Accueil Audi Nouvelles Audi RS3 : drift à 400 chevaux

Nouvelles Audi RS3 : drift à 400 chevaux

0
41
PARTAGER
Audi RS3 2022

Ah l’Audi RS3. Venue après la S3. Fantasme de plein de jeunes cadres dynamiques et de bandits de grand chemin. La revoilà dans sa nouvelle version.

Commençons par ce qui va immanquablement diviser : son look. Comment passer à côté du bouclier de cette nouvelle Audi RS3 (RennSport) sans tomber dans les deux énormes trous béants ? On est loin de la discrétion de la première version de 2011. L’effet est accentué par la calandre noire (mat ou brillant) et non chromée. On ajoute les feux avec un fond sombre et le tableau est complet à l’avant pour une énorme bouche prête à avaler : les kilomètres, les piétons, les autres voitures, au choix. On notera dans la version Matrix LED le drapeau à damier intégré aux feux (ou R, S, 3…). Drapeau à damier que l’on a déjà vu du côté de Renault Sport (ce n’est pas le seul clin d’œil à la concurrence).

Pour l’arrière, cela dépendra si vous la prenez en Sportback (5 portes) ou en Berline 4 portes cette nouvelle RS3. La 5 portes et la 4 portes ont un style en commun avec les feux à LED à la signature lumineuse complexe et un bouclier avec une fausse sortie d’air sur tout le long. Il est souligné par deux sorties d’échappement intégrée dans une partie basse noir laque. En revanche, la berline se distingue par un plutôt discret béquet de malle de coffre quand la Sportback a une casquette de toit. Evidemment, de profil elles sont différentes.

Noir et couleur

A l’intérieur, noir c’est noir, mais c’est plein d’espoir. Les instruments sont affichés via un écran de 12,3 pouces. On y dispose des forces g, temps au tour, accélérations sur différentes distances ou vitesses, mais aussi un affichage de passage de vitesse à la couleur changeante (en version manuelle) pour indiquer le moment idéal du changement de rapport. L’infodivertissement passe par un écran tactile de 10,1 pouces de diagonale avec évidemment le « RS Monitor », qui affiche les températures du liquide de refroidissement, du moteur et de l’huile de transmission, ainsi que la pression des pneus. On notera un affichage tête haute.

Le tableau de bord utilise de la vraie fibre de carbone et non un ersatz en plastique. Les sièges Sport RS sont avec surpiqûres, disponibles en option en cuir Nappa, avec surpiqûres RS nid d’abeille. On peut les choisir noir brillant, rouge ou vert ! Comme présenté sur les photos, on peut choisir un pack RS Design vert ou rouge qui mettent plein d’éléments intérieurs dans la couleur choisie. De quoi l’accorder à la carrosserie extérieure.

Cinq cylindres TFSI de 400 chevaux

Mais bon, venons-en à ce qu’il y a sous le capot moteur et sous le châssis. La nouvelle Audi RS3 reste fidèle au moteur à cinq cylindres TFSI. Le 2.5 TFSI développe 400 chevaux pour un couple qui atteint désormais 500 Nm. Surtout, il est désormais accouplé à une boîte de vitesse à double embrayage et à sept rapports qui transmet la puissance aux quatre roues.

Le 0 à 100 km/h se fait en 3,8 secondes et la RS3 peut aller jusqu’à 290 km/h en pointe. Le couple de 500 Nm est disponible sur une plage de régime moteur allant de 2250 à 5600 tr/min. Un vrai diesel… La vitesse de pointe est limitée électroniquement à 250 km/h. Mais en option Audi déverrouille gentiment jusqu’à 280 km/h et même 290 avec le pack RS Dynamic.

La nouvelle Audi RS 3 est le premier modèle Audi équipé de série d’un différentiel arrière actif. A la place du différentiel placé sur l’essieu arrière, on a désormais un embrayage multidisque à commande électronique pour chaque arbre d’entrainement à l’arrière. Cela permet de répartir le couple de façon optimale sur les deux roues arrière (le RS Torque Splitter).

De l’esbroufe, et des perf

Cela permet aussi de faire « des drifts contrôlés sur des circuits fermés ». Clin d’œil à la Ford Focus RS. Le différentiel possède plusieurs modes dont certains spécifiques au circuit et adapté aux pneus semi-slicks en option : confort, auto, dynamic, RS Individual, et efficiency.

Les suspensions avec un système de soupapes sont spécifiques à la RS3, de même que le carrossage plus important. Pour les amortisseurs, on peut les prendre en option avec le contrôle adaptatif. La direction spécifique là aussi est progressive avec un rapport de démultiplication qui varie en fonction de l’angle de braquage. En gros, plus on tourne et plus la direction sera directe.

Pour freiner le tout, Audi a mis des étriers six pistons sur disque acier ou céramique. De série, ce sont des disques acier mais en option, on peut choisir des disques céramique 380 mm à l’avant. Dix kilogrammes de moins sur la balance, et en masse non suspendue. Cela améliore l’agilité forcément. Pour la coquetterie, on peut choisir les étriers en rouge au lieu de noir avec les freins acier, ou des étriers gris, rouges ou bleus avec les disques céramique.

