Accueil Actualités Entreprise FCA – PSA : les conseils d’administration donnent leur accord

FCA – PSA : les conseils d’administration donnent leur accord

1268
41
PARTAGER
PSA FCA

Le Conseil d’Administration de PSA, puis celui de FCA un peu après, ont donné leur accord pour poursuivre le projet de fusion des deux groupes automobiles.

Selon l’AFP, « le conseil d’administration de PSA a accepté mercredi soir le principe d’une alliance avec Fiat-Chrysler (FCA), étape dans la constitution d’un nouveau géant de l’automobile. »

Le CA accorde sa confiance au président du directoire de PSA, Carlos Tavares, pour avancer dans les négociations avec FCA. D’après Reuters, « Le conseil d’administration
de Fiat Chrysler FCHA.MI a donné mercredi son feu vert à la poursuite du projet de rapprochement avec PSA PEUP.PA , a-t-on appris de source au fait des discussions ».

Attention, accord à la poursuite des discussions ne signifie pas que ces-mêmes conseils donneront leur accord au projet final. Mais cela montre la volonté de tout le monde d’avancer, et plutôt vite visiblement.

Selon les sources qui ont rapporté à l’AFP, le futur ensemble disposerait d’un conseil d’administration à 11 membres. 6 pour PSA et 5 pour FCA. On savait déjà que John Elkann pourrait présider le nouvel ensemble tandis que Carlos Tavares en serait le Directeur Général.

Les représentants des organisations syndicales ont été convoqués au Comité de Liaison du groupe par la Direction de PSA jeudi matin 7h50.

Une alliance qui séduit tout le monde pour le moment

Les marchés d’abord, puisque le cours de PSA a progressé de 4,5% à la Bourse de Paris et que celui de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a bondi de plus de 9% à Milan.

Les syndicats ensuite: Force Ouvrière, premier syndicat chez PSA, a souligné une « dynamique industrielle positive » du projet et la CFE-CGC, numéro deux, retient qu’il n’est « pas prévu de fermeture de site en France ».

Le gouvernement français, si réticent il y a quelques mois lorsque FCA a tenté, en vain, de convoler avec Renault, a dit être « particulièrement vigilant » au sujet de l’emploi. Mais l’État, actionnaire à environ 12% de PSA via BpiFrance, estime aussi que les discussions « confirment le mouvement de consolidation mondiale de l’industrie automobile, qui est nécessaire et dans lequel la France veut prendre toute sa place ».

Le vice-ministre italien de l’Economie Antonio Misiani a estimé « vital de préserver les sites » dans son pays. Il a souligné dans le même élan qu’il y avait un « changement de paradigme sur le marché automobile avec le passage à l’électrique », rendant « nécessaires de lourds investissements et des regroupements ».

Ces discussions interviennent quelques mois seulement après l’échec d’un projet de fusion entre Fiat Chrysler et Renault, numéro un français de l’automobile.

Du côté français, on estime que ce projet est différent, avec un « mariage à deux et non pas à trois dont un acteur qui ne voulait pas de l’union », en référence à Nissan, allié de Renault, qui était sceptique.

– Fusion entre égaux ? –

Les modalités du mariage restent encore à définir, même si une source proche du dossier a confirmé à l’AFP les informations du Wall Street Journal: à savoir une fusion entre égaux avec échange d’actions, tout en notant que d’autres options étaient également sur la table.

La question potentiellement épineuse du siège de la future entité n’a pas été tranché, mais l’hypothèse des Pays-Bas est sur la table, selon la même source.

Carlos Tavares deviendrait directeur général de la nouvelle entité, dont le conseil d’administration serait présidé par le patron de Fiat Chrysler (FCA) John Elkann, héritier de la dynastie Agnelli.

La valorisation boursière de l’entité fusionnée est évaluée à environ 50 milliards de dollars (45 milliards d’euros).

