Accueil Super GT Super GT 2021 : Le GT500 au complet

Super GT 2021 : Le GT500 au complet

0
1
PARTAGER
Super GT Stanley 2021

Les trois constructeurs engagés dans la catégorie GT500 du Super GT pour la saison 2021 ont annoncé officiellement leurs équipages. Le nombre de voitures reste identique mais quelques noms et quelques sponsors changent.

Honda NSX GT

Comme chaque année, Honda a annoncé les écuries et les pilotes des NSX GT lors du Tokyo Auto Salon qui n’a eu lieu que virtuellement cette année, la faute à la pandémie. Pas de surprise mais des changements notables du côté des sponsors.

1. Stanley Team Kunimitsu – Naoki Yamamoto / Tadasuke Makino – Bridgestone

Les champions en titre reviennent dans une composition inchangée avec Naoki Yamamoto au sommet de sa gloire, à nouveau détenteur de la double couronne Super GT et Super Formula en 2020, bien secondé par Tadasuke Makino qui s’affirme de plus en plus comme le chef de file de la nouvelle génération chez Honda. Makino a eu une fin d’année difficile avec un séjour à l’hôpital suite à une hépatite, dont il est désormais remis.

La grande nouveauté pour la voiture no1 est le changement de sponsor titre. La marque Raybrig, qui ornait les flancs de la voiture du team Kunimitsu depuis plus de vingt ans, a été retirée du marché par la maison mère Stanley Electric qui prend le rôle de sponsor titre, dans une nouvelle livrée argentée dévoilée lors du premier test privé de la saison au Fuji Speedway la semaine dernière (photo en tête de cet article).

8. ARTA – Tomoki Nojiri / Nirei Fukuzumi – Bridgestone

Pas de changement chez ARTA avec la paire Nojiri-Fukuzumi qui a montré sa valeur en collectionnant les pole positions et de belles prestations en course, dont une victoire en 2020, même si la régularité manque toujours pour la NSX orange dont le sponsor, Autobacs, attaque sa vingt-cinquième année de collaboration avec l’inoxydable Aguri Suzuki, patron de l’écurie éponyme.

16. Team Red Bull Mugen – Ukyo Sasahara / Toshiki Oyu?

Hideki Mutoh n’est plus pilote officiel Honda en GT500 cette saison et laisse la place au prometteur Toshiki Oyu qui s’est fait un nom la saison dernière en Super Formula, tout en faisant ses classes en GT300. Il est promu aux côtés d’Ukyo Sasahara qui entame une seconde saison sur la voiture aux couleurs de Red Bull.

Le team Mugen n’a pas confirmé son manufacturier. Ces dernières saisons, la NSX no16 était chaussée en Yokohama, sans grande réussite. Y aurait-il du changement en vue pour 2021 ?

17. Astemo Real Racing – Koudai Tsukakoshi / Bertrand Baguette – Bridgestone

En lice pour le titre jusqu’à la dernière épreuve et avec deux victoires au compteur en 2020, Koudai Tsukakoshi et Bertrand Baguette ont l’étoffe de champions, et tenteront de confirmer cette saison.

La grande nouveauté, c’est que la voiture change de couleur. Le sponsor de Real Racing depuis 2009, l’équipementier Keihin, a été absorbé dans une joint-venture avec Hitachi qui s’appelle Astemo. La nouvelle entité devient le sponsor de l’équipe qui revient à sa couleur originelle, le rouge !

Super GT Astemo 2021

64. Modulo Nakajima Racing – Takuya Izawa / Hiroki Otsu – Dunlop

Le Nakajima Racing continue avec le même équipage qu’en 2020, où le désormais vétéran Takuya Izawa est en charge de la formation du jeune Hiroki Otsu. Rapide par occasion, quand les conditions sont favorables aux gommes Dunlop, la voiture no64 n’est pas attendue dans la lutte pour le titre contrairement à la Super Formula où l’écurie de Satoru Nakajima connaît depuis quelques saisons une renaissance.

TOYOTA GR SUPRA

14. ENEOS X Prime Rookie Racing – Kazuya Oshima / Kenta Yamashita – Bridgestone

Le team Rookie s’émancipe cette saison de l’écurie Cerumo et change de couleurs. WAKO’S laisse place à ENEOS, le pétrolier qui revient en Super GT avec sa nouvelle marque de lubrifiant. La livrée définitive reste encore mystérieuse pour quelques semaines.

Super GT Sponsor 2021

Du côté des pilotes, la paire titrée en 2019 se reconstitue avec le retour à demeure de Kenta Yamashita. Espéré dans l’équipe WEC, le jeune espoir Toyota devra patienter un peu pour cause de déplacements compliqués entre le Japon et l’Europe. Il se rabat sur une saison complète en Super GT et en Super Formula.

