Accueil Essais Essai : Mitsubishi Space Star, le chameau nippon

Essai : Mitsubishi Space Star, le chameau nippon

304
21
PARTAGER

La Mitsubishi Space Star (présentée sous le nom de Mirage au Mondial 2012) est la nouvelle « Global Small Car » de la marque aux diamants. Bien loin des Pajero, Outlander ou ASX, la Mitsubishi Space Star se veut l’héritière de la Colt et doit permettre à Mitsubishi d’augmenter ses volumes mondiaux de ventes.


Un concentré technologique

Pour le lancement de sa Space Star, le constructeur nippon met en avant le concentré de technologies qui permet à la voiture de revendiquer le sobriquet de « chameau » tellement elle est sobre. Et si c’était la première vraie alternative essence aux urbaines diesel ?

Sous une robe plutôt basique se cache beaucoup du savoir-faire de Mitsubishi en matière automobile. Le but ? Assurer des consommations de carburant très faibles. Pour cela, le nerf de la guerre est bien entendu le poids que Mitsubishi contient à seulement 845 kg à sec (!!). Pour arriver à cela, le constructeur a utilisé des aciers à haute résistance, ainsi qu’une optimisation de l’espace.

La voiture est compacte (3,71m seulement) mais très logeable, tant à l’avant qu’aux places arrières. Côté poids, elle gagne 120 kilogrammes par rapport à la Colt et devance bon nombre de ses concurrentes directes. Mitsubishi a également soigné l’aérodynamique de la Space Star pour diminuer encore la consommation via une forme étudiée (Cx de 0,27) mais aussi des protections de soubassement pour perturber le moins possible le flux d’air.

Deux moteurs trois cylindres

Grâce à ce poids très réduit, la Space Star peut se contenter de petites motorisations. Deux nouveaux moteurs essence trois cylindres sont disponibles. Le premier de 1 litre de cylindrée développe 71 chevaux et 88 Nm de couple, le deuxième cube 1,2 litres et sort 80 chevaux pour 106 Nm.

Au niveau pêche, les moteurs ne sont évidemment pas des foudres de guerre, mais ce n’est pas vraiment ce qui leur est demandé. Le 1,0 l met 13,6 secondes pour passer de 0 à 100 km/h quand le 1,2 l met 11,7 secondes pour atteindre la barre fatidique. En revanche avec des vitesses de pointe largement au-delà des limitations, aucun souci pour aller sur autoroute.

Et ces moteurs ont d’autres qualités. Le son du trois cylindres est très flatteur à l’oreille et rappelle certaines productions anglaises de motos (Triumph, etc.). Le trois cylindres est également plus coupleux dans les bas régimes. Enfin, bonne surprise en soulevant le capot moteur puisque tout y est facilement accessible.

La conduite

Sur la route, la sobriété de la Space Star est réelle. Lors d’un petit concours de consommation sur 76 km, nous avons réussi à ne consommer que 2 litres aux 100 km. Cela n’a évidemment pas valeur scientifique mais faire 2 litres aux 100 km en essence sur un parcours mixte est plutôt agréable. En conduite « normale », la consommation reste bluffante, surtout en ville où elle ne dépasse guère les 5 l/100km. De ce point de vue là, la mission est réussie pour Mitsubishi.

En revanche, la Space Star ne peut cacher par certains aspects ses objectifs « mondialistes ». Les suspensions sont souples pour s’adapter aux routes que l’on peut rencontrer dans différents pays. Il en résulte une prise de roulis prononcée mais qui ne pénalise tout de même pas la tenue de route. Même équipée de pneus à bas coefficient de frottement, il est difficile de prendre en défaut cette Space Star. Pour arriver à cela, il y a le poids très contenu bien sur et l’inévitable ESP qui corrige le caractère naturellement sous-vireur de la petite traction.

A l’intérieur

L’équipement de la Space Star est plutôt complet et comprends des équipements de sécurité – comme l’ABS, l’ASC, l’anti-patinage, l’aide au freinage d’urgence, une pléthore d’airbags – mais également certains que l’on retrouve habituellement sur des niveaux de gamme plus élevés comme l’aide au démarrage en côte. Selon les niveaux de finition (3 pour la France), la Space Star disposera de vitres électriques à l’arrière (à l’avant de série sur tous les niveaux), de climatisation manuelle, caméra de recul (malgré une implantation discutable) ou automatique, démarrage sans clé, etc.

