Accueil F1 Exclu F1 2020: New Monaco GP: une nouvelle course

Exclu F1 2020: New Monaco GP: une nouvelle course

0
17
PARTAGER

Dimanche 24 mai 2020,13h40: votre serviteur attendit le grand prix de Monaco devant sa télé dont l’écran noir souligna les idées bien sombres du protagoniste sur son canapé, déprimé d’une si longue période sans course. Le téléphone vibra, numéro inconnu apparut sur l’écran. N’écoutant que l’ennui, il décrocha. Une voie féminine robotisée, indiqua « Vous recevez un appel en pcv d’un univers parallèle, l’acceptez-vous? » Surpris mais curieux il accepta la demande d’un oui trahissant son absence d’assurance.

À l’autre bout du fil, Chase Carey, dont le souffle faisait frétiller sa superbe moustache. Voulant faire bonne impression au grand patron de la F1 et n’écoutant que son courage il lui demanda « Comment avez-vous eu mon numéro? ». Carey ne répondit pas à cette question mais lui indiqua avoir besoin de ses talents reconnus pour couvrir le new grand prix de Monaco et en faire la promotion dans son univers. Votre serviteur accepta tout en demandant combien il allait être payé pour une telle mission. Il n’eut le temps de finir sa phrase que Chase Carey avait déjà raccroché. Le voilà entrainé à travers l’espace et le temps et présent à Monaco pour cette course.

Un nouveau tracé

En arrivant sur le tracé, votre serviteur aperçut des différences notables. Le premier secteur fut quasiment identique à l’exception du virage du casino qui devint une chicane amenant les pilotes vers l’office du tourisme. Un détour afin de connaitre tous les coins à visiter en principauté. Le détour terminé emmena les pilotes en haut de Mirabeau sur le tracé originel.

Le deuxième secteur n’a connu aucun changement, il emmena les pilotes de Mirabeau jusqu’au Tabac.

Le dernier secteur a subi un « rallongement significatif ». Le virage de la Rascasse évolua en un virage à gauche, envoyant les pilotes vers le quai Antoine 1er et sa double chicane. Arrivé à la digue, pilotes et voitures durent faire demi-tour au virage nommé Bianchi, empruntèrent un S de Senna pour une ligne droite de retour sous DRS. Le dernier virage renvoya les pilotes vers la mythique ligne « droite » des stands, terminant un des 62 tours du tracé de 4,8 km.

Le samedi

N’étant pas dans cette dimension, le reporter spécial  Leblogauto.com dut se reposer sur la presse pour connaitre le résultat des qualifications et la grille qui en découla. Les conditions furent orageuses et sous des conditions incertaines, Ricciardo montra qu’il est bel et bien un des maîtres de la principauté en signant une pole surprise sur sa Renault. Bien que quittant le navire Losange en fin de saison, l’Australien était remonté comme un coucou! A ses cotés, partageant la première ligne, le local de l’étape Leclerc plaça sa monoplace rouge en excellente position.

La France fut assez bien représentée, Ocon signa une excellente P5. La piste et les conditions firent plusieurs victimes. Dans un tour lancé en Q2, Verstappen heurta le rail à la chicane de la piscine brisant sa suspension. Un rappel des mauvais souvenirs de 2018. Stroll et Kvyat partirent aussi à la faute. Le premier inaugura un accident sur les chicanes Antoine 1er avant que Kvyat ne vit le mur du premier virage après un freinage tardif.

La grille complète: Ricciardo, Leclerc, Hamilton, Vettel, Ocon, Albon Bottas, Perez, Sainz, Verstappen, Norris, Grosjean Russell, Gasly, Magnussen, Raikkonen, Giovinazzi, Latifi, Kvyat, Stroll.

Un départ délicat

Un moment historique en ce dimanche après midi, les combinaisons enfilées et voici les vingt pilotes installés dans leur baquet pour cette première édition de ce new grand prix de Monaco.

