Accueil F1 F1 2021 : Ferrari dévoile la SF21, condamnée à réussir

F1 2021 : Ferrari dévoile la SF21, condamnée à réussir

0
21
PARTAGER
Ferrari

La diva s’est faite désirer. Ferrari est la dernière écurie du plateau à présenter sa monoplace, quelques jours seulement avant les essais hivernaux programmés à Bahrein. Ferrari joue la prudence mais mise beaucoup sur son nouveau moteur pour redresser la barre et calmer la colère des tifosis.

Make Scuderia great again

2021 est une année sous haute tension pour Ferrari, après une saison 2020 catastrophique qui a vu la Scuderia sombrer à la 6e place du championnat constructeur – du jamais vu depuis…1980 ! – une année marquée par la polémique sur l’accord moteur conclu en secret avec la FIA. La SF1000, pas exempte de tout reproche sur le plan aéro et châssis, a été plombée par un V6 turbo Ferrari anémique qui avait subitement perdu de sa superbe après avoir été un vrai missile en 2019, tandis que Charles Leclerc fit ce qu’il pu pour arracher quelques places d’honneur, laissant Sebastian Vettel traverser la saison en fantôme, à l’exception d’une rare fulgurance en Turquie. Après un tel désastre, la pression est maximale sur l’équipe dirigée par Mattia Binotto, ce dernier étant désormais sur un siège éjectable en cas de nouvel échec. La SF21 a pour mission de replacer la Scuderia en haut du podium.

Un moteur très attendu

Evidemment, en raison du gel partiel des monoplaces acté l’an passé suite à la crise du Covid, la SF21 est une évolution mesurée de la SF1000. Ferrari a pu néanmoins utliser quelques jetons de développement pour procéder à des optimisations, et de nombreux petits détails trahissent les efforts apportés au concept aéro. L’extrêmité du museau est toujours caractérisée par cette forme large et une terminaison en « pipette » mais le design apparaît plus fin, plus agressif et travaillé aussi, surtout au niveau de la jonction museau-aileron avant. Deux encoches canalisent le flux d’air vers les suspensions et les pontons, tandis que les bargeboards et déflecteurs dans la partie centrale ont aussi changé.Globalement, Ferrari a cherché de l’appui, à la fois pour combler le déficit en la matière de la SF1000 et compenser aussi la réduction d’appui engendrée par les nouvelles contraintes règlementaires.

Le plus important est sans nul doute ce qui ne se voit pas, les efforts de Ferrari s’étant concentrés pour l’essentiel sur le développement d’un nouveau moteur qui a pour objectif de redonner des chevaux et de la vitesse de pointe à la monoplace. On se souvient encore du calvaire en ligne droite des Ferrari à Spa et Monza l’an dernier. La prise d’air au-dessus du pilote est d’ailleurs plus large que par le passé, flanquée désormais par deux ailettes pour canaliser les flux.

Enrico Gualtieri, directeur du groupe motopropulseur de la Scuderia Ferrari, a expliqué les points fondamentaux sur lesquels l’équipe a travaillé : « Apprendre des erreurs est fondamental. Nous avons travaillé dur, avec humilité et conscience, sur cette nouvelle puissance. 065/6. En collaboration avec les collègues du châssis, nous avons beaucoup travaillé sur la disposition de l’unité motrice elle-même, pour essayer de rendre la conception globale de la voiture aussi efficace que possible. Sur le moteur à combustion interne, nous avons essayé d’augmenter le degré de l’efficacité thermique, également grâce à la contribution de notre partenaire Shell, qui nous a apporté un avantage estimé à plus d’un dixième de seconde par tour. Nous avons également beaucoup travaillé sur le turbocompresseur, sur la partie alimentation et sur le système hybride, pour améliorer la récupération d’énergie des gaz d’échappement. Ce nouveau moteur est le fruit d’un travail d’équipe « . Les tests de simulation et au banc semblent encourageants, mais l’on sait très bien que seul le verdict de la piste compte.

Un peu de vert d’espérance ?

