Accueil VW Volkswagen / Affaire Prevent : suicide d’un protagoniste ?

Volkswagen / Affaire Prevent : suicide d’un protagoniste ?

0
8
PARTAGER

Où l’on reparle de l’affaire qui avait opposé Volkswagen et le groupe de fournisseurs bosniaque Prevent. Les procureurs suspectent désormais que la mort d’un homme soupçonné d’avoir joué un rôle dans un différend entre le constructeur et son partenaire bosniaque d’être un suicide.

La justice recherche des liens entre une mort suspecte et l’affaire Prevent

Les procureurs de la ville de Brunswick ont déclaré la semaine dernière qu’ils enquêtaient sur la mort d’un homme retrouvé dans une voiture incendiée en vue de trouver d’éventuels liens avec un employé de Volkswagen suspendu car soupçonné d’avoir enregistré illégalement des conversations.

Le journal local Helmstedter Nachrichten , citant des sources non identifiées, a déclaré la semaine dernière que la personne décédée était un employé de VW qui avait fait des affaires avec le groupe de fournisseurs bosniaques et qui faisait l’objet d’une enquête pour écoute clandestine.

L’identité du défunt entourée de mystère et de silence

Les procureurs ont déclaré vendredi que les premières preuves indiquaient un suicide, mais que l’enquête n’était pas terminée.
Ils ne voulaient pas commenter l’identité du défunt, disant seulement qu’il était le propriétaire de la voiture.

Conflit entre Volkswagen et Prevent en 2016

Pour rappel, VW et le groupe de fournisseurs bosniaques sont rentrés en conflit en 2016 en raison d’un désaccord sur les prix, ce qui a poussé les filiales de Prevent à interrompre les livraisons de housses de siège et de pièces en fonte pour boîtes de vitesses, entraînant des pertes de production dans six des usines de VW.

VW et Prevent ont depuis été impliqués dans des réclamations et des demandes reconventionnelles pour des dommages causés par le litige.

Volkswagen annule ses contrats avec Prevent en 2018, avec un effet  quasi immédiat

En avril 2018, le groupe Volkswagen a annulé tous ses contrats avec son fournisseur bosniaque Prevent. En retour à cette annonce, l’équipementier avait affirmé que l’action de VW était illégale, le constructeur ne lui donnant en guise de préavis qu’un délai de un jour. Ajoutant qu’il envisageait une action en justice. Selon lui, l’action entreprise par Volkswagen a entraîné des pertes d’emplois et une réduction drastique des heures travaillées pour ses employés. L’annulation de tous les contrats avec VW contredit les «principes commerciaux de bonne foi», avait déclaré le fournisseur dans un communiqué.

Impact sur l’emploi de l’affaire Prevent/ Volkswagen

Prevent avait alors indiqué que les contrats à long terme conclus avec Volkswagen avaient été annulés sans préavis le 21 Mars, le constructeur refusant d’accepter des pièces du fournisseur à partir du 22 Mars. Une situation d’autant moins acceptable pour Prevent qu’il avait récemment réalisé des investissements substantiels en vue de produire les composants demandés par VW.
Le fournisseur a été contraint de licencier 90 personnes chez Prevent Foamtec à Stendal, en Allemagne. Environ 700 employés d’autres entreprises du groupe Prevent situées sur le territoire allemand étant par la suite confrontés à des réductions de temps de travail ou à des licenciements. « Dans la mesure du possible, les employés sont en cours de transfert vers d’autres usines au sein du groupe », avait alors déclaré Prevent.

Volkswagen se dit choqué

VW a déclaré vendredi qu’il était choqué par l' »incident » et qu’il soutiendrait les procureurs dans la mesure du possible.
«À notre connaissance, il n’y a jusqu’à présent aucune information fiable sur ce qui a conduit à l’incident», a déclaré le constructeur automobile.

Quand Prevent pointait du doigt la politique d’achat de VW

En 2018, Prevent avait tenu à indiquer que la politique d’achat désastreuse de VW affectait des centaines de fournisseurs et surtout leurs employés. « VW répète un modèle de comportement qui a conduit au différend de 2016« , avait-t-il tenu à rappeler.

Pour rappel, Prevent Group, une société basée à Sarajevo, est contrôlée par Nijaz Hastor, l’un des hommes les plus riches de Bosnie. Lorsqu’en 2016 Nijaz Hastor a stoppé sa production en 2016, six usines VW ont dû se résoudre çà faire de même, suite à une pénurie d’équipements.

En 2016, Hastor avait arrêté la production de housses de siège et de boîtes de transmission pour VW, en dépit de la volonté du constructeur, forçant VW à interrompre la production dans six de ses 10 usines allemandes construisant des Golf, Passat, moteurs, transmissions et châssis.

Les arrêts de travail avaient alors ralenti près de 28 000 salariés VW et un nombre indéfini d’employés d’autres usines fournisseurs.

