Accueil Cabriolet Essai Opel GT: what’s my name? (1/3)

Essai Opel GT: what’s my name? (1/3)

76
5
PARTAGER

Aux Etats-Unis, la Pontiac Solstice s’est offert le luxe de dépasser l’indétrônable Mazda MX-5. En Europe, par contre, sa cousine Opel GT connait une carrière confidentielle. Est-ce une injustice? Est-elle une authentique tueuse de Miata?

Il faut se souvenir qu’il y a exactement 20 ans, Opel était un constructeur à la mode. La Corsa, la Kadett et plus tard, l’Astra, la Vectra et la Calibra correspondait exactement aux gouts de la clientèle.

Avec 1,3 millions de voitures, Opel/Vauxhall avait 10,7% du marché Européen. Il pointait même devant Volkswagen (hors Audi, Seat et productions extra-Européennes.)

20 ans plus tard, sa gamme est passé de 5 à 10 modèles. Opel/Vauxhall n’étaient présents que dans l’Europe des 12 et aujourd’hui, ils s’attaquent à l’Europe de l’est, à l’Afrique du Nord et même à l’Asie.

Pourtant, en 2008, Opel n’a vendu que 1,4 millions de voitures. Soit une croissance moyenne annuelle ridicule. Il est vrai qu’en 1988, 6 ensembles (Fiat, Ford, GM, PSA, Renault et VAG) pesaient 85% du marché Européens. Depuis, Coréens et Japonais sont passés à la vitesse supérieure et les généralistes sont désormais menacé par des constructeurs premium qui descendent en gamme.

Pour résister, Opel a sans aucun doute manqué d’audace. En terme de véhicules de niche (hybride, monospace, roadster, SUV…), ils furent les derniers à sauter le pas (la Calibra étant l’exception qui confirme la règle.) Pire: à chaque fois, Opel le faisait en rebadgant le véhicule d’un autre (cf. Frontera/Isuzu Rodeo, Agila/Suzuki Wagon R+, Sintra/Chevrolet Sintra, etc.)

Revenons à l’Opel GT. Sa ligne dégage une impression de muscles. Long capot, habitacle repoussé très à l’arrière, porte à faux inexistants, flancs larges… C’est une interprétation en réduction des codes classiques des roadsters US (Shelby Cobra, Viper, Corvette, etc.)

Au moins, lorsque l’on compare aux autres roadsters vendus en Europe, impossible d’accuser Opel d’avoir copié untel ou untel.

Le soucis, c’est que comme on l’a dit plus haut, Opel use et abuse du rebadgage pour ses véhicules de niche. Ainsi, l’Opel GT est en fait la jumelle de la Saturn Sky (aux logos près.)

Une Saturn Sky qui dérive elle-même de la Pontiac Solstice:

Puis il y a la Coréenne G2X de GM-Daewoo:

Par contre, la Vauxhall VX Lightning de 2003 n’a pas été produite en série.

Le problème est qu’à ce niveau de gamme, l’acheteur a également des critères irrationnels comme l’image de marque ou l’exclusivité. Et là, d’emblée, l’Opel GT se disqualifie auprès de la plupart d’entre eux.

184707184711184714184717184720184723184726184729184732184735

A lire également:
Essai Opel GT: vendredi, 16h55 (2/3)
Essai Opel GT: Fast & Furious (3/3)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz