Accueil Crossovers Essai Lexus NX 300h : Ecolo des beaux quartiers

Essai Lexus NX 300h : Ecolo des beaux quartiers

227
22
PARTAGER

Dans le segment des SUV compacts premium, on peut exister sans parler allemand. Lexus s’évertue en tout cas à le prouver avec son nouveau NX 300h. Décalé, fiche technique eco compatible, Will.I.am pour souligner son image moderne et accompagner son lancement. Sur le papier tous les ingrédients de la réussite dans le monde d’aujourd’hui semblent au rendez-vous. Nous nous sommes rendus en Autriche dans la région de Vienne pour en prendre le volant.

Style extérieur

Le Lexus NX 300h fait un drôle d’effet dans la rue. En le voyant passer, tout ce qui roule dans son périmètre vieillit visuellement de 15 ans d’un coup. Tout d’abord son regard, avec cette massive calandre et ses yeux full LEDs. Son profil ne fait pas non plus dans la discrétion, à l’image de ses épaulements pour le moins marqués, se finissant sur un arrière dans le même registre. À vrai dire, on croit carrément faire face à un concept car de salon, échappé de son stand. Cela ne manque pas pour autant d’identité maison, puisque l’avant reprend l’air de famille qu’on retrouve sur toutes les nouvelles Lexus. Il faut dire que face à la concurrence allemande dans ce segment premium, les façons de se démarquer ne sont pas si évidentes. De ce point de vue là, le contrat semble rempli, le NX ne passe pas inaperçu. On laissera chacun juger de la pertinence de ce design pour le moins clivant.

Lexus_NX300h-14

Style intérieur

L’intérieur apparaît en revanche plus classique, ou disons plus en accord avec ce que Lexus fait habituellement. La profusion de commandes sur cette planche de bord au design de vaisseau spatial donne un air résolument futuriste et technologique à l’ensemble. L’habitacle apparaît moins austère que certains de ses concurrents, sans sacrifice sur la qualité perçue. Toutefois, il faudra un temps d’adaptation pour savoir comment tout cela fonctionne, et notamment s’accoutumer au genre de trackpad dont on doit se servir pour naviguer dans les menus de l’ordinateur de bord. Étrangement, face à cette débauche de gadgets high-tech, l’écran multifonctions apparaît bien minuscule.

Lexus_NX300h-20

Une fois installé, on retrouve ce qu’on aime dans un SUV, la position de conduite surélevée et l’importante hauteur sous plafond. On apprécie particulièrement l’assise, qui donne une impression de confort immédiate dès qu’on se pose dans le siège. On démarre alors le moteur… enfin nous mettons simplement le contact, car notre modèle hybride se montre capable de rouler sur sa seule propulsion électrique, que l’on peut forcer en pressant un bouton EV. La chaîne de traction se compose de deux blocs, un thermique essence de 155 ch et un électrique de 143 ch (un second sur l’essieu arrière de 68 ch en déclinaison 4X4) pour une puissance effective maximale de 197 ch. Un chiffre qui colle plus à la réalité, là où certains constructeurs additionnent simplement les chiffres.

Châssis, confort et comportement

Dans la pratique, on décolle quasiment systématiquement, suivant la charge de la batterie, en douceur. Mais jamais longtemps puisque dès 40 km/h le moteur classique prend immédiatement le relais, de façon presque imperceptible. Dès lors, rouler sans utiliser une goutte d’or noir se limite aux zones 30 des cœurs de ville. L’intérêt nous semble donc limité, d’autant plus que l’autonomie ne dépasse pas 3 km. Mais le mode automatique permet de lisser surtout les démarrages et les ralentissements, les phases moins douces la plupart du temps en voiture.

