Accueil Cabriolet Essai Opel GT: Fast & Furious (3/3)

Essai Opel GT: Fast & Furious (3/3)

305
35
PARTAGER

Contact! (avec le pied gauche sur l’embrayage, sinon, ça ne démarre pas.) Voyons ce que l’Opel GT à dans le ventre! Ca tombe bien, car le retour des beaux jours incite à rouler décapoter.

L’Opel GT ne vous laisse pas choisir: c’est 4 cylindres 2,0l turbo, un point c’est tout! Alors que la Saturn Sky a droit à une version atmo.

Pour les pilotes:
La spécialité de l’Opel GT, c’est le dragster. Avec 264ch, 353Nm et 1,4t, ça part fort! La zone rouge est à 6 500 tours/minute, mais le couple est disponible dés 2 500 tours/minute. Dommage que la boite n’ait que 5 vitesses et qu’Opel ne propose pas de palettes au volant. Et le bruit du moteur n’est guère mélodieux.

L’ESP intervient à tout bout de champ, même à un rythme du type « essai d’Auto-Moto par Anthony Beltoise ». Donc, si vous voulez profiter du moteur, il faut obligatoirement le déconnecter.

Propulsion, la GT aime évidemment le drift. Encore qu’avec sa zone rouge très basse (6 500 tours/minutes), son levier au plancher et son volant trop gros pour être tenu d’une main, on se retrouve facilement bloqué au rupteur.

184777184780184783184786184789

Pour les autres:
Avec son porte-à-faux arrière réduit et sa direction bien assistée, la GT se gare partout. C’était L’avantage.

En ville, elle est si large qu’elle se retrouve à l’étroit dans les petites rues. On est si bas que dans certains parking souterrain, il faut sortir du véhicule pour pouvoir attraper un ticket! Et pour rappel, une fois décapoté, le coffre est inutilisable.
L’embrayage est dur (euphémisme.) A moins d’avoir des mollets de coureur cycliste, impossible de coller l’embrayage en attendant le feu vert.
De plus, avec ses jantes de 18 pouces, sa suspension raide et ses baquets en béton, vous sentirez le moindre mégot par terre (ou presque.)

Sur autoroute, capoté, vous êtes victime de nombreux bruits aérodynamiques. Quant au chauffage, il est très symbolique lorsque l’on roule décapoté.

Conclusion:
L’Opel GT est une bonne deuxième voiture. Elle est idéale pour une journée portes ouvertes sur un circuit, pour une petite promenade sur cette départementale un peu sinueuse près de chez vous ou pour croiser l’été sur le front de mer…

Par contre, au quotidien, elle est impraticable. Une Mazda MX5 170ch est nettement plus polyvalente. Surtout, en 2009 et à 31 400€, on ne peut pas pardonner une telle présentation.

Plus généralement, elle offre les caractéristiques d’une Américaine (solutions techniques basiques, départs façon dragster, finition légère…), le badge en moins. Trop typée, intégrée dans la gamme au chausse-pied, la GT n’a que peu à voir avec reste de la gamme Opel.

184792184795184798

A lire également:
Essai Opel GT: what’s my name? (1/3)
Essai Opel GT: vendredi, 16h55 (2/3)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz