Accueil Renault Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler

Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler

0
37
PARTAGER

Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler, vieux déjà de 10 ans. Selon son patron, Jean-Dominique Senard, le constructeur automobile devrait pour cela annoncer prochainement “une étape supplémentaire” dans le rapprochement amorcé. Objectif affiché : optimiser les synergies entre les deux constructeurs à un moment charnière pour le groupe industriel français dans la tourmente.

Etape supplémentaire dans l’alliance Renault – Daimler

« Nous travaillons ensemble déjà beaucoup  […] On va continuer et on va trouver des chemins – j’espère dans quelques semaines – pour annoncer avec Daimler une étape supplémentaire dans l’alliance », a déclaré Jean-Dominique Senard, président de Renault, sur BFM Business.

Ne fournissant toutefois aucun détail supplémentaire sur les teneurs de ce nouveau projet mais ajoutant qu’une alliance capitalistique n’était “pas nécessaire”.

Même son de cloche il y a quelques jours, le patron de Renault indiquant alors que ses relations avec la direction de Daimler étaient « très bonnes ». Ajoutant même qu’elles étaient en train de se renforcer mais qu’il était encore « un peu tôt » pour qu’il puisse s’exprimer en détail sur le sujet. Espérant pouvoir « faire des annonces plus précises dans quelques semaines. »

Rumeurs de fin de partenariat en avril 2019

En avril 2019, pourtant le journal allemand Manager Magazin affirmait – sans toutefois citer ses sources – que Daimler envisageait très sérieusement de ne pas renouveler son partenariat avec Renault-Nissan. Cette hypothétique décision s’inscrivant dans une stratégie plus globale, menée dans le cadre d’un vaste plan dont l’objectif était alors de réaliser d’ici 2021 six milliards d’euros d’économies au sein de la division Mercedes-Benz et deux milliards dans la division poids-lourds Daimler Trucks. Une nouvelle politique qui correspondait à l’arrivée de Ola Källenius à la tête du constructeur.
Selon Manager Magazin, Ola Källenius ne souhaitait pas à cette date renouveler ses projets communs avec Renault et Nissan, mettant ainsi fin à une alliance entre les constructeurs.

Collaboration au niveau moteurs

Le partenariat entre Renault et Mercedes est basé sur un partage de plates-formes et de moteurs. En ce qui concerne la motorisation, leur collaboration est notamment active via le co-développement entre Renault, Nissan et Daimler d’un moteur essence turbo à injection directe de 1,3 litre installé sur la Renault Mégane ou la Mercedes Classe A.

Depuis septembre 2012, Renault vend à Mercedes ses moteurs diesel 1,5 litre dCi produits à l’usine de Valladolid pour les Classe A, Classe B, CLA et GLA du constructeur allemand.

Depuis 2014, le constructeur français fournit également le moteur 1,6 litre dCi, fabriqué à Cléon (Seine-Maritime) pour les moteurs diesel d’entrée de gamme de la Classe C.

Partage de plates-formes

Rappelons également que les Infiniti Q30 et QX30 sont construits sur une plate-forme Mercedes.

Les deux entreprises collaborent également dans le domaine des véhicules utilitaires : Renault fabrique ainsi les fourgonnettes Mercedes Citan dans l’usine de Maubeuge.

Le pick-up Mercedes-Benz classe X est basé quant à lui sur le Nissan Navara / NP300. Renault construit pour sa part la smart ForFour en Slovénie à l’heure actuelle.

Les constructeurs ont une usine commune pour les voitures compactes Mercedes et Infiniti à Aguascalientes, au Mexique.

Notre avis, par leblogauto.com

Alors qu’on aurait pu s’attendre à des annonces au sein de l’Alliance avec un grand A … celle établie entre Renault et Nissan, c’est au sujet de la collaboration entre le groupe automobile français et l’allemand Daimler que Jean-Dominique Senard a souhaité s’exprimer. Tout un symbole ?