Lexus_NX300h-5

Avec ou sans le mode sport (qui force la marche combinée des deux moteurs pour privilégier la performance), une fois hors des agglomérations, le thermique se fait entendre lorsqu’on le sollicite. Cela notamment à cause de la boîte CVT qui garde le moteur dans les tours entre deux rapports virtuels. On préférera alors pousser le son de l’excellente installation audio Mark/Levingston pour oublier le « moulinage » sous le capot. Les performances n’apparaissent pourtant absolument pas ridicules, avec un 0 à 100 km/h en 9 secondes et une vitesse de pointe bien suffisante pour faire perdre votre permis deux fois par heure. Simplement, comme sur les hybrides Toyota en général, la transmission invite à une conduite apaisée, et pas à la vérification des chiffres de la fiche technique. Dans ces conditions, le NX 300h remplit parfaitement sa tâche, bien aidé par son châssis taillé pour le confort, et prêt malgré tout à une conduite plus dynamique, mais pas dans sa version 300h. Au chapitre des consommations, nous avons constaté un 6 litres sans forcer, et au-delà des 10 litres en étant en retard.

Conclusion

C’est pourquoi on a hâte de prendre le volant d’une version essence 200T de plus de 200 ch associé à une boîte automatique conventionnelle. On pense que cela transfigurera sans aucun doute l’agrément de ce nouvel NX. En outre, en termes de tarifs à équipements équivalents, le crossover nippon se montre toujours moins cher avec peu de recours aux options, dès 40 000 euros. Même si on associe Lexus à l’hybride, force est de constater que sur ce segment sans réelle concurrence (il n’y a guère que l’Audi Q5 hybride) avec ce modèle, on invite le constructeur à vite réfléchir à une version hybride plug-in. En effet aujourd’hui d’autres autorisent désormais des autonomies de plusieurs dizaines de km, à des vitesses supérieures à celles d’un vélo. Ne boudons pas le NX à cause de sa version 300h, car avec des motorisations conventionnelles, il vaudra le détour. Lexus ne cache d’ailleurs pas son ambition de grossir ses ventes globales en Europe grâce à lui, sur un marché où la fantaisie semble exclue.

+Look
Intérieur
Confort
Très faible autonomie électrique
Transmission CVT

 

Caractéristiques
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne 16 soupapes +
Moteur électrique
Cylindrée2494 cm3
Puissance197 ch
Couple210 Nm @ 4200 tr/mn
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesAutomatique CVT
Châssis
Freins4 disques ventilés
Jantes et pneus235/65 R17
Performances
Vitesse maximale180 km/h
0 à 100 km/h9,2 sec
Consommation
Cycle urbain5.3 l/100 km
Cycle extra-urbain5.1 l/100 km
Cycle mixte5.2 l/100 km
CO2121 g/km
Dimensions
Longueur4630 mm
Largeur1845 mm
Hauteur1645 mm
Empattement2660 mm
Volume de coffre555/1600 Litres
Réservoir56 litres
Masse à vide1715 kg

Crédit photos : Pierrick Rakotoniaina/le blog auto

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai Lexus NX 300h : Ecolo des beaux quartiers"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité
C’est assez ridicule de critiquer le NX sur sa faible autonomie, la cinematique toyota a montrer son efficacité en performance suffisante, en fiabilité très bonne, pour des prix acceptables. (inversement à une DSG VW, voir plus bas) Après faire une audi A3 etron au même prix que le NX pour rouler qq kilomètres en électrique avec une voiture de 1580 kilos, Toyota peu aussi le faire, mais sur un trajet de 1000 km, la Toyota aura consommer moins que l’A3, bizar non? Car l’A3 consomme 8 litres (en réel) quand la batterie est vide à trimballer 250 kilos de pack… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Vu que les hybrides sont la plupart du temps dépourvues d’intérêt sur longs parcours, je ne suis pas sur que prendre un exemple ou on parcours « 1000 kilomètres » soit le meilleur. Il vaudrait mieux choisir un cycle urbain. Et puis bon, les consos sur cycle, pour ce que c’est représentatif de toute façon…

En tout cas, qu’une Audi au nom idiot consomme un peu plus qu’une Prius + n’est pas si surprenant. Vu que l’une est annoncée à 204 Cv et l’autre à 136 Cv. Ca justifie aussi le prix supérieur, d’ailleurs.