Un tel rapprochement ferait entrer la nouvelle entité dans le collège des mastodontes du secteur derrière Volkswagen, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyota.

PSA a vendu 3,9 millions de véhicules l’an dernier, pour un chiffre d’affaires de 74 milliards d’euros. FCA a écoulé 4,8 millions de véhicules, pour 110 milliards d’euros. Le couple contrôle les marques Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, DS, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot et Vauxhall.

« Un remarquable rebondissement pour PSA »

A l’heure où le marché automobile mondial est confronté à une conjoncture morose, et à des défis technologiques majeurs liés à l’essor des véhicules électriques, « c’est un remarquable rebondissement pour PSA, qui avait frôlé la mort en 2012 », observe Michael Hewson, analyste du courtier CMC.

Le constructeur n’avait été sauvé de la faillite que par l’entrée à son capital de l’État français et du chinois Dongfeng, au côté de l’autre actionnaire de référence, la famille Peugeot.

Une fusion permettrait à PSA de revenir par la grande porte sur le marché américain grâce aux Jeep et aux pick-up Dodge RAM de son fiancé. Fiat Chrysler de son côté consoliderait ses positions en Europe, où le groupe souffre de n’avoir pas suffisamment renouvelé sa gamme.

burs-pid-lo-cco/aue/tq/cam

Avec AFP

Poster un Commentaire

41 Commentaires sur "FCA – PSA : les conseils d’administration donnent leur accord"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Stabak
Invité

Eh ben. Ca va plus vite qu’on ne le pensait!

Hâte de voir la suite.

Sinon petite question. J’y connais rien dans le domaine, mais si PSA à 6 places au conseil d’administration, et que FCA en a 5, ce veut dire que PSA aurait la main sur la future entité? Et les Agnelli dans tout ça? Ils seront actionnaires majoritaires?

polo
Invité

Apparemment pour équilibrer les valorisations de chaque groupe, les actionnaires de PSA se partageront les actions Faurecia dont dispose encore le groupe et les actionnaires de FCA se partageront un dividende de 5,5Mrd€.

Miké
Invité

Hahaha, évidement.

Bcbg
Invité

A première vue le deal semble bon.FCA n a pas le choix,PSA peu d alternatives crédibles.
Attendons d en savoir davantage…

Francois
Invité

Vraie fausse nouvelle, si PSA et FCA communiquaient ce matin sur leur potentielle fusion, c’est que cette étape était déjà, dans les faits, pliée, non ?

Greg
Invité

Oh non. Si c’ était aussi simple😉

Fabi35
Invité

Quand je vois l’image d’illustration de l’article ….il y a quelque chose qui me choque !
deux voitures qui représente le « niveau/emblème » de chaque marque…la jaune dernier cris et une bleue qui à 10 ans
Et la fusion serai une bonne chose pour PSA ?!
C’est un peu l’EHPAD qui cherche à se marier 🤔

C3po
Invité

Fiat n’est pas en très bon etat, mais ce n’est pas non catastrophique
Le groupe fait des bénéfices
Ni pertes ni marges en Europe
Finalement c’est presque moins pire que Opel

Greg
Invité

Curieux, fiat a pourtant indiqué avoir des pertes en Europe…
https://www.google.fr/amp/s/amp.thenational.ae/business/markets/fiat-chrysler-profit-slumps-29pc-hit-by-losses-in-china-and-europe-1.856927
Ensuite ils font des bénéfices… mais en grande partie car ils ont sous-investi leurs gammes. A part Jeep, la plupart des vehicules survivants ont un âge canonique

Invité

j’ai des doutes sur la viabilité de cette alliance. Cela risque de se terminer comme avec Renault, et avant comme avec les autres alliances qu’a fait FCA. Tout cela ressemble à un chant du cygne, et que FCA panique. Tavares risque de s’en mordre les doigts. En espérant me tromper toutefois, mais avec FCA …

wpDiscuz