D‘importantes conséquences financières

Déjà en 2016, le groupe Prevent accusait VW d’avoir dénoncé des contrats sans explication ni indemnité. Le journal Motortrend avait alors indiqué que l’équipementier exigeait que VW rembourse les frais engagés par les filiales de  la société bosniaque en vue d’ajuster leurs usines pour pouvoir réaliser  les opérations – annulées à la suite –  par Volkswagen. Sans compter sur les éventuelles indemnités de désistement ou frais d’annulation de contrats.

Selon Bloomberg, l’accord initialement prévu entre VW et son fournisseur se chiffrait à 500 millions d’euros et devait débuter en 2017. Au final, CarTrim et ES Automobilguss, les deux filiales de Prevent directement impactées par le conflit estimaient alors leur manque à gagner à plusieurs dizaines de millions d’euros et réclamaient des indemnités en conséquence. Selon le Süddeutsche Zeitung, les fournisseurs réclamaient alors un total de 58 millions d’euros à Volkswagen.
Selon Prevent , VW cherchait à répercuter sur ses fournisseurs les pertes occasionnées par le scandale du dieselgate en leur infligeant des conditions draconiennes. Le fabricant de pièces aurait été forcé de prendre position pour assurer sa survie.

Notre avis, par leblogauto.com

Il pourrait flotter autour de cette histoire comme une odeur nauséabonde … associée à celle du dieselgate.

Sources : Reuters, Automotive News, Helmstedter Nachrichten, Bloomberg

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Volkswagen / Affaire Prevent : suicide d’un protagoniste ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ema_
Invité
un article un peu confus dans sa rédaction – la première partie ressemble plus à un agrégat de rumeurs au conditionnel, sans autre fondement que des déclarations disant ne rien affirmer. (un salarié d’une entreprise qui « fait des affaires » avec un fournisseur, c’est un acheteur, non ? et on ne sait pas s’il aurait enregistré illégalement des conversations internes de VW, ou lors de ses discussions avec son fournisseur) – la deuxième partie est un effort louable de synthétiser les différents entre Prevent et VW, ce qui n’est pas aisé. En l’occurrence, effort non couronné de succès. Je n’ai pas… Lire la suite >>
darrepac
Invité

Bien d’accord avec le commentaire précédent : article incompréhensible, le « journaliste » ne s’est même pas relu…

greg
Invité

@ema_: pour mémoire, prevent voulait une augmentation de tarif pour le renouvellement d’un contrat. VW refusait.
Ils ont donc en toute illégalité cessé de livrer du jour au lendemain malgré un contrat béton.
Prevent a été condamné, et imposé une astreinte, qu’ils ont refusé de suivre.Expliquant qu’ils en avaient rien à faire de la justice et qu’ils recommenceraient à livrer que si VW signait de nouveaux contrats selon leurs conditions (on appelle cela du chantage je crois, des méthodes de maffieux).
C’était plus qu’un simple bras de fer. Imagine comment Tavares aurait réagi.

Invité

Pour y avoir vécu, c’est une méthode bien des Balkans. Ça ne me surprend en rien. Qui plus est, d’un riche “ex-Yougo” (particulièrement mafieux; ils sont une poignée, et tout le monde sait la bas comment ils se sont soudain enrichis dans les années 90…)
Alors que ce sont juste de gros poissons dans de petites marres.

Yorgle
Invité

@greg
je ne connais pas les détails de l’affaire VW/Prevent, mais je connais bien les méthodes du groupe VW envers ses fournisseurs.
En gros pression tout le temps et excuses (parfois bidon) pour ne pas payer (les pièces, etc.).

Yorgle
Invité

tout ca pour dire qu’on devrait attendre les conclusions de la justice dans cette « nouvelle » affaire (vu qu’apparemment Prevent a été condamné pour la première).

ema_
Invité
@greg, yorgle, etc.. Pour avoir travaillé chez des fournisseurs de VW, PSA, Toyota, Renault (et fait des achats dans le domaine aéro) je connais assez bien les pratiques des uns et des autres,que ce soit coté fournisseur ou coté client. Certains fournisseurs cherchent parfois à augmenter leurs tarifs (pour des raisons parfois légitimes). La tentation du rapport de force existe (qui peut aller jusqu’à menace d’arrêt de livraison, ou de sortie du contrat à brève échéance), mais il est à ma connaissance rare d’aller jusqu’à l’exécution des menaces (c’est le « bras de fer »). Si le constructeur doit céder parce que… Lire la suite >>
Yorgle
Invité

@ema_
merci pour ce retour.
Je suis bien d’accord sur les visions à court/long terme: bras de fer pour gagner de l’argent tout de suite? Ou on lache du lest mais on garde une bonne relation pour les projets suivants.

wpDiscuz