Les feux s’allumèrent un par un, les sons rauques des V6 indiquèrent la montée en régime des blocs propulseurs. Le dernier feu s’allumât, la tension s’intensifia jusqu’à en devenir palpable. Les feux s’éteignirent et les pilotes décolèrent de leurs emplacements respectifs. Ricciardo réalisa un superbe envol et conserva la tête au premier virage. Leclerc fit de même et conserva sa position.

Le duel Vettel / Hamilton eut lieu au premier virage. La Ferrari fit un meilleur départ que la Mercedes argentée. Vettel se porta à l’extérieur, Hamilton décida de retarder son freinage mais tira tout droit embarquant Vettel qui ne put tourner. La Mercedes s’arrêta juste avant la barrière, Vettel en fit de même et s’exclama furieux à la radio « Biiiiiip, bip, bip, what’s going on? ». Les deux protagonistes durent attendre le passage du reste du peloton pour enclencher la marche arrière et enclancher une mission remontée.

Le reste du départ fut assez calme, Gasly gagna 4 places grâce à la panique déclenchée par les deux champions du monde. Perez pourtant auteur d’un bon départ, oublia que le virage du Casino s’était transformé en chicane et prit le virage « ancienne version ». Il s’exclama à la radio « you can’t change the circuit like this! » cela lui valut un demi tour et la perte de précieuses places.

Le premier quart de la course: une petite sieste

La procession s’est enclenchée, Ricciardo mena la course, gardant un matelas supérieur d’une seconde sur son  plus proche poursuivant. Ocon troisième maintint Albon et Bottas derrière lui. Sainz, Verstappen et Gasly restèrent à une distance raisonnable pour un gâteau de pilotes formé par le taureau rouge.

Le principal fait d’arme fut le retour des champions énervés sur l’arrière du peloton à coup de meilleurs tours. Le premier reprenant la marque au second tour après tour.

La seconde zone DRS permit aux pilotes de se rapprocher mais l’étroitesse de la piste rendit les manoeuvres difficiles. La défense milieu de piste étant de loin la mesure la plus efficace pour empêcher les dépassements.

Deuxième quart de course, le décret princier qui changea la physionomie.

Devant un spectacle plutôt moribond, le prince Albert décida d’apporter sa pierre à l’édifice. Il ne s’agissait pas d’intervenir à coups de bobsleigh mais grâce à un décret princier. Interdiction de la défense milieu de piste, si changement de ligne, ce dernier devrait être significatif sous peine de sanctions. Alonso dans son fauteuil attendant le départ des 500 miles d’Indianapolis se fendit d’un « maximum penalties », un prélude à sa future présidence de la FIA.

Les équipes réagirent immédiatement en indiquant à leurs pilotes ce changement si soudain. Bottas eut le souffle coupé en entendant dans sa radio « Valteri it’s James … » , mais cette fois ce n’était pas pour laisser passer son équipier.

Le résultat fut quasi immédiat, en l’espace de trois tours, Hamilton dépassa deux voitures, instaurant définitivement une remontée folle. Verstappen se défit de Sainz et se lança à l’assaut de Bottas.

A l’avant, Ricciardo maintenait un excellent rythme, les pneus tendres étant suffisamment endurant pour espérer une stratégie à un arrêt unique. Leclerc accéléra pour tenter de réduire l’écart sous la seconde sans succès. C’est alors que Ferrari décida de faire rentrer son poulain au 26ème tour, l’idée étant d’effectuer l’undercut sur la Renault. Il fut imité le tour suivant par le pilote Renault. L’arrêt se passa bien, mais le tour de sortie de Lerclerc fut extrêmement rapide. Lorsque la Renault sortit de Sainte Dévote, le Ferrari était à ses côtés. La montée entière ne suffit pas à les départager. Dans Massenet, la trajectoire extérieure offrit un surplus de motricité à la Renault qui prit l’avantage définitif à la chicane du casino. Mais la Ferrari restait en embuscade prête à bondir à la moindre opportunité.