Sources : Reuters, BFM Business

Poster un Commentaire

37 Commentaires sur "Renault souhaite renforcer son partenariat avec Daimler"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Francois
Invité

Dans quelques mois, le gros titre sera « Renault s’offre à Daimler », un bon choix cela dit, l’Allemand a fait des choses formidables avec Chrysler…Oh, attendez !

wizz
Membre

le problème avec Chrysler, c’était l’UAW

UAW aux USA, c’est comme la CGT, mais à la puissance 1000

Francois
Invité

Mouais, l’UAW existe depuis 1935, Daimler devait connaître son existence avant d’absorber Chrysler, non ?

wizz
Membre
Oui bien sûr François Et en France, la CGT existe depuis plus d’un siècle. On devrait n’avoir aucun investisseur étranger alors, n’est ce pas??? Bref, comme tout le monde, on espère que les gens évoluent, acceptent une discussion sur des bases solides, sur des choses de concrètes, et accepter de faire le nécessaire pour un futur meilleur. Juste un exemple: la gestion des moteurs fabriqués. https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Chrysler_engines Lorsque Mercedes arrivait, il y avait plusieurs moteurs V6 chez Chrysler. Des vieux moteurs moins bien que la concurrence, dans des vieilles usines, fabriqués par presque autant d’usines. Mercedes avait proposé de rationaliser cette… Lire la suite >>
Francois
Invité

L’entreprise qui espère une évolution de la CGT ou de l’UAW, je ne peux pas grand chose pour elle, nous parlons de syndicats, pas d’un cancer. 😀

Francois
Invité
Lorsque Daimler fusionne avec Chrysler en 1998, l’Américain fait partie des constructeurs autos les plus rentables au monde grâce à ses SUV (Jeep Grand Cherokee) et pick-ups (Dodge Ram). À l’époque, Chrysler, c’est 23% de PDM aux USA. Ultime consécration, le titre d’entreprise de l’année par Forbes début 1997. À l’époque, l’UAW existe et n’est pas plus « évolué » qu’il ne le sera plus tard. https://www.forbes.com/forbes/1997/0113/5901082a.html#5b21a93dae81 Le 7 mai 1998, Daimler et Chrysler fusionnent, l’UAW est toujours là mais plus le management américain (pourtant encensé par la presse économique pour ses résultats) qui saute dès le lendemain. 14 mai 2007, Daimler… Lire la suite >>
Retrouvé le retour
Invité

On connaît ce genre de bonnes affaires US !! Idem pour Fiât !! En fait l’ensemble des comptes sont truqués. Les seuls gagnants sont les organisateurs les actionnaires sont volés !!

zafira500
Invité

@wizz
La « décapitation » du management américain de Chrysler, remplacé par des allemands notamment Dieter Zetsche, c’était aussi l’œuvre de l’UAW?

greg
Invité

Ce qui est curieux, c’ est le silence de Daimler….
Plus fondamentalement, je vois deux problemes:
1)L’ actionnaire chinois qui voit d’ un mauvais oeil toute autre collaboration que celle avec avec sa propre compagnie
2)Les Infiniti Q30 et QX30 c’ est fini. Le partenaria Twingo/Smart aussi. Les petites motorisations diesel cela va s’ arreter egalement. Ne restent que les utilitaires, ou la il y a un vrai potentiel. Mais VW s’ y etait deja brule les doigts dans les segments ou Daimler a une reputation etablie

greg
Invité

Ah oui le Classe X c’ est fini aussi.

Invité

Daimler pourrait vouloir montrer a Geely qu’ils ne sont pas les seuls à être intéressés à collaborer avec eux…
Et Daimler aura toujours besoin d’un partenaire pour amortir les frais de développement. J’étais surpris des rumeurs de fin de partenariat, a voir ce qui va se passer maintenant.

Rakihoney92
Invité
Le silence de Daimler est effectivement étonnant d’autant que ça fait plusieurs fois que Senard en parle. Je pense effectivement que ça va concerner le VU et à ce titre, c’est normal que ce soit plus Renault que l’alliance puisque Renault est nommé leader sur ce segment. D’autant que le Kangoo/Citan va être révélé bientôt. Se serait une belle occasion pour une annonce. VW se rapproche de Ford dans les VU. PSA avec Opel+Fiat va devenir un poids lourd en Europe, Mercedes comme Renault sont en difficulté financière, ils doivent bouger. Et se rapprocher. Reste à savoir si c’est pour… Lire la suite >>
Klogul
Invité

cela semble plus logique pour les economies de grande echelle sur les modele a faible prix que l annonce faites par le pdg de Daimler

SAM
Invité

Et encore une conclusion à la conspiration bien trempée? Vous devenez le CNews de l’auto? Non seulement vous ne savez pas sur quoi portera cette collaboration et en plus vous ouvrez un débat histoire de faire mousser les commentaires. L’article se lit car il reprend nombre d’éléments qui se sont transmis par le net … la phrase de conclusion tombe à côté! Charge aux commentateurs d’annoncer chacun leur mini prophétie. Bien intello celui qui tombera dans le juste!

Tesla
Invité

@Sam t’exagère là.

Leblogauto est un espace de convivialité qui permet à tous de discuter.
Chacun à le droit de donner son avis sur un sujet.
D’autant que très souvent les posts et les avis de chacun sont argumentés et apportent des infos/précisions supplémentaires sur le sujet de l’article.
On apprend toujours plein de choses en lisant les commentaires des uns et des autres.

SAM
Invité

Alors je ne parle pas des commentateurs … je trouve dommage que l’article finisse sur une pointe de pessimisme comme il est souvent le cas pour cet auteur … c’est pour faire réagir! Ça marche.

Miké
Invité

Arrête de faire ta pleureuse, on te connait tous, on sait qu’il faut pas toucher aux Allemands ou a Renault, on doit taper sur pas seulement, et la le pessimismes des rédacteurs ne te dérange pas, d’ailleurs quand c’est pour chier sur PSA, tu rajoutes souvent des couches, il n’y en a jamais assez pour toi. Et cesse de t’autoliker, c’est ridicule.

Jdg
Invité

« moment charnière pour le groupe industriel français dans la tourmente », j’aurais plutôt dis: « moment charnière pour le groupe industriel français et le groupe allemand dans la tourmente tous les deux »

Pierre André
Invité
J’espère que Daimler va arrêter de mettre des moteurs Renault dans ces voitures => c’est vraiment pas génial pour l’image du constructeur… Ils devraient plutôt se tourner vers leur partenaire Geely et mettre les petits moteurs Volvo dans les A, B, CLA et C d’entrée de gamme et mettre les puissants moteurs Mercedes dans les grosses Volvo, travailler sur des chassis communs pour certains modèles Volvo et Mercedes … A l’époque au lieu de fusionner avec Chrysler, ils auraient du racheter Volvo à Ford et créer des synergies entre les deux marques de manière identique à ce que fait VW… Lire la suite >>
wizz
Membre
Volvo et Chrysler ne sont pas comparable. Acheter Chrysler, c’est acheter un des trois Big Three, avoir un pied très bien ancré sur le marché US, avant de déployer Chrysler dans le reste du monde (autrement qu’en compte goutte avec les Voyager, Viper…). Acheter Chrysler, c’est acheter un généraliste « partiellement compatible » avec Mercedes. Peugeot est un généraliste, Fiat (juste la marque) est un généraliste aussi. Mais pour Mercedes, racheter Peugeot ou Fiat (juste cette marque) est peu rentable puisque ce sont 2 mondes totalement différents. Alors qu’avec le groupe Chrysler, il y a des synergies industrielles. La grande berline Classe… Lire la suite >>
Retrouvé le retour
Invité

Volvo était un petit marché de niche, ce n’est plus le cas. Les chiffres avancés par les constructeurs Us sont faux. La vérité c’est que certains dinosaures vont disparaître. Il existe un marché de niche pour les gros doubles cabine US dans les pays sans réseau routier et à la FNSEA (avec des subventions européennes !!)

Fred21
Invité

C’est surtout Renault ou l’alliance qui aurait dû racheter Volvo pour en faire l’Audi du groupe.

SGL
Invité

Surtout que ça été à deux doigts de se réaliser.

wpDiscuz