Accueil WEC WEC-6 heures du COTA : Rebellion et AMR à l’aise

WEC-6 heures du COTA : Rebellion et AMR à l’aise

359
8
PARTAGER
wec cota
#1 REBELLION RACING / CHE / Rebellion R-13 -Gibson - - Lone Star Le Mans - Circuit of the Americas - Austin - USA

Absentes au calendrier depuis 2017, les 6 heures du COTA ont fait leur retour en WEC, en remplacement de la manche d’Interlagos. Il n’y a pas eu match en LMP1, Rebellion battant facilement Toyota.

Ces derniers temps, l’actualité en Endurance est davantage soutenue par les rebondissements règlementaires et les rumeurs sur l’avenir des constructeurs impliqués, plutôt que par l’action en piste, du moins dans la catégorie reine. A Austin, le plateau LMP1 était réduit à la portion congrue avec seulement 3 prototypes, en raison de l’absence des Ginetta.

LMP1 morne plaine

Avec le succès de Bahreïn, les Toyota ne partaient pas favorites en Amérique, en raison d’un important success handicap. Pour ceux qui l’ignorent, ce « success handicap » pénalise les performances des véhicules en fonction de leur classement au championnat et des résultats de la course précédente, afin de niveler le plateau. Ainsi, la Toyota n°7 de Conway-Kobayashi-Lopez, victorieuse à Bahreïn, se voyait infliger un handicap de 2″7 par tour, la n°8 de Buemi-Nakajima-Hartley un handicap de 2″2, alors que la Rebellion de Senna-Menezes-Nato se contentait de 0″5 par tour. Lors des qualifications, la Rebellion s’adjugeait sans surprise la pole, avec 1″6 et 1″9 d’avance sur les Toyota. Le calcul des handicap ne serait-il pas exagéré ? La seconde Toyota ne comptait que 0″4 d’avance sur la 4e place, occupée par…une LMP2 !

toyota
Toyota ne pouvait rien faire. Le principe du success handicap va-t-il trop loin ?

En course, le suspense a vite tourné court. Rebellion, qui va pourtant quitter l’Endurance à l’issue du championnat, a rendu une copie parfaite, terminant avec 50 secondes d’avance sur la Toyota n°8 et…deux tours sur la Toyota n°7. Le championnat est en partie relancé, mais les artifices de la règlementation masquent difficilement les déboires de la catégorie LMP1. Et l’avenir incertain de l’Hypercar laisse beaucoup d’incertitude.

Vraie bagarre en LMP2 et GTE

C’est devenu une habitude désormais : ceux qui cherchent du vrai spectacle et de la vraie bagarre doivent se focaliser sur la 2e catégorie du LMP et le GT, qui profitent de plateaux plus fournis.

9 voitures étaient engagées en LMP2. L’ORECA 07 n°22 de United Autosport, emmenée par Filipe Albuquerque, Phil Hanson et Paul di Resta, enchaîne après Bahreïn et l’emporte une nouvelle fois, grâce notamment à un excellent dernier arrêt ravitaillement. Ils devancent une autre Oreca, celle du Jackie Chan DC Racing pilotée par Will Stevens, Ho-Pin Tung, Gabriel Aubry.  Ils signent leur 4e podium consécutif, leur 3e seconde place mais n’ont pas encore concrétisé en course et perdent la tête du championnat. L’ORECA n°38 d’Anthony Davidson, Antonio Felix da Costa et Roberto Gonzalez (JOTA Sport) complète le top 3. Mauvaise opération par contre pour Signatech Alpine Elf, qui a perdu deux tours à la suite d’une défaillance de freins sur son Alpine A470 pendant la troisième heure. L’équipage n’est que 6ème.

