Accueil Stellantis Stellantis : le sort de l’usine de Vauxhall examiné cette semaine

Stellantis : le sort de l’usine de Vauxhall examiné cette semaine

0
46
PARTAGER

Le nouveau groupe automobile Stellantis formé de la fusion de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et PSA va se pencher cette semaine sur le sort de l’usine de Vauxhall implantée au Royaume-Uni a indiqué lundi une source proche du dossier, confirmant des informations de la presse britannique. Reste que examen du dossier n’implique pas forcément prise de décision tient à préciser la source.

Pour rappel, Vauxhall, dont les premiers modèles datent de 1903, fait partie des cinq marques de PSA (avec Opel, Peugeot, Citroën et DS).

Soutien gouvernemental et législation sur les VE au cœur du dossier

Parmi les éléments qui pèseront sur la décision figurent en tout premier lieu un éventuel soutien financier du gouvernement britannique ainsi que la législation réglant la commercialisation des moteurs thermiques.

En janvier dernier, le patron de Stellantis Carlos Tavares avait indiqué que des décisions sur les implantations du groupe au Royaume-Uni seraient prises « dans les prochaines semaines », mettant notamment en cause la décision du gouvernement britannique d’avancer à 2030 l’interdiction de la vente de nouveaux véhicules dotés de moteur thermique.

L’usine de Vauxhall de Ellesmere Port sur la sellette depuis plusieurs années

L’usine de la marque britannique Vauxhall, située à Ellesmere Port (au nord-ouest de l’Angleterre) et rachetée en 2017 à General Motors, est sur la sellette depuis plusieurs années. Les incertitudes liées au Brexit n’ayant rien arrangé à l’affaire.

Une décision devait être prise rapidement

« Le groupe évalue ses options d’investissement. Une décision sera prise rapidement », a commenté un porte-parole de Stellantis, joint par l’AFP.

D’après le Times, la réunion pourrait avoir lieu dès mardi. Trois scénarios pourraient être examinés : le maintien de l’assemblage du modèle Astra dans l’usine d’Ellesmere Port, le transfert de sa production vers une autre usine tout en lançant un nouveau modèle à Ellesmere Port, ou la fermeture pure et simple du site.

Un porte-parole du ministère britannique des entreprises a déclaré quant à lui que le gouvernement de Boris Johnson discutait « régulièrement » avec des groupes automobiles, y compris Stellantis, mais ne souhaitait pas commenter « les spéculations ».

Le Royaume-Uni veut demeurer attractif pour la production automobile

Le gouvernement britannique souhaite également agir pour « s’assurer que le Royaume-Uni reste l’un des meilleurs endroits au monde pour la fabrication automobile ». Il a investi pour cela 500 millions de livres dans l’électrification des modèles.

Notre avis, par leblogauto.com

Les ventes de PSA ont lourdement chuté l’an dernier (-29,3% à 1,5 million de véhicules), plombées notamment par Opel/Vauxhall. Le virage du gouvernement britannique en faveur des VE devrait lourdement peser dans la décision du maintien ou pas de l’usine de Vauxhall. Le constructeur pourrait perdre là un important débouché alors que ses exportations de modèles dotés de moteur thermique devraient être soumises à des taxes liées à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Reste peut-être à produire localement des VE ?

Sources : AFP, Times

A lire également :

. L’investissement de PSA dans Ellesmere Port lié aux accords RU/UE

. Plus de véhicules neufs à moteur thermique à Londres dès 2030 ?

Poster un Commentaire

46 Commentaires sur "Stellantis : le sort de l’usine de Vauxhall examiné cette semaine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tcho
Invité

L’heure de vérité. L’heure aussi de déterrer les déclarations d’époques. ‘fin, on connait la chanson.

Scudric
Invité

La meilleure solution est de mettre au placard Vauxhall et plier bagages. Cette marque n’ayant pas d’entité propre ne sert pas à grand chose.

gigi4lm
Invité
GREG
Invité

« La meilleure solution est de mettre au placard DS et plier bagages. Cette marque n’ayant pas d’entité propre ne sert pas à grand chose. »
Fixed 😀

4aplat
Invité

Il n’y a pas que des Vauxhall qui sont produites en GB !!! Actuellement, et si j’ai bien suivi, l’usine produit des utliitaires du genre Jumpy et Expert pour soulager l’usine française, particulièrement en conduite a droite .. Et pas de DS non plus …

ALLIOT
Invité

N’importe quoi.!

Douay
Invité

C’est la vérité ;il y’a l’usine valenciennoises qui produit l’expert et jumpy .et l’usine anglaise aussi produit la même chose

Rakihoney
Invité

« Les ventes de PSA ont lourdement chuté l’an dernier (-29,3% à 1,5 million de véhicules) »
Attention coquille :
2.5 Millions ce qui n’est déjà pas beaucoup

Darkargos
Invité
Quand on veut noyer son chien on l’accuse d’avoir la rage. Vauxhall n’est plus que l’ombre d’elle même. -40% l’année dernière sur un marché à -29% certes. Toyota vend désormais plus. Alors certes les anglais ne sont pas idiots, il savaient bien que les modèles Vauxhall n’étaient que des Opel rebadgées. Sauf qu’il y avait les Corsa, Astra, Insignia VXR pour épicer tout ça, rebadgage des OPC, et deux usines Luton et Ellesmere, et que finalement Opel c’était des modèles made in Germany pour le développement. Désormais les Vauxhall sont certes toujours des Opel rebadgées, mais ces dernières sont elles-mêmes… Lire la suite >>
SGL
Invité

Le Brexit n’est pas une décision de Tavares ni le coronavirus.