Cette stratégie laissa Ocon en tête du new grand prix de Monaco. La Red Bull d’Albon et la Mercedes de Bottas décidèrent de passer par les stands au tour 27 avec l’objectif de dépasser la Renault. Renault décida de maintenir son pilote français en piste ayant la conviction que l’undercut marcherait. Les stratèges décidèrent de décaler la stratégie de leur poulain.

Pendant ce temps, Vettel et Hamilton inséparable depuis le premier tour continuèrent leur remontée, Raikkonen vit Hamilton le passer lors de la ligne droite de retour, avant de voir son ancien équipier effectuer une manœuvre dans la ligne droite des stands. Les pilotes en pneus tendres s’arrêtèrent tous entre le tour 26 et 31. Ocon, en s’arrêtant au tour 30 perdit deux positions.

Troisième quart de course: Il n’y a plus de saison.

La course poursuit sa petite histoire, lorsque qu’un évènement métérologique imprévisible fit son apparition, l’averse scénaristique apparut, une pluie fine mais régulière s’abattit sur l’ensemble de la piste.

Cet évènement soudain eut de nombreuses conséquences. Stroll en pneus tendres eut un boost de vitesse lui permettant de dépasser Magnussen en difficulté puis Norris. Il  démontra ainsi une nouvelle fois une certaine aisance sous la pluie.

Au tour 36, Giovinazzi fit une erreur à la rascasse et cassa sa suspension, Latifi derrière lui ne put éviter un débris de l’Alfa et perdit le contrôle de sa monoplace. Double abandon en l’espace d’un souffle. La voiture de sécurité entra en piste pour permettre un dégagement tout en sécurité.

Les conditions étaient toujours extrêmement incertaines, il était impossible de définir qui des gommes sèches ou intermédiaires seraient le choix le plus performant dans de telles conditions. L’averse scénaristique pouvait repartir de la même façon qu’elle était venue. Le choix devint vite cornélien pour les équipes.

Ricciardo, Leclerc, Albon et Bottas optèrent pour les pneus slicks. Galsy fut le premier à tenter le pari des intermédiaires effectuant pour l’occasion son premier arrêt. Ocon fit de même inaugurant une stratégie à deux arrêts ainsi que Sainz, Stroll, Grosjean et Verstappen. Les champions du monde firent de même. Vettel eut à l’esprit le traumatisme d’un grand prix d’Allemagne 2018. Le reste garda les pneus pour piste sèche espérant une amélioration des conditions. Sainz profita de cette coupure pour ressortir son dictionnaire espanol, italien, pour se faire comprendre des ingénieurs italiens lorsqu’il les rejoindra en 2021.

Troisième quart de course: une reprise peu évidente

Derrière la voiture de sécurité, Ricciardo reprit la tête devant Leclerc, Albon et Bottas. Gasly se plaça à une encourageante cinquième position, Ocon est aussi bien placé, P6 devant Verstappen P7.

Les feux de la voiture de sécurité s’éteignirent indiquant sa rentrée prochaine. Au restart, Leclerc fit parler la puissance de son bloc Ferrari et déposa la Renault de l’australien à Sainte dévote. Un monégasque en tête du grand prix de Monaco! Leclerc décida qu’il était important de créer un rapidement un écart afin de gérer les prochaines situations, ce qu’il fit au bout de quelques tours.

Les champions en remontée reprirent leurs affaires depuis le départ, effaçant un adversaire chacun dans les deux premiers tours de la relance. Ces derniers léchant allégrement les échappements de la voiture adverse dans l’enchainement Antoine 1er, puis dans le virage Bianchi et profiter de la sortie des S de Senna pour doubler dans la ligne droite de retour.   Les gommes intermédiaires semblèrent très légèrement supérieures en performances mais ce n’était qu’une histoire de dixièmes, rien n’empêcha les pilotes en slick de conserver leur avantage. Petit à petit la pluie s’intensifia. La différence de performance des intermédiaires commença à s’accentuer progressivement.

