Accueil Mercedes Essai Mercedes EQC 400 de 408 ch

Essai Mercedes EQC 400 de 408 ch

2016
60
PARTAGER
Essai Mercedes EQC400 (2019)

Les constructeurs commencent tous à « électrifier » leurs gammes, Mercedes ne faisant pas exception avec l’arrivée sur le marché du EQC. Ce SUV, nous l’avons essayé dans un environnement pas forcément favorable à ce type de véhicules : la montagne. Un exercice particulièrement intéressant à l’occasion d’un roadtrip qui nous as menés de Milan à Zurich. 

SUV, premium et électrique

Le nouveau Mercedes EQC 400 partage sa plateforme avec le GLC. Ce SUV électrique en reprend en partie ainsi les proportions. Pourtant il se montre assez près du sol, il faudra donc faire tout de même un peu attention en abordant certains trottoirs. Son look futuriste lui va plutôt bien dans notre finition 1886.

Ce gros bébé en impose, à l’image de ses immenses roues. On ne devine pas forcément immédiatement son type de propulsion au premier coup d’œil. Surtout avec un bouclier arrière qui brouille les pistes, avec ce liseré chromé qui semble entourer des sorties d’échappement fictives. Il devrait se fondre aisément au milieu des autres SUV premiums dans la circulation.

Confortable et plaisant à conduire

A bord, l’environnement purement Mercedes ne déçoit pas. Il s’apparente à celui du GLC, et s’inscrit parfaitement dans le style maison. La planche de bord s’articule autour des larges écrans composant le bien connu MBUX. En plus des informations habituelles du système, il en affiche d’autres spécifiques à l’EQC. Flux d’énergie, navigation s’adaptant à l’autonomie. Avec les batteries dans le plancher, le coffre de 500 litres se montre correct.

On se sent apaisés à bord, comme on l’attendait et à l’aise à toutes les places. Le silence valorise la sensation de glisse. Sur l’autoroute, en activant la conduite semi-autonome, on se laisse juste porter, en ignorant la pluie qui accompagne notre début de parcours. Notre première objectif, la frontière italo-suisse et la borne Ionity quelques kilomètres après. On se projette alors dans le futur.

Essai Mercedes EQC400 (2019)

Une vision du futur

Une demi-douzaine de prises rapides, et plusieurs véhicules en attente pour maximiser l’autonomie avant d’aborder la montagne. Une demi-heure après notre arrivée, nous repartons, batterie chargée à 98%. On se rapproche alors de cols alpins mythiques, dont quelques-uns du Grand Tour, route suisse touristique bien connue. En abordant celui du Gothard, on ne culpabilise pas en doublant les cyclo-touristes.

L’autonomie elle, descend par pas de plusieurs kilomètres, alors qu’en réalité on n’en parcourt bien moins. Pas d’inquiétude, on nous a promis que la redescente allait avoir l’effet complètement inverse. On se lâche alors sur les sorties d’épingles, en profitant du couple énorme des deux moteurs électriques de 408 chevaux (cumul), un sur chaque train. Impressionnant ! Des sportives sont loin de pousser aussi fort…

Monter des cols en électrique

En regagnant la vallée, alors que nous n’avions plus qu’un tiers de la charge, une vingtaine de kilomètres suffit à redépasser la moitié de la jauge (batterie de 80 kWh). On s’attaque maintenant au col de la Furka, celui qui servit de lieu de tournage pour Goldfinger. On se concentre alors cette fois-ci sur le comportement. Avec 2 495 kg, pas de miracle, les pneus crissent quand on aborde les virages avec de la vitesse.

Cependant, il freine plutôt bien de manière naturelle. En outre, pour maximiser la recharge, les palettes + et – derrière les branches du volant permettent de jouer avec la régénération. Plusieurs forces de frein moteur et une roue libre limitent l’utilisation de la pédale de gauche. On s’amuse même avec, ce qui rend les descentes ludiques. Adieu le stress lié à l’endurance du freinage.