Darkargos
Invité

Le Covid et le brexit en chiffres c’est -29% pour l’auto. Si Vauxhall fait du -40% ça veut dire qu’il a perdu des parts de marché car les clients qui ont quand même acheté sont allés voir ailleurs. Après il y a un jeu de poker menteur plutôt bien vu de la part de Carlos. Des sous où on ferme l’usine. Tesla fait aussi la pêche aux subventions tout comme Ryanair ranconne les CCI ou Amazon les ZAC à pas cher. Tout ça aux frais du contribuable. Il aurait tort de se priver.

SGL
Invité

Vauxhall était déjà une catastrophe les dernières années de GM.
Avant que d’autres catastrophes s’y greffent… Avec ça, il faudrait mettre Jésus-Christ à la tête pour avoir une chance que Vauxhall devienne positif !

bzep
Invité

Disons que Tavarès se sert bien du Brexit et du Corona !!!

Emmanuel
Invité

le responsable opel au sein de PSA a été viré, pour avoir dit tout haut ce que les concessionnaires Opel affirmaient chacun dans leurs coins : comment vendre des voitures et réaliser des ventes quand la direction supprime les véhicules du catalogue, et quand les véhicules annoncés ne sont pas disponibles.
Il y a un article sur l’argus pro qui en parle.

darkargos
Invité

Et oui, chez Stellantis, on est plus proche de la Corée du Nord dans le style de management. Toute voix dissonante qui pose le doigt sur les vrais problèmes et ne vénère pas le leader éclairé est immédiatement réduite au silence direction Pole Emploi. D’ailleurs comme tout le monde a été envoyé chez lui en télétravail ad vitam aeternam le temps de revendre les bureaux sur seloger.com, personne n’a plus aucune vision globale des disfonctionnements . D’ailleurs le cours de bourse fait du sur place désormais. On dirait que les analystes attendent de voir les résultats exceptionnels de 2020…

wizz
Membre

« Quand on veut noyer son chien on l’accuse d’avoir la rage…. »

darkargos, on voit bien que tu veux noyer ce Tavares….

Allegra
Invité
Pas d’accord pour la Corsa… La génération précédente était issue de la Fiat Grande Punto, et cela ne l’a pas empêché de se vendre. La Fiat était d’ailleurs moins cher que l’Opel et ca n’avait pas choqué grand monde à l’époque. Quant à l’abandon des versions VXR n’est pas non plus une franche surprise, à l’exception de Volkswagen et Ford (mais pour combien de temps) tous les constructeurs font pareil depuis quelques années. Cela dit, là où je vous rejoins, c’est pour le nouveau Mokka. J’ai un peu de mal à percevoir l’intérêt de cette voiture, surtout avec un Crossland… Lire la suite >>
darkargos
Invité
La Corsa en 2020 c’est 50% des ventes d’Opel. Sur un segment B ultra bataillé et pas hyper rentable, bon courage pour le long terme. Il faut croire que les clients préféraient la Corsa dérivée de Grande Punto que de 208. D’ailleurs cette Grande Punto était une bonne voiture…à sa sortie en 2005. Jusqu’à 400 000 ventes en 2006 la Fiat… La suite on la connaît, refus de Sergio de lui donner une suite, pour sortir à la place des trucs bidons type 500 L ou Tipo berline… (bon ok grosse success story de la 500 & 500X) . Part… Lire la suite >>
wizz
Membre

les modèles à gros volume peuvent ne pas être très rentables à l’unité. Mais si ça se vend beaucoup, alors on s’en sort quand même

et puis, ces modèles à gros volume, meme si marge presque nulle, ça permet de faire vivre le réseau, faire vivre les concessions, pouvoir embaucher du personnel en quantité suffisante pour pouvoir entretenir les véhicules rentables à la vente, mais trop faible en volume pour la survie des concessions

darkargos
Invité

Très bien vu Wizz, d’ailleurs la révolte gronde chez les concessionnaires Opel en France. Les têtes tombent mais les problèmes restent. Un peu comme en Chine, on a beau changer les managers, quand ça veut pas ben …
https://pro.largus.fr/actualites/reseau-opel-couper-les-tetes-ne-suffit-pas-10543396.html
Ils n’ont pas envie de crever en silence. Carlos Tavares rêve d’un modèle de distribution à la Tesla, ce n’est un secret pour personne, sauf que quand on voit le niveau de CRM et de digitilisation de la relation client, on peut toujours rêver.

ALLIOT
Invité

Un peu simpliste comme raisonnement

Twin Spark
Invité

Cette usine va être fermée c’est sûr.
Stellantis fait face à d’énormes surcapacités de production. Et comme Tavares a annoncé qu’il ne fermerait aucune usine (ce qui est intenable à la régulière ) il va arguer du brexit pour lui faire un sort. Je prends les paris

sweeck
Invité
Alors là moi je ne suis pas si sûr. Je pense que stellantis est surtout en train de mettre le petit coup de pression classique pour négocier la meilleure subvention possible en échange du maintien de l’usine. Si le RU paye l’usine va rester ouverte et stellantis fermera une autre usine ailleurs, dans un pays moins offrant. Et le brexit s’est fait avec un accord sur les droits de douane donc pas sûr que ce soit un obstacle. De toute façon même si ça devait en être un stellatis ne vend pas des voitures qu’au sein de l’UE. Il en… Lire la suite >>
wizz
Membre

De toute façon même si ça devait en être un stellatis ne vend pas des voitures qu’au sein de l’UE. Il en vend aussi pas mal en GB…..ET aussi ailleurs. Dans ce cas là, par exemple pour vendre en Australie ou Afrique du Sud, produire en UE ou produire en UK, ça revient au même concernant les taxes d’importation de ces pays

wpDiscuz