MINI_Stig
Invité
Je ne pensais pas qu’on pouvait être taliban « Toyota Hybride » !! O_o Sinon : « La chaîne de traction se compose de deux blocs, un thermique essence de 155 ch et un électrique de 143 ch (un second sur l’essieu arrière de 68 ch en déclinaison 4X4) pour une puissance effective maximale de 197 ch. Un chiffre qui colle plus à la réalité, là où certains constructeurs additionnent simplement les chiffres. » => C’est assez réducteur comme vision, puisque tout le monde n’utilise pas la même technologie, certains utilisent des moteurs « en parallèle » et d’autres « en série », ce qui fait que pour… Lire la suite >>
Axone
Invité

La puissance électrique s’évalue sur la puissance de la batterie.

Invité

Pas taliban. Mais faut mettre les choses a leurs places. Tt ceux qui essaient ces voitures adorent. Seuls bcp de journaux detestent. Et aussi le NX est testé en hybride avec de mauvais commentaires. Mais y a aussi d autres moteurs dont personne parle.

pcur
Invité
Il faut arrêter de dire que la presse dit forcément du mal des hybrides et le problème de l’effet mobylette n’a lieu qu’avec la technologie Toyota. Si elles étaient si extraordinaire que cela ne pense tu pas que leur ventes seraient supérieures ? car en Europe (c’est un peu différent aux états unis) leurs ventes sont très modestes et là seule véritable réussite commerciale est la Yaris hybride. Il faut dire que leur consommation ne sont convaincantes qu’en ville, je ris à chaque fois quand on voit sur les forums dédié à la Prius, les ridicules concours de consommation où… Lire la suite >>
TNZ
Invité

pcur > Les chiffres de conso donnés pour les Prius … c’est sur un plein et pas sur 3 kilomètres dans des travaux.

miké
Invité

Niveau design il est parfait, très très beau. Mais est ce qu’il est légal du point de vue des contrôles techniques, vu toutes les parties saillantes Sur la face avant… Je me demande les notes du choc piéton.

Verslefutur
Invité
« Mais jamais longtemps puisque dès 40 km/h le moteur classique prend immédiatement le relais, de façon presque imperceptible. Dès lors, rouler sans utiliser une goutte d’or noir se limite aux zones 30 des cœurs de ville. L’intérêt nous semble donc limité, d’autant plus que l’autonomie ne dépasse pas 3 km » Pour les personnes qui savent conduire une hybride, ces affirmations sont fausses. Sur ma simple Prius 2 de 2009 donc moins perfectionnée que la gamme Lexus , nous pouvons dépasser les 50 km/h en électrique. En ayant le pied léger, certaines parties de routes départementales peuvent se faire en électrique,… Lire la suite >>
TNZ
Invité
Complément d’informations : Soyons précis, avec une Prius 2 on peut monter jusqu’à 72 km/h en électrique en étant juste avec le pied droit. Les règles du calculateur sont nombreuses ainsi que les paramètres qui font démarrer le thermique. Le gros défaut de l’article est d’essayer d’expliquer l’utilisation du HSD au travers d’habitudes, de sensations et de ressentis de voitures classiques avec embrayage, boite de vitesse, tout ça. La montée de rapports, la fourniture du couple et de la puissance ne se passent pas du tout de la même façon dans un HSD. Les fondamentaux des sensations à bord sont… Lire la suite >>
Kaizer Sauzée
Invité

J’ai beaucoup de mal avec le design chez Lexus, et encore plus avec ce NX 300…
Trop torturé et un effet « plastique » qui ne fait vraiment pas haut de gamme. Limite tuning. Je ne lui trouve aucune « classe ». Trop « m’as-tu-vu ».

Geoff
Invité

Tu l’as vu en vrai pour dire cela. Je suis monté dedans et je n’avais pas du tout envie d’y sortir

wpDiscuz