Hanson et Albuquerque prennent la tête du LMP2

Partis de la pole, Nicki Thiim et Marco Sørensen ont dominé la catégorie LMGTE Pro mais, en fin de course, ils ont du résister au retour de la Porsche 911 RSR-19 n°92 de Kévin Estre et Michael Christensen. Le duo danois conforte son avance au championnat avec 26 points de marge. La troisième place est occupée par la Ferrari 488 GTE Evo n°51 de James Calado et Alessandro Pier Guidi (AF Corse), devant l’autre Aston Martin Vantage AMR et la 2e Ferrari AF Corse de Davide Rigon et Miguel Molina . L’intérêt de cette manche était aussi de voir évoluer pour la première fois en WEC la nouvelle Chevrolet Corvette C8.R, qui poursuit son développement même si la marge avec les autres concurrents est encore importante.

wec cota
3 victoires en 5 manches pour Thiim et Sorensen

AMR gagne également en LMGTE Am grâce au trio TF Sport composé de Salih Yoluc, Jonny Adam et Charlie Eastwoods. Avec une 3e victoire dans la saison, ils confortent aussi leur leadership. Après une lutte intense, ils devancent de 3’’6 Paul Dalla Lana, Darren Turner et Ross Gunn (Aston Martin n°98) et la Porsche 911 RSR n°56 d’Egidio Perfetti, Matteo Cairoli et Laurents Hörr qui complète le podium.

Résultats de la course

Championnats

LMP1

1.Conway-Kobayashi-Lopez (Toyota) 112 pts

2.Buemi-Hartley-Nakajima(Toyota) 107 pts

3.Menezes-Nato-Senna(Rebellion) 93 pts

LMP2

1.Albuquerque-Hanson (United Autosports) 94 pts

2.Aubry-Stevens-Tung(Jackie Chan DC) 90 pts

3.Di Resta (United Autosports) 79 pts

LMGTE

1.Sorensen-Thiim(AMR) 109 pts

2.Calado-Pier Guidi (AF Corse) 83 pts

3.Christensen-Estre (Porsche) 83 pts

LMGTE Am

1.Collard-Nielsen-Perrodo (AF Corse) 85 pts

2.Adam-Eastwood-Yoluc(TF Sports) 83 pts

3.Dalla Lana-Gunn-Turner (AMR) 78,5 pts

 

Images : WEC

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "WEC-6 heures du COTA : Rebellion et AMR à l’aise"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

Ce success handicap me file des boutons…

Et à Rebellion aussi visiblement puisque bien que victorieux pour la 2nde fois de la saison, ils indiquent qu’ils préféreraient se battre plutôt que de triompher sans gloire.

Comme je le dis souvent, le « lest de victoire » c’est comme faire courir Usain Bolt avec une ceinture de plomb de 30 kg face au 5e mondial.

sylver
Invité

Absolument, dans une catégorie « proto » c’est du n’importe quoi. En arriver a des artifices pareils c’est démontrer s’il le fallait la mauvaise santé de l’endurance.
Par contre en GT, la BOP donne des courses disputées et permet a des voitures de conception assez différentes de se battre entre elles.

Thibaut Emme
Admin

La BoP est un peu pareil, sans atteindre le niveau du lest de victoire.
On a vu par le passer (encore récent…) des écuries sacrifier certaines courses et des essais pour demander une BoP plus favorable et tout éclater en course, aux 24h par exemple.

Cela donne un spectacle en piste, c’est certain.
Mais, personnellement, c’est à l’encontre de ma conception du sport auto ou le meilleur doit gagner.
Après que l’on cherche des moyens de rendre les courses plus disputées…pourquoi pas. Mais de là à les « fausser ».

sylver
Invité

Pour moi ça dépend si l’on parle d’une catégorie ou les voitures sont conçue par les écuries uniquement dans le but de faire la course (LMP, F1, WRC, …) ou s’il s’agit de voiture de « tourisme » modifée pour courir (ce qu’était le GT a la base, avant les Ford GT et autres Porsche 911 a moteur central)

4aplat
Invité

A moi aussi. Techniquement parlant, les Toyota sont devant et la, elles se prennent 50 sec en 6 heures …
Rebellion ne demerite pas, mais là, ca va trop loin .

gigi4lm
Invité

La prochaine étape : une EP Tender à l’arrière du vainqueur.
Le WEC frôle le ridicule.

gigi4lm
Invité

« Et l’avenir incertain de l’Hypercar laisse beaucoup d’incertitude. »
Ça sent le pléonasme

Invité

J’aimerais bien connaitre le budget de SMP et Bykolles de la précédente saison, si on peux pas avoir de constructeur qui se comportent pas comme des gamins, autant avoir des privés non?

wpDiscuz