Accueil F1 Le Qatar fait son entrée au calendrier de la F1

Le Qatar fait son entrée au calendrier de la F1

0
2
PARTAGER
Qatar

Le Moyen-Orient et le Golfe Persique s’offrent désormais une belle tournée de fin de saison. Après Bahrein, présent depuis 2004, Abu Dhabi, présent depuis 2009, et l’arrivée de l’Arabie Saoudite avec le tracé urbain de Jeddah, le Qatar rejoint le calendrier dès cette année, et pour du long terme.

Moto et F1 !

Le circuit international de Losail au Qatar organisera son tout premier Grand Prix de Formule 1 du 19 au 21 novembre, le pays devant accueillir le 20e événement de la saison 2021. Cette édition inaugure la signature d’un contrat supplémentaire de 10 ans pour accueillir la F1 à partir de 2023. Le circuit qatari est surtout connu pour accueillir la MotoGP depuis 2004. D’ailleurs, Losail rejoint le Red Bull Ring, Portimao, Barcelone, Silverstone et le COTA d’Austin dans le club des tracés accueillant les deux grands championnats. Ooredoo, la société de communication internationale, sera le sponsor titre de l’événement. Le Qatar vient ainsi combler le vide laissé par l’annulation du grand prix d’Australie de Melbourne.

Evidemment, les déclarations officielles sont convenues : le président et chef de la direction de la F1, Stefano Domenicali, a salué les efforts de la Qatar Motor & Motorcycle Federation (QMMF) et des autorités qataries pour aider à organiser le Grand Prix dans un court délai, insistant sur la capacité de la F1 à s’adapter et à proposer son calendrier à rallonge, peu importe les plaintes des équipes : « Nous sommes très heureux d’accueillir le Qatar au calendrier de la Formule 1 cette saison et à plus long terme à partir de 2023 (…) La fédération et les autorités du Qatar Motor & Motorcycle ont été incroyables et se sont déplacées à grande vitesse pour garantir que la course puisse avoir lieu cette saison sur le circuit de Losail, célèbre pour beaucoup comme hôte du MotoGP (…) Nous avons montré que nous pouvons continuer à nous adapter et il y a un énorme intérêt pour notre sport et l’espoir de nombreux endroits d’avoir un Grand Prix. L’énorme effort de toutes les équipes, de la F1 et de la FIA a permis de livrer un calendrier de 22 courses, quelque chose de très impressionnant au cours d’une année difficile et dont nous pouvons tous être fiers.

Abdulrahman Al-Mannai, président de la Qatar Motor & Motorcycle Federation, a déclaré : « C’est un jour très spécial pour Qatar Motorsport et les ambitions de notre nation en tant qu’hôte d’événements sportifs majeurs (…) Je suis très fier que nous ayons pu soutenir la Formule 1 en intervenant et en organisant une course dans notre pays dans un laps de temps aussi court, tout en concluant un accord à long terme révolutionnaire avec la F1.

« Cet accord passionnant signifie que le Qatar sera le foyer de la Formule 1 et du MotoGP pour la prochaine décennie, qui sont les événements phares du sport automobile mondial. Nous avons une fière histoire dans le sport automobile (sic !) et c’est le prochain chapitre pour nous. Le Qatar sera une excellente destination pour la F1 et nous sommes impatients d’accueillir très bientôt tous les pilotes, équipes, médias et fans. »

Soft power

Ce grand prix permet donc au Qatar de poursuivre sa stratégie d’influence et de « soft power » via l’organisation de grands évènements, dans la foulée de la coupe du monde FIFA de 2022. Une manière aussi de concurrencer le grand rival Saoudien, qui use de la même stratégie et organise son propre grand prix cette année pour la première fois.

Evidemment, avec l’arrivée simultanée de l’Arabie Saoudite et du Qatar au calendrier, on ne peut pas dire que la démocratie à l’occidentale gagne du terrain dans le calendrier ! Ce n’est pas nouveau d’ailleurs. Le Grand prix d’Espagne a fait son apparition en 1967 sous le joug du franquisme, le grand prix d’Argentine s’est perpétué sous la dictature militaire et le grand prix d’Afrique du Sud au temps de l’apartheid, ce qui suscitait déjà de vifs remous médiatiques à l’époque. Mais le business a toujours été plus fort, sans blague ! On pourrait aussi remonter aux JO de Berlin en 1933 ou à la Coupe du monde 1934 en Italie puisqu’on y est.

Un tracé convenu

La piste en soi est ultra moderne et propose un tracé « tilkien » respectant les canons modernes, avec les longues lignes droites interminables, les enchaînements à angles serrés et les larges dégagements asphaltés. On est presque sur un mix entre Bahreïn et Abu Dhabi.

Losail possédait déjà une licence FIA ​​Grade 1, ce qui signifiait que c’était une option viable pour accueillir un Grand Prix cette année à court terme au milieu de la pandémie continue de Covid-19. La piste n’a pas été refaite depuis 2004, cela devrait signifier une bonne adhérence et des niveaux d’abrasivité élevés en ce qui concerne l’usure des pneus.

Quant aux estimations, la F1 attend une vitesse moyenne de 237 km/h en qualifications. En termes de temps au tour, les calculs suggèrent 1m22,5s pour les qualifications et 1m28,6s pour la course, qui durera 57 tours.

Bon, Dubaï, vous faites quoi là ?

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le Qatar fait son entrée au calendrier de la F1"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Hmm, je dois dire que je connais pas du tout ce circuit, j’espère qu’il tiens plus de Barhein que d’Abu dhabi

Thibaut Emme
Admin
Un mauvais Tilke. Pas de relief, des enchaînements artificiels avec des courbes à rayon changeant, et surtout on court avec des lampadaires… Bon, après, on a eu droit à un GP de Sochi totalement fou pour la première fois du circuit…alors pourquoi pas un Losail fou fou fou ? Si j’ai bien compris, les 10 ans signés ne limiteraient pas à Losail et il se dit qu’un circuit pseudo urbain pourrait exister. Sinon, Spa aussi va accueillir (de nouveau) F1 et MotoGP l’an prochain (d’où des modifs à gauche en haut du raidillon). La Moto y allait en 1990 (un… Lire la suite >>
wpDiscuz