Des changements sont aussi visibles au niveau de la livrée, qui se trouve flanquée désormais sur le capot moteur de gros logos « Mission Winnow » entièrement verts, qui jurent pas mal avec le reste. Les racines « tabatières » du sponsor étant connues, certains y verront peut-être un bel exemple de « Greenwashing ». Autre évolution notable, au niveau de la partie arrière, entre la fin du capot et l’aileron, la SF21 se pare d’un joli dégradé virant progressivement du rouge « orangé » habituel à l’amarante, reprenant ainsi la teinte « vintage » adoptée par la SF1000 au Mugello en 2020, à l’occasion du 1000ème grand prix de la Scuderia. On remarque aussi que les numéros de course des pilotes reprennent le graphisme « vintage » typé années 50.

 

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "F1 2021 : Ferrari dévoile la SF21, condamnée à réussir"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

Autant j’aime bien quand on fait dans l’original niveau livrée…autant là…le « mission winnow » en vert….WTF ??!!?? et le dégradé de rouge……

Après si elle est rapide, elle sera belle 😉

Stabak
Invité

Je trouve le dégradé de rouge sympa. Par contre on est d’accord, le MW vert c’est… dégueulasse.

Thibaut Emme
Admin

Le dégradé je l’aurais plus vu à la moitié de la voiture, pas aux 2/3.
Pour faire transition passé/présent. Là le rouge historique est réduit à la portion congrue à mon goût.

C Ghosn
Invité

Il restait dans un coin du garage de la peinture je pense …. ^^

toto
Invité

mon cher j’ai une bonne nouvelle il est interdit sur la plupart des gp

toto
Invité

détail aéro très intéressant sur la partie avant de la carrosserie au-dessus du numéro du pilote avec les quadruple ailette recourber dune forme très effilé et pointu ver arrière . autre détail intéressent les deux élément aéro don un relier au rétroviseur longeant les petite ailes de chaque coté du cockpite .

https://www.racefans.net/wp-content/uploads/2021/03/Ferrari-SF21-Front-Wing-detail-1536×864.jpg

Thibaut Emme
Admin
Elle est blindée de détails cette Ferrari. Le museau avec ses trous à la Alfa, et une cape qui se prolonge loiiiiin loiiiiin. Si on regarde bien il y a 3 entrées : une au bout du museau, une latérale juste après, et une plus discrète en dessous du « a » de Kaspersky. On peut aussi noter une petite dérive sur la dérive de l’aileron avant, des barge boards « peignes » très travaillés, les « pieds » du Halo qui sont creusés vers la tête du pilote (plus d’air qui passe), des flancs ultra-fit, avec un creux impressionnant à l’arrière au niveau du numéro,… Lire la suite >>
toto
Invité

a noté que les montant qui attache l’aileron avant ressemble
a une version miniaturiser du museau de la WILLIAMS FW26

toto
Invité

Thibaut avez vu mon dernier message

toto
Invité

dernier année de Aéro extrêmes avec le nouveaux règlement exemple il n’aura de barge boards et ils ne pourront plus fair passer le flux d’air dans le museaux n’as pas Thibault

toto
Invité

@Thibaut Emme répondé moi SIL-VOUS PLAI

JMB78
Invité

« a été plombée par un V8 Ferrari anémique » un V8 ???? je croyais que c’était des V6, on nous aurait menti ? à l’insu de not’ plein gré !

Thibaut Emme
Admin

V6 turbo bien entendu. Merci du signalement.

Invité

Bon bah ça devient une habitude, comme chaque année la Ferrari est l’une des plus moches
Au moins, ils ont changé le design du nez, c’est ptet qu’1% plus beau, mais c’est pu la même horreur qu’on a depuis 2016, et ça, c’est bien

toto
Invité

dégueulasse de puis qui on commencer a utiliser un peinture mate qui tue L’âme Ferrari de la voiture qui doit avoir un rouge éclatant et brillants .
La ont dirait une voiture jouet en plastique avec c’est heureux de livrée

toto
Invité

désoler petite erreur je voulait dire horreur de livrée

C Ghosn
Invité

On notera que les photos ont fuité sur le site de Ferrari bien avant la présentation ….

toto
Invité
wpDiscuz