Dernier quart de la course: du rebondissement digne de Michael Bay

C’est à ce moment que le V6 Ferrari de Leclerc décida de rendre l’âme sous un panache de fumée blanche. Surpris, Leclerc s’exclama dépité, « No, no, no. Come on engine, … » Décidément Monaco ne réussit pas au Monégasque.

Le mélange huile moteur plus eau sur la piste n’était pas le plus adhésif. Albon en fit les frais, perdant le contrôle de sa monoplace finissant dans le rail au niveau de l’office de tourisme. En guise de lot de consolation, l’office du tourisme lui offrit une carte de la ville.

Nouvelle voiture de sécurité, La pluie s’intensifia, tous les pilotes en slick, décidèrent d’aller faire un tour au stand et de chausser des pneus intermédiaires, pour terminer la course dans les meilleurs conditions. Cela eut pour effet de changer drastiquement le top 10.

Gasly prit la tête dans sa monoplace blanche, devant Ocon et Verstappen, Sainz, Grosjean Stroll, Hamilton et Vettel. Ricciardo ne sortit que P9 devant Bottas 10. Dur pour l’australien qui était aux avants-postes depuis le début de la course.

Les derniers tours: à qui la victoire?

Lors de la relance, le classement resta inchangé, Gasly mena devant Ocon et Verstappen. A la radio de la Red Bull fut annoncé un repas français, « Mate, it’s french cuisine for the rest of the race, eat them all! ».

Max se fit rapidement pressant dans les échappements de la Renault. Pour Christian Horner, ce fut d’autant plus important qu’il vit devant son pilote fétiche le moteur qu’il a délaissé et décrié et le pilote qu’il considérait comme pas au niveau.

Un peu plus loin Ricciardo et ses enveloppes plus fraiches mirent la pression sur Vettel et Hamilton. A la  sortie du tunnel, il se décala, mais la distance à parcourir fut trop grande, l’australien avorta sa manoeuvre.

Ocon/Verstappen fut une bataille attendue pour la deuxième place de cette course. La Red Bull se rapprocha, centimètre par centimètre au point de fusionner avec la voiture noire et jaune devant lui. A la piscine, l’écart ne pouvait être plus faible. Dans l’enchainement Antoine 1er, même spectacle. La Red Bull se montra dans les rétros lors du virage Bianchi mais personne n’avait encore réussi un tel dépassement.

Au tour 55, après plusieurs boucles scotchées à l’arrière de la Renault, Max se jeta à l’intérieur à la sortie du tunnel avec succès bien qu’il y eut un léger contact repoussant la Renault dans l’échappatoire. La Renault se plaça dans le diffuseur ne s’avouant pas vaincu si facilement. Le troisième secteur fut une copie inverse des tours précédents, la Renault s’approchant de la Red Bull. Dans la zone DRS sans DRS, à la suite du S de Senna, Ocon déboita à l’intérieur pour réussir à son tour un dépassement. Verstappen vit venir la manoeuvre et anticipa son freinage, croisa la trajectoire profitant de la ligne droite des stands pour récupérer son bien et s’envoler vers Massenet. Max venait d’ingérer difficilement l’entrée, il lui restait quelques tours pour le plat de résistance et prendre la victoire.

Un peu plus loin Hamilton prit l’ascendant sur Stroll et Grosjean et se rapprocha de Sainz. Ricciardo dépassa Vettel et inaugura un dépassement à l’intérieur  du 24, au virage Bianchi.

Gasly vit sur le panneau que Max revenait sur lui. Horner pour aider son poulain décida de voler la pancarte dédiée à Gasly. Il partit en courant se réfugier dans son stand poursuivi par le porteur de pancarte Alpha Tauri. La Red Bull est sous la seconde, à la radio Gasly reçoit un message du docteur Marko, qui lui indiqua qu’il savait quoi faire. Gasly répondit du tac o tac « I’m gonna win this race, biiiiiiiip »

La pluie continuait de tomber, Max se décala une première fois dans la ligne droite des stands, sans succès, puis prit une trajectoire différente à l’épingle, toujours le même résultat. A la sortie du tunnel? Le résultat ne changea pas. Max effectua des décalages dans toutes les portions du circuit, mais le français tenait sa position.