Chères options

Coquetterie toujours, les nouvelles Audi RS3 sont disponibles en deux couleurs RS exclusives : Vert Kyalami et Gris Kemora. On peut choisir le toit de la sedan en noir brillant comme sur les photos. On ajoutera dans les nombreuses options, la possibilité d’avoir des éléments extérieurs en polymère renforcé de fibres de carbone.

Enfin, le TFSI est homologué dans cette version 400 chevaux pour une consommation en cycle mixte WLTP à 88 – 8,2 l/100 km. Cela donne des émissions de CO2 de 201 – 188 g/km (Normes NEDC). Le malus CO2 devrait donc ajouter plus de 10 000 € au prix de la bestiole.

Parlons prix. Les nouveaux modèles RS 3 seront lancés à l’automne de cette année. Le prix de base de la RS 3 Sportback est fixé à partir de 70 000 euros, tandis que la RS 3 Berline est disponible à partir de 71 000 euros. Les commandes seront ouvertes mi-août.

Notre avis, par leblogauto.com

Moins discrète que l’Audi S3, la nouvelle Audi RS3 est aussi largement plus « méchante » en termes de performances sur le papier. Elle déroge un peu aux canons habituels des RS qui ont plutôt une « exubérance discrète ». Cette Audi RS3 s’attaque à la Mercedes-AMG A 45 S 4MATIC+ et ses 421 chevaux 4RM affichée à 70 699 € en prix de « base ».

Comme chez AMG, les options feront vite grimper la note. Le prix de la performance et du style sans doute. Chez BMW pour le moment, (en attendant la M2 ?), il faut se « contenter » d’une M240i xDrive avec « seulement » 374 chevaux à partir de 59 900 €.

Poster un Commentaire

41 Commentaires sur "Nouvelles Audi RS3 : drift à 400 chevaux"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jdg
Invité

Joli jouet qui a enfin de la gueule.
Mais le prix aïe 80k€ avec malus de base « seulement »…..
Pourquoi ne pas avoiyfait une petite hybridation afin d’eviter le malus et en plus c’est bien à la mode ?

SGL
Invité

Je ne pense pas que c’est un modèle fait pour être vendu en masse, la simple présence est là comme faire-valoir pour le reste de la gamme.
Il faut trouver l’amateur de sportives qui a beaucoup d’argent, car face à un muscle car elle n’est pas donnée.
… et tout le monde n’a pas non plus un réseau de trafic de cannabis prospère.

AXSPORT
Invité

D’où l’intérêt de ne pas vendre uniquement qu’en Europe de l’Ouest……

😢

SGL
Invité

Quels sont les autres marchés où elles pourraient mieux se vendre !?

SGL
Invité

« -1 » … Merci pour la réponse argumentée 😉

Klogul
Invité

usa par exemple

SGL
Invité

Oui peut-être, un marché de niche…

Klogul
Invité

Niche pas trop… je pense que ca ce vends pas si mal

Akouel
Invité

Ya pas, elle impressionne ! Bon l’avant est too much pour moi (peut être peut on contraster le contour de calandre pour calmer l’avant?), mais j’aime bien les ailes gonflées, et ouvertes, le genre de détails qui me plaît ! L’arrière est étonnamment bien plus sage que l’avant, et l’intérieur est très sympa ! Le prix est…très Audi, mais elle a l’air bien affûtée techniquement cette RS3 ! J’aime bien la Sedan pour ma part ^^

Allez, on attend la course du WEC pour causer endurance ^^

Moi.
Invité

Mode drift… ou comment passer encore plus pour un beauf.

robert +
Invité

MOI quand tu donne un avis c toujours intéressant ; mais d’où de viens cette immense culture générale , et dans le domaine de la bagnole en particulier .

Amazon
Invité

M240I sans l’ombre d’un doute! autrement plus classe, moins chere et un poil moins performante mais on n’achete pas juste un 0-100!

Audi avait avant une image de luxe sportif discret, la c’est « les Marseillais à Dubai ». Pour pas faire de jaloux, « les Chti a Ibiza » ca passe aussi

Nithael70
Invité

Audi, avant, avait une image inferieure à citroen. Haaa, les audi 50, 100…

Jamie
Invité

quand même pas

SGL
Invité

Ça dépend des années @Jamie.

SGL
Invité

C’est possible durant les années 70 bien que la NSU Ro 80 était une auto incroyable pour l’époque, mais ce n’était pas une Audi.
Audi est devenu premium que courant les années 80.

Nithael70
Invité

Année 90, avec les 80, rondes de partout.

Amazon
Invité

bien plus tôt! pour l’époque moderne (ère VW), on peut dire que dès les années 70 avec la série 100, berline et coupé

mich34
Invité

L’animation RS3 au deverouillage dans les optique… Luna park le truc.

wpDiscuz