par Elisabeth Studer

Global Bioenergies / Shell réunis pour le développement de carburants routiers bas carbone

Global Bioenergies et Shell vont collaborer pour développer et tester des carburants routiers à faible teneur en carbone.
Une annonce qui intervient quelques jours après que l’Union européenne se soit accordée en interne pour fixer l’objectif de 2035 pour bannir la commercialisation de véhicules neufs thermiques sur son territoire. Une contrainte majeur qui pourrait être assouplie via la mise en place d’une clause de revoyure en 2026. Laquelle pourrait entrouvrir la voie à des carburants moins polluants.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Première phase : évaluation de nouveaux concepts

La première phase de l’accord établi entre Global Bioenergies et Shell consistera à évaluer de nouveaux concepts basés sur des composants d'essence à indice d'octane élevé dérivés de matières premières biosourcées.

Les deux entreprises mèneront une étude conjointe afin d'identifier et de développer des méthodes de fabrication permettant de produire les molécules nécessaires à la création de composants à indice d'octane élevé.

L'accord prévoit également une période d'exclusivité pour poursuivre le développement de ces concepts innovants.

Le thermique a encore « un rôle à jouer »

Selon Marc Delcourt, Directeur Général de Global Bioenergies, si l'adoption des véhicules électriques continue de progresser, « il est clair que les moteurs à combustion interne auront encore un rôle à jouer pendant de très nombreuses années ». Il estime ainsi que « l'avenir du transport routier repose sur un mix énergétique maximisant le rôle des ressources décarbonées et dans lequel les biocarburants seront essentiels. ”

Sources : AOF, Global Bioenergies

Pour résumer

Global Bioenergies et Shell vont collaborer pour développer et tester des carburants routiers à faible teneur en carbone.


Une annonce qui intervient quelques jours après que l’Union européenne se soit accordée en interne pour fixer l’objectif de 2035 pour bannir la commercialisation de véhicules neufs thermiques sur son territoire.
Une contrainte stricte sur laquelle le commissaire européen Thierry Breton a toutefois semé le doute en appelant à la mise en place d’une clause de revoyure en 2026.
Laquelle pourrait assouplir les contraintes fixées aux constructeurs en autorisant de nouveaux carburants moins polluants.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.