Sainz resta à une distance raisonnable du français mais vit Hamilton se rapprocher dangereusement.

Pour la victoire, ce fut une autre histoire. La pression monta dans le cockpit blanc, le taureau rouge étant de plus en plus gros dans les rétroviseurs de Gasly. La Red Bull se jeta à l’intérieur dans Sainte Dévote en retardant au maximum son freinage. Il sortit large ce qui permit au Français de croiser et d’attaquer la montée avec une roue d’avance. La trajectoire extérieure lui offrit la motricité et l’intérieur à la chicane du casino. Le français conserva la tête de la course!

Lors du dernier tour, la lutte continua ainsi avec cette fois une nouvelle fois une attaque à la sortie du tunnel. En tentant une attaque lointaine, désespérée vu les circonstances. L’avant droit de la Red Bull toucha le ponton gauche de l’Alpha Tauri qui se retrouva propulsé et l’obligea à couper la chicane. Il ressortit devant Verstappen, qui se plaignit à la radio de la manoeuvre de son adversaire. De l’autre coté, il y eut aussi des plaintes « Biip, he pushed me off ». L’alpha Tauri a des stigmates importants sur le ponton mais le français poussa pour terminer son tour.

Gasly passa la ligne victorieux, devant Verstappen dont l’escarmouche du dernier tour brisa légèrement son aileron avant. Ocon complète un podium au deux tiers français devant la première Mercedes d’Hamilton.

Podium, radio et backstage.

Gasly lâcha dans le tour de reconnaissance le plus beau YEEEEESSSSS de son histoire. En comparaison, la joie de son poidum brésilien n’en devint qu’un triste évènement  Max se plaignit à la radio « he cut the chicane, he cut the chicane » mais la direction de course ne fut pas de cet avis, classant cela comme un accident de course.

Vettel, seulement P7 à l’arrivée indiqua à la radio « our last race in Monaco was a tough one, good job guys ». Quelques jours après l’annonce de son départ, il espérait surement une autre course.

Ricciardo fut le dindon de la farce, mais cette fois, personne n’avait oublié ses pneus lors d’un arrêt. Il termine P6 dans les échappements de la Mclaren. Stroll prend le point de la 10ème. Le tout en partant dernier. Jolie performance.

Enfin la victoire française attendu depuis bien trop longtemps. Gasly rentra dans le cercle des vainqueurs de grand prix. Christian Horner se mit en PLS en bas du podium et se mit à pleurer.

Alors ce nouveau tracé?

Investi d’une mission par le patron de la F1, votre serviteur sollicite l’avis des lecteurs sur ce nouveau tracé. Devons nous le proposer à notre univers, ou gardons notre bon vieux tracé tel qu’il est? Laissons la démocratie en juger!

Un conseil, attention aux appels pcv d’autres univers, ça augmente la facture téléphone de façon drastique. Et il n’y a pas de forfait pour ça.

Pour la prestation, à qui dois-je envoyer la facture?

Image: Formula1, modifié par leblogauto.com

Merci à Thibaut pour le tracé!

 

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Exclu F1 2020: New Monaco GP: une nouvelle course"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

Alonso patron de la FIA…on est mal patron on est mal 😀

Sinon, évidemment, j’ai oublié de préciser dans ce nouveau tracé fourni à Baptiste, que le quai Antoine 1er est rebaptisé quai Anthoine Hubert vainqueur à Monaco l’an dernier en GP2.

Hubert, Bianchi, Senna…les Princes de Monaco.

Sinon le décret princier pour interdire la défense au milieu de la piste on peut réellement le garder pour 2021 ? 😀

Panis doit être (virtuellement) soulagé maintenant de ne plus être le dernier pilote vainqueur d’un grand prix de F1 !24 ans après, il était temps…

JM 30
Invité

Lorsque l’on voit les photos du tournage du film de Lelouch, on peut constater un nouveau parvis devant le Casino. En 2021 quoi qu’il arrive, la logique voudrait que ce virage soit différent, et hélas plus lent « en vrai ».

Sinon, je ne suis pas emballé par ce tracé « proposal ». Le rallongement ne permet rien de plus, tout en étant plus complexe à maintenir puisque plus long (plus de grues, plus de commissaires…). Pour moi, le seul intérêt d’un rallongement de Monaco serait si l’on y ajoutait une zone de dépassement ou un espace plus important pour la zone des stands.

JM 30
Invité

Je rectifie après avoir vu la vidéo: pas si certain en fait l’impact sur le dessin du virage…

Thibaut Emme
Admin
Oui, le « rond-point » est redevenu place devant le casino. Pas plus mal, mais trop minéral à mon goût. Sinon pour le tracé, c’est évidemment plus pour rendre hommage à trois pilotes hélas décédés en course et qui ont marqué Monaco (soit en gagnant, F1 ou F2, soit en marquant des points inespérés comme Jules Bianchi). Mais, le retour depuis la digue offre un deuxième tunnel (pour les images) et une ligne droite propice à créer une aspi pour un freinage de trappeur à Antony Noghès…à condition que le décret princier de ne pas prendre toute la piste soit effectivement pris… Lire la suite >>
JM 30
Invité

Oui, sincèrement, pour animer le GP de Monaco, je pense qu’un principe de « Tour joker », comme à Vila Real en WTCC/WTCR serait une idée sur laquelle les instances de la F1 feraient bien de réfléchir…

Fabrice
Invité

Bravo !!!! Je me suis éclaté à lire ce résumé bravo encore.
Le nouveau tracé j’aime bien ça rajoute du piment et probablement de meilleures vues sur la mer à l’épingle.

Gasly prince de Monaco – ça sonne bien 😁

gigi4lm
Invité
Quelque chose me dérange. Cette idée d’interdire une défense de position en gardant le centre de la piste est inapplicable car sujette à trop d’interprétations et donc de controverses. Et c’est qui le concepteur de la nouvelle portion du circuit ? Thibaut Emme ? Virez le !!! 😀😀😀 Il faut vite appeler Hermann Tilke à la rescousse. Il remblai une partie du port, met à bas quelques immeubles gênants et trace une magnifique piste avec les dégagements bétonnés qui vont bien et qui évitent les rails. Là on pourra se dépasser (peut être) ! 😀😀 Ah aussi, il faudrait renommer… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

@gigi4lm : au bout de l’avenue de la quarantaine (la bien nommée) en revenant de la digue, il y a moyen de faire un freinage de trappeur à Antony Noghès 🙂
Surtout, pour les images….

https://www.google.fr/maps/@43.73277,7.426557,3a,75y,264.24h,89.16t/data=!3m6!1e1!3m4!1sQ8ckG1JNXipoP9Yz6p5QFA!2e0!7i13312!8i6656

Bon, il faut l’imaginer avec ses 3 voies de large et des rails…mais coincés contre la falaise cela doit bien sonner. Et au bout….BIM les freins.
J’ai reçu un coup de fil du Herman Tilke qui connait le Chase Carey de l’autre dimension et il valide 😀

gigi4lm
Invité

Je connais bien l’endroit et j’imagine.
Et si Hermann est d’accord ….😀

Baptiste Delverde
Invité

Logique. Sinon il ne m’aurait pas missionné en tant que lobbyiste pour en faire la promotion. Herman aurait boudé.

Baptiste Delverde
Invité

Faut pas l’appeler trop fort, il va venir et demander de raser la ville pour y faire un nouveau tracé. 😛

Pour la défense de position? C’est inapplicable et un peu débile surtout par décret princier :D. Qui a écrit ça?

wpDiscuz