Credit Photo - DLR (CC BY-NC-ND 3.0)
par Thibaut Emme

C'est quoi cette MPM Erelis bizarre ?

La pollution aux particules fines dues aux freins et aux pneus est désormais largement prépondérante par rapport à celle issue de l'échappement de nos voitures. L'agence aérospatiale allemande s'est associée à HWA, département compétition de Mercedes pour présenter un prototype à base de MPM Erelis !

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

L'aventure MPM Motors s'est terminée en eau de boudin mais visiblement certaines voitures ont été rachetées pour servir de laboratoire roulant. Le "Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt" (alias Centre allemand pour l'aéronautique et l'astronautique) a décidé de s'attaquer à la pollution des freins et pneus. Ainsi est née la ZEDU-1 ou Zero Emission Drive Unit - 1. La voiture a les arches de roue entièrement carénées pour aspirer un maximum de particules fines.

Encore plus cocasse, l'Erelis est ici électrique. Un passage que n'avait pas fait en série MPM Motors. Mais deux véhicules 100% électriques avaient faits partie des lots vendus lors de la liquidation. Est-ce l'un de ceux-ci qui a été utilisé par DLR et HWA ? Sans doute.

Capter les particules au moment de l'émission

L'idée de la DLR est de supprimer les freins de l'intérieur des jantes. Désormais, les freins sont directement liés au moteur électrique et surtout, baignent dans un bain d'huile. HWA a sans doute mis à contribution son expérience en Formule E pour maximiser la régénération électrique de la voiture. Ainsi, les freins ne sont sollicités qu'en cas de très fort freinage. Et comme ils sont dans un bain d'huile, les particules d'abrasion restent dans ce fluide.

Il est alors pompé et filtré en permanence pour éliminer au fur et à mesure les particules fines. Comme les freins sont aussi très peu sollicités, ils sont plus petits et plus compacts. La ZEDU-1 possède aussi un freinage inductif. Connu depuis très longtemps, cela utilise les courants de Foucault. Très courant dans les bus, camions, on l'appelle souvent le "Telma", mais c'est une antonomase puisque c'est le nom de la société "Techniques ÉLectro-Mécaniques de l'Aveyron" qui commercialise de tels systèmes.

Quant au carénage des roues, cela sert à créer une dépression à l'intérieur. La voiture aspire littéralement les particules d'abrasion des pneus et de la route. Ainsi, la voiture "nettoie" la route et évite surtout la remise en suspension dans l'air des particules déjà tombées au sol.

Une efficacité démontrée

Les premiers tests routiers ont été faits à la fin septembre et ils démontrent l'efficacité du système. En-dessous de 50 km/h, toutes les particules sont éliminées. Au-dessus, les particules des freins sont toujours intégralement captées, mais du côté des particules des pneus, c'est 70 à 80%, ce qui est déjà très bien.

La prochaine étape va être d'industrialiser les solutions en travaillant avec les constructeurs. HWA ayant été partie prenante dans le prototype ZEDU-1, on peut penser que Mercedes avec sa gamme Mercedes EQ 100% électrique sera l'un des premiers à les installer. En plus, caréner les roues peut permettre d'améliorer l'aérodynamique des voitures et ainsi abaisser les consommations. Ah par contre on ne verra plus les jantes 22 pouces, c'est certain.

 Concernant les freins, d'autres solutions ont été présentées comme des mini-aspirateurs au niveau des plaquettes pour capter les particules. C'est le cas de la société française Tallano Technologies qui propose des plaquettes rainurées et reliées à une pompe qui va aspirer les particules fines avec sa solution TAMIC.

Source : DLR

Pour résumer

L'agence spatiale allemande s'est associée à HWA (filiale compétition de Mercedes) pour créer un prototype sur base de MPM Motors Erelis électrique.

Leur but ? Capter les particules de frein mais aussi des pneus et de la route pour baisser voire quasiment annuler les émissions de particules fines des voitures hors échappement.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.