de l’Europe donc les constructeurs ne vont donc pas l’intégrer dans leurs véhicules puisque cela n’apporte rien pour le conducteur (l’acheteur) mais seulement pour la population locale (cynisme de rigueur).

GREG
Invité

@christophe : les particules sont bel et bien limitées sur TOUS les moteurs essence, peut importe leur système d’injection. Il n’y a pas de discrimination prévue par le legislateur. Simplement le problème des particules est plus spécifique aux moteurs à injection directe qui en rejettent jusqu’à 5 fois plus qu’un moteur atmosphérique.

Christophe
Invité
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32012R0459&from=EN ANNEXE 1 renvoi 2 : « Les limites concernant la masse et le nombre de particules pour l’allumage commandé s’appliquent uniquement aux véhicules équipés de moteur à injection directe. » Donc seuls les moteurs à essence id (allumage commandé par opposition à allumage par compression) sont bien concernés par ces limites. Donc le législateur a bien fait une discrimination. Donc les filtres à particules vont se généraliser sur les moteurs essence à injection directe pas sur ceux à injection indirecte (dont certaines hybrides). Faut-il que je vous remette des liens vers l’ADAC pour montrer que certains dépassent déjà allégrement les valeurs… Lire la suite >>
Christophe
Invité

Le problème c’est « quasi tous les moteurs actuels ». Par exemple chez PSA :
– 108 : ils sont tous non id, 1 l Toyota et EB2 82 PSA,
– 208 : le EB2 69 et 82 n’y est pas,
– 308 : idem pour le 82,
pour moi cela fait finalement la majorité des ventes de ce constructeur (3 marques).
Chez Renault : aucun sur la twingo, clio il faut monter au 120 ch pour avoir un id, donc même constat.

Rowhider
Invité

Il est certain que le problème des particules fines est très complexe à régler: on tape sur les véhicules, mais le chauffage fuel, bois, charbon est un poids lourd dans le domaine. Les revêtements rugueux sur les routes, participent à la donne également: à moins de faire voler les moyens de transport…
On pourrait commencer par mettre des freins magnétiques sur les voitures, ça irait de paire avec les véhicules électriques.

seb
Invité

Est ce que ça irait vraiment de paire?
Aujourd’hui les voitures récupère de l’énergie au freinage, est ce que c’est possible avec des freins magnétiques? Sans faire de recherche, je vois plus le frein magnétique comme consommateur d’énergie que comme générateur d’énergie donc ça n’irait pas dans le sens de l’autonomie, qui est aujourd’hui un des freins à l’adoption de l’électrique. Je pense qu’il faudra attendre d’améliorer l’autonomie pour voir arriver ce genre de système sur des voitures électriques.

Rowhider
Invité

Un frein magnétique est généralement un moteur électrique placé en mode dynamo: c’est la même chose. Il existe aussi des freins actionnés par des Electro-aimants, mais aucun intérêt s’il faut continuer à serrer des disques.

wizz
Membre

Le frein dit magnétique est en réalité un ralentisseur, fonctionnant sur le principe d’auto-induction, courant de Foucault, qu’on trouve sur les poids lourds, autocars…. L’énergie cinétique est alors dissipée sous forme de chaleur et non transformée en électricité utilisable ultérieurement

versdemain
Invité

Oui cela porte même un nom commercial… il s’agit de l’hybridation électrique légère de toutes les voitures neuves qui pourrait être rendu obligatoire (rêve).
Sur des toyota ou petite suzuki j’avais lu que cela engendre un petit surcout de 800 euro à 1300 euro sur le prix de la voiture neuve. Mais cela apporte aussi une économie sur la consommation de carburant car l’énergie récupéré au freinage est réutilisé dans les km suivant pour les phases d’accélération. Idéal pour les voitures en ville qui alterne l’un et l’autre…

seb
Invité
Comme quoi on ne s’attaque pas encore aux plus gros pollueur avec Euro 6. On a toujours l’impression qu’on tape sur les voitures alors qu’on ne fait rien contre les industries et là on nous apprend qu’en faite ce sont les freins et les pneus (je ne pensais pas que ça produisait des particules) qui en produisent le plus et pour qui on ne fait rien. Encore que pour les pneus ils doivent travailler dessus puisque si les pneus tiennent plus longtemps c’est qu’ils s’usent moins et donc produisent moins de particule. Je suis quand même septique sur ce système… Lire la suite >>
GREG
Invité

« (je ne pensais pas que ça produisait des particules) ». Ben si, et c’est pire sur les véhicules électriques. L’autre solution serait de mettre tout le monde sur des freins à céramique, là le problème est quasiment inexistant.

seb
Invité

Ce sont les carrossiers qui vont être content si on passe tout le monde en frein céramique. ^^
Je n’ai jamais testé mais d’après les retours que j’en ai c’est limite dangereux quand les freins sont froid.

Paul
Invité

J’en ai sur ma Porsche , c’est le top , chaud ou froid,
Et en plus , Cela ne dégage aucun poussière de plaquette.
Mes jantes sont toujours propre

labradaauto
Invité

c’est un problème de santé qui est évoqué avec cette option qui va s’avérer très vite indispensable, obligatoire.
Une personne avale environ 60kg de poussière dans sa vie. Si on ajoute les causes professionnelles souvent, la vie dans le métro, les passage dans les tunnels etc… ces gens là ne vont pas vivre le temps qu’on nous annonce à rallonge avec les recherches médicales sur la gérontologie

wpDiscuz