Accueil Essais Nous avons testé pour vous : le stage de pilotage Twingo Renault...

Nous avons testé pour vous : le stage de pilotage Twingo Renault Sport

64
4
PARTAGER

L’option à 1€… Coup publicitaire classique en période de promotion, il revêt un aspect sympathique chez Renault Sport. En effet, au lancement de la Twingo RS, il consistait en un stage de pilotage sur circuit. Nous avons testé pour vous la dernière session, sur le circuit de Lohéac.

Arrivé sur le circuit, une vingtaine de Twingo RS attendent le coup d’envoi en rang d’oignon. Venues de divers département, elles ont été amenées par leurs propriétaires et bénéficiaires de l’offre. Une occasion de savoir quelles couleurs se vendent. En proportion à peu près égales du rouge, du noir et du gris bleuté. Aucune bleu ou grise…

Tout commence, comme chaque stage de pilotage, par un briefing. Le discours étant officiel, il est un brin influencé par la folie radarisante ambiante. Mais il est responsable sans être moralisateur, plutôt un bon point. Les responsables marketing ont fait leur boulot de placement, si bien que Pierre Bellemare pourrait être embauché pour certaines phases de la présentation « large gamme d’accessoires ». Mais le principal n’est pas oublié, à savoir les bases du pilotage. Freinage et trajectoires en particulier, puisque tout le monde ou presque sait accélérer correctement. De la théorie sur les transferts de masses qu’il est bon de rappeler avant de prendre la piste, même si quelques phrases feront bondir les pilotes, de propulsion en particulier (« en cas de survirage, freinez à fond, les aides de Twingo RS s’occuperont de tout pour vous sauver la mise »). Ne jouez surtout pas à cela au volant d’une BMW 2002 turbo. Y’en a qui ont essayé…

Vient le temps de prendre la piste. Tout commence par un bref atelier de position des mains sur le volant. Un slalom à basse vitesse, le moniteur, vous surveillant et donnant des instructions au talkie. Histoire de garder une prise en mains décente quelles que soient les circonstances.

Suit un atelier freinage, excellente leçon pour se mettre à l’aise avec la Twingo RS (que je n’avais jamais conduite auparavant). Déjà, cela permet de jauger le moteur à l’accélération. Comme l’écrivait Pascal lors de son essai, la poussée n’est pas impressionnante à bas régime. Il faut vraiment tirer le moteur dans les tours pour en tirer la quintessence. Idéal sur circuit, moins sur route d’où le manque d’agrément incriminé alors. Puis au freinage, bien évidemment. Le jeu est d’écraser la pédale dès l’entrée du chenal de quille. Premier passage, on n’ose pas trop. Deuxième passage, on y va à bloc et on apprécie l’efficacité, ainsi que la stabilité, plutôt bonne. Six ou sept passages après, une fois qu’on a vraiment pigé le truc, il est temps de passer au peaufinage de trajectoire.

Une épingle et six quilles : deux pour l’entrée, deux pour le point de corde et deux pour la sortie. Evidemment, c’est beaucoup plus facile quand tout est fléché ainsi ! Sur le reste du parcours de liaison, rien n’est indiqué et il faut bien quelques tours avant de commencer à être efficace sur ces autres virages « nus ». Au final, on arrive à prendre l’épingle impeccablement ou presque et les autres virages, comment dire… Un peu moins, même si on progresse à chaque tour.

Il est alors temps de passer aux choses sérieuses. La Twingo du moniteur ouvre la marche. L’autre moniteur est passager de ladite Twingo. Et chacun son tour a droit à un tour de manège avec conseil par talkie. Derrière cette Twingo rapide, on soigne ses trajectoires avec bien plus d’efficacité qu’en y allant au pif. Et pendant que ce sont les autres qui ont droit aux conseils avisés, libre à vous de tourner derrière, en vous amusant comme un petit fou. Assurément le meilleur moment du stage !

Et le bouquet final, me direz-vous ? Il s’agit d’une petite série de tours, en passagers des pilotes moniteurs qui vous embarquent à fond les gamelles. Génial, distrayant, secouant et porteur d’humilité. C’est en effet à cet instant précis que vous jugez tout le parcours qui vous reste à faire pour atteindre le niveau d’un vrai pilote…

En effet, ce n’est pas en un stage d’une après-midi qu’on apprend à piloter. Le principal grief de ce stage est d’être trop court, en particulier de ne pas laisser plus de tours de circuit pour les propriétaires de Twingo RS. C’est toutefois une bonne prise en mains de la voiture, qui permet de voir qu’il est possible de faire ce qu’on veut du châssis de la plus petite des Renault Sport. Cela peut également donner envie de piloter de nouveau sur circuit, ce qui est l’occasion pour Renault de tenter de vendre quelques journées Renault Sport Experience. La formule à 1€ étant désormais terminée, Renault Sport propose maintenant en option les stages Renault Sport Driving. Un programme sur une journée, dans le même esprit que celui auquel nous avons assisté (mais donc un peu plus long). Le programme détaillé, le calendrier et les tarifs arriveront en janvier 2010, pour des premières sessions en mars. Il semble en tout cas que l’initiative soit globalement réussie et bien dans l’esprit de la Twingo RS : s’amuser en sécurité et à faible prix.

Nos vidéos (stage et interview du moniteur) :

http://www.dailymotion.com/swf/video/xapctb
Stage en Twingo RS – Circuit de Lohéac
envoyé par leblogauto.
http://www.dailymotion.com/swf/video/xapcm2
Interview de Dominique Depons, de PowerCom
Notre Galerie :

234808234815234821234827234830234836234842234845234848234851

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz