Accueil Electriques Tesla : Retour sur l’assemblage du Model Y – Partie 2

Tesla : Retour sur l’assemblage du Model Y – Partie 2

41
5
PARTAGER
Sandy Munro inspecte les desssous du Model Y.

Suite à notre premier article sur la série de vidéos tournées par Sandy Munro et son équipe, nous allons voir que certaines solutions retenues par Tesla sur la Model Y sont plutôt novatrices…

Pour la partie moteur, le Tesla Model Y reprends l’architecture de la Model 3 avec deux modules de propulsion électrique, à l’avant et à l’arrière. L’avant comporte un moteur asynchrone (aussi appelé moteur à induction) et l’arrière un moteur synchrone à aimant permanent. Ce sont deux technologies au coût différent et complémentaires, et pour des questions de rendement, ils comportent tout deux une boite de vitesse et son filtre à huile. Toujours sur le même sujet, il compare les moteurs des Model Y et Model 3, tout en donnant un aperçu de la concurrence, notamment les Nissan Leaf, Audi eTron, Jaguar iPace, Chevy Bolt et BMW i3. Il en ressort que chaque constructeur à ses petits secrets pour optimiser le flux magnétique, le rendement ou l’énergie produite et autres caractéristiques.

En analysant le système de ventilation et refroidissement (HVAC), il découvre le recours à l’impression 3D pour corriger ce qui semble être un défaut dans un moule. Sur le carter en plastique du système, une pièce imprimée en 3D y a été grossièrement ajouté. Solution pragmatique et intelligente on imagine qu’elle a permis de ne pas perdre de temps en attendant la correction du moule servant a produire la pièce en question. Soit une première pour un constructeur automobile. Pour le chauffage, une pompe à chaleur qui a l’avantage par rapport à une résistance de consommer moins d’énergie pour produire de la chaleur est utilisée contrairement à la Model 3.

Différentes solutions contre le bruit et les vibrations sont retenues sur le modèle Y. Munroe découvre un usage abondant de fibre de verre, mousse en polyuréthane (PUR), masquage en élastomère thermoplastique (TPO), insonorisant injecté, patchs en mastic et mousse découpée grossièrement. Le résultat est gain en insonorisation et des bruits de roulements atténués par rapport à la Model 3, ce que confirment les premiers essais sur le net.

Munro nous apprends que comme les autres constructeurs, Tesla fait usage de verre trempé pour le toit panoramique et de verre feuilleté pour les autres glaces. Il n’hésite pas à casser une vitre coté passager pour confirmer que les morceaux de verre ne sont même pas coupants.

En observant le moulage de la structure arrière et des trous vacants : il mentionne la possibilité de montage d’un réservoir d’air pour suspension pneumatique, peut-être un futur upgrade. Le faisceaux pour attelage est déjà pressent ce qui laisse la possibilité d’en monter un autre que celui du constructeur.

Tout n’est pas rose cependant. Pour la partie câblage, Munro affiche sa déception car il s’attendait à une réduction drastique du nombre de câbles, bien que le Model Y n’ai pas une architecture 48V mais 12V. Il trouve aucune trace de la possibilité transfert bidirectionnel tels que le « vehicle to grid » (V2G), « vehicle to vehicle » (V2V). Il constate aussi que certaines soudures du châssis sont d’apparence médiocres.

Notre avis, par leblogauto.com

Encore une fois les progrès réalisés sur le Tesla Model Y semblent se confirmer au fil des publications des vidéos de Munro. Quand on sait le succès que l’on prédit pour le Model Y ce n’est pas étonnant. On se dirige vers un nouveau succès commercial pour le constructeur Californien. En France, le prix de base est de 58000 euros pour la version deux roues motrices à grande autonomie (540 km WLTP).

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Tesla : Retour sur l’assemblage du Model Y – Partie 2"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Cela va être déjà dur pour la concurrence qui sort à peine de l’œuf.

Christophe
Invité

« ils comportent tout deux une boite de vitesse et son filtre à huile », elle n’abriterait pas uniquement le réducteur et le différentiel qui comme tout élément mécanique a besoin d’être lubrifié.
Logiquement comme il y a conversion de la vitesse entre l’entrée et la sortie, cela s’appelle bien une boite de vitesse même si certains refusent de l’admettre.

Yoke
Invité

Soit il y a une erreur dans l’article soit j’ai loupé une nouveauté chez Tesla. Normalement il n’y a pas de boîte de vitesse sur le Model Y.

wpDiscuz