Le maintien des sièges avant est très satisfaisant et la garde au toit est excellente. Les grands gabarits se sentiront bien à leur aise à l’avant. Seul le volant réglable en hauteur mais pas en profondeur pourra gêner pour trouver la bonne position de conduite. A l’arrière, si le volume est correct, la banquette très plate manque de maintien latéral. Le coffre d’un bon volume (235 litres) permet de loger des bagages cabines (ou des sacs de courses bien entendu). Débarrassé de sa tablette, il permettra de mettre des objets plus volumineux grâce à sa vitre très verticale.

Conclusion

L’impression globale est satisfaisante, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le style est « passe-partout » (certains diraient quelconque) et assez similaire à certaines concurrentes comme la Nissan Micra mais il n’est pas déplaisant. A l’intérieur, pas de surprise, vu le prix serré de la Space Star il ne faut pas s’attendre à des plastiques moussés. Toute fois les assemblages sont bons et le dessin là encore n’est pas désagréable.

+Rapport prix/équipement
Espace habitable
Consommation très basse en essence
Bruit moteur flatteur
Matériaux intérieurs
Image peu « glamour » dans cette catégorie
Certains détails (caméra de recul, capot moteur, etc.)

 

Gamme et prix
1,0l MIVEC Version ‘IN’9 690 €
1,0l MIVEC AS&G version ‘Invite’10 890 €
1,2l MIVEC AS&G version ‘Intense’13 990 €

 

Caractéristiques de la version essayée (1,2l MIVEC Stop&Go Intense)
Moteur
Type et implantation3 cylindres en ligne, avant
Cylindrée (cm3)1 193
Puissance (ch à tr/mn)80 à 6 000
Couple (Nm à tr/mn)106 à 4 000
Transmission
Boîte de vitessesmanuelle à 5 rapports
Transmissionaux roues avant
Châssis
Suspension AVbarre stabilisation type Mc Pherson
Suspension ARMulti-bras
Directioncrémaillère à assistance électrique
Nombre de tours de volant3,48
FreinsDisques ventilés (avant) et disques pleins (arrière)
Performances
Vitesse maximale (km/h)180
0 à 100 km/h (secondes)11,7
Consommation
Cycle urbain (l/100km)4,8
Cycle extra-urbain (l/100km)3,7
Cycle mixte (l/100km)4,1
CO2 (g/km)96
Dimensions
Longueur (mm)3 710
Largeur (mm)1 665
Hauteur (mm)1 490
Réservoir (litres)35
Volume de coffre (litres)235
Poids à vide (kg)845

Assemblée dans l’usine Thailandaise de Mitsubishi, cette Space Star est donc plus un achat de raison que de passion. Mitsubishi France est plutôt conservateur dans ses objectifs de vente puisqu’ils ne visent que 1 000 unités au travers des 140 points de ventes de la marque. Vu les qualités intrinsèques de la Space Star ces objectifs devraient être atteints.

[zenphotopress album=14837 sort=random number=10]

Crédit photo : T. Emme / Le Blog Auto

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Essai : Mitsubishi Space Star, le chameau nippon"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Membre

J’allais demander ce que vous trouviez de mal à l’implantation de la caméra de recul, mais il a fallut que je vois deux photos de l’arrière hayon refermé et voir le petit bouton d’herpes pour comprendre 😉

Membre

Bein disons qu’au début je me suis contenté de lire le texte (pour une fois, faut-il s’en plaindre lol) et c’est en allant voir de plus prêt que j’ai vu de très prêt 😉

C’est dommage car autant une caméra de recule c’est rare sur une citadine, autant ils l’ont très mal intégrée

wizzzzzz
Invité

qu elle est laide !!!!!!!!!

Membre

Non, elle n’est pas moche, elle a juste un physique difficile !

Et dire que le concept car annonciateur (Mitsubishi Global Small Concept) était plus réussi :

http://www.mitsubishi-motors.ca/fr/concepts/global-small/

http://www.autoevolution.com/news-g-image/geneva-2011-mitsubishi-global-small-concept-live-photos/47028.html

juuhuu
Invité

@shooby: merci pour les liens, le concept est superbe, ligne tendue et belles proportions. Et la, à nouveau, le résultat réel est une cata, y a que quelques idées de repris, tout le reste a été jeté…
Et que dire de l’immonde pustule en guise de caméra de recule… N’imp

Horg
Invité

Toujours plus jolie qu’une 208

Khris
Invité

Vachement pompée sur la micra!!!

Philippe
Invité

Je ne sais pas si les rédacteurs sont pro-diesel ou s’ils apprécient de troller, mais il va falloir ouvrir les yeux sur la réalité des consommations des essences ET des diesels.
Un diesel en ville ça surconsomme, alors qu’une 106 de 97 avec un petit 1.1l 60ch, en ville c’est 6l/100km …

wpDiscuz