19. Racing Project Bandoh – Yuji Kunimoto / Ritomo Miyata  – Yokohama

Pas de changement chez le petit poucet du clan Toyota. La Supra aux couleurs WedsSport n’a pas fait d’étincelles en 2020, malgré l’arrivée du jeune Ritomo Miyata. Avec la stabilité apportée par une année au compteur, il faudra faire mieux cette saison.

36. AU TOM’S – Yuhi Sekiguchi / Sho Tsuboi – Bridgestone

Le départ de Nick Cassidy vers la Formule E entraîne une restructuration des équipages chez TOM’S. Sho Tsuboi, qui a montré de belles choses la saison dernière sur la Supra no14, arrive aux côtés de Sekiguchi, formant un équipage coriace sur lequel il faudra compter.

37. KeePer TOM’S – Ryo Hirakawa / Sacha Fenestraz – Bridgestone

Sacha Fenestraz, après une première saison excellente sur la no36, rejoint Ryo Hirakawa en remplacement de Cassidy sur la voiture soeur. Sur le papier, Hirakawa et Fenestraz sont redoutables et sans doute la paire la plus rapide du clan Toyota. Ils sont sur la liste des prétendants au titre dès maintenant d’autant qu’Hirakawa, ayant raté le titre d’un rien la saison dernière en Super GT comme en en super Formula, a soif de revanche.

38. ZENT Cerumo – Yuji Tachikawa / Hirohaki Ishiura – Bridgestone

Tachikawa et Ishiura continuent leur association chez Cerumo. Tous deux réputés excellents metteurs au point, ils sont l’équipage de référence pour le développement de la Supra et on peut toujours compter sur eux pour tirer leur épingle du jeu, en particulier à Fuji, si les circonstances sont complexes. Cependant les années s’accumulent au compteur des deux hommes, en particulier Tachikawa, qui n’est plus très loin de raccrocher son volant et se consacre désormais largement à la bonne marche du team Cerumo.

39. Denso Kobelco SARD – Heikki Kovalainen / Yuichi Nakayama – Bridgestone

La Supra rouge et blanche a décroché une victoire  la saison dernière, l’écurie semblant avoir mieux pris la mesure de la Supra que de la Lexus LC500 précédente. On verra si cela suffit à Kovalainen et Nakayama pour s’imposer au milieu d’un groupe Toyota très compétitif.

NISSAN GT-R

3. NDDP Racing with BMAX – Kohei Hirate / Katsumasa Chiyo – Michelin

Hirate et Chiyo ne bougent pas chez NDDP, malgré une saison 2020 assez anonyme, surtout en comparaison à l’autre GT-R chaussée par Michelin, la no23. La pression est sur les deux hommes pour cette nouvelle saison.

12. Calsonic IMPUL – Kazuki Hiramine / Nobuharu Matsushita – Bridgestone

C’est le gros transfert de l’intersaison : Nobuharu Matsushita, ex-espoir Honda en Formule 2, passe chez Nissan. Revenu au Japon en 2020 après avoir été mis en veilleuse par Honda au profit de la génération suivante et en particulier de Yuki Tsunoda, devenu titulaire chez AlphaTauri, Matsushita a vu son avenir se boucher aussi chez son ex-employeur à domicile.

Il s’est donc présenté chez Nissan pour le test de recrutement d’intersaison et débutera chez Impul aux côtés de Kazuki Hiramine, auteur d’une excellente première saison en 2020. Daiki Sasaki lui passe chez Kondo Racing, et on attend des étincelles de la paire Hiramine-Matsushita pour 2021.

Nobuharu Matsushita 2021

23. Motul Autech – Tsugio Matsuda / Ronnie Quintarelli – Michelin

On garde les mêmes chez Nismo, malgré quelques rumeurs en fin de saison sur la retraite de Matsuda. Mais le pilote japonais, qui reste un des plus titrés dans l’histoire du championnat, sera bien toujours là aux côtés de Ronnie Quintarelli. La paire a remporté deux victoires la saison dernière malgré un début de saison difficile pour une GT-R peu compétitive.

Si la GT-R rouge et noire est au niveau dès le début de saison, Matsuda et Quintarelli ajouteront à coup sûr des lignes supplémentaires à leur légendaire palmarès.

24. Kondo Racing – Mitsunori Takaboshi / Daiki Sasaki – Yokohama

Daiki Sasaki, en provenance d’Impul, remplace Jann Mardenborough, dont le contrat n’a pas été renouvelé par Nissan. C’est une surprise car Jann a démontré dans le passé être plus rapide que le pilote japonais, mais le recentrage des activités sportives de Nissan sur le Japon y est sans doute pour quelque chose.

Limités par des pneus à la fenêtre d’efficacité étroite, les deux pilotes n’espèrent pas grand chose en dehors de coups d’éclats, absents la saison dernière.

Crédit photos : Stanley Electric, Astemo, Eneos, Nismo

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Super GT 2021 : Le GT500 au complet"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
RobV
Invité

Merci. Cette nouvelle saison donne déjà l’eau à la bouche!

wpDiscuz