Dès 78 950 €!

Au pied du Susten, il nous reste encore plus de 100 km pour atteindre le lac de Zurich. L’autonomie qui s’adapte au rythme de conduite nous indique à 10 bornes du col à peine 50 km de réserve. Nous savions que la descente suffirait à recharger pour finir notre parcours. Mais sans cette information, la situation aurait été un peu moins confortable. Nous nous sommes même permis une conduite dynamique en fin de parcours.

Difficile de faire des projections, mais avec environ une charge et demi, nous sommes arrivés à couvrir aisément notre roadbook de plus de 320 km comprenant 4 montées en altitude. Au moment de rendre les clés, il nous restait 50 km dans la batterie. Défi réussi ! L’EQC en tant que SUV électrique coche beaucoup de cases, et se montre bon voyageur (si point de recharge rapide sur votre parcours). En revanche il demande encore beaucoup d’argent, même pour une Mercedes. Dès 78 950 €, et 92 450 € pour notre édition 1886.

 

+ON AIME
  • Puissance
  • Confort
  • Equipements
ON AIME MOINS
  • Poids
  • Garde au sol
  • Tarifs

 

Mercedes EQC 400
Prix (à partir de)78 950 €
Prix du modèle essayé92 450 €
Moteur
Type et implantation2 moteurs asynchrone
Cylindrée (cm3)
Puissance (kW/ch)300 / 408
Couple (Nm) 760
Transmission
Roues motricesintégrale
Boîte de vitesses automatique
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrière Multibras
Freins à disques
Jantes et pneusAV 235/50 R20

AR 255/45 R20

Performances
Vitesse maximale (km/h)180
0 à 100 km/h (s) 5,1
Consommation (jantes 20 pouces)
Cycle urbain (kWh/100 km)
Cycle extra-urbain (kWh/100 km)
Cycle mixte (kWh/100 km)22,3 à 25
CO2 (g/km) 0
Dimensions
Longueur (mm)4 774
Largeur (mm) 1 884
Hauteur (mm) 1 622
Empattement (mm) 2 873
Volume de coffre (l) 500
Batterie (kWh)80
Masse à vide (kg) 2 495

Illustrations : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

60 Commentaires sur "Essai Mercedes EQC 400 de 408 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
RAPTOR
Invité

C’est beau le progrès

2.5 Tonnes pour transporter 105 kg de bidoche bobo

Les enfants congolais seront content de savoir que ce Merco marche bien

amiral_sub
Invité

2.5T sans carburant. Sinon vous pouvez acheter des SUV de 2.5T qui crament 15l/10 de carburant (en roulant calme)

RAPTOR
Invité

Ou acheter un monospace de 1.5t en gpl.

SGL
Invité

Bah oui @RAPTOR, l’équivalent thermique de ce SUV doit être pire.
Soit l’on taxe le poids, soit l’on interdit certains types de véhicule …. ?

SGL
Invité

Un Dacia Lodgy GPL pour tous les SUV de plus de 2 tonnes confisquées 😉 😀

pat d pau
Invité

merci pour la proposition mais je la refuse. y’a bcp mieux.

CDA
Membre

On utilise « bobo » à toutes les sauces depuis quelques temps.
Or bobo = bourgeois bohème.
Pour le coup, je ne pense pas que ce sont des « bobos » qui roulent dans ce genre de voiture.

Moi.
Invité

C’est électrique, moche, lourd, cher et inutile, si c’est ça le progrès automobile, eh bâ…

Lovehornby
Invité

Quel bel endroit.
Dommage de ne pas en avoir profité pour faire un peu de hors piste, ce que tout bon suv doit avoir dans ses aptitudes…

NBLL
Invité

toujours pareil donc : pour beaucoup plus cher qu’une Model 3, on a beaucoup moins bien (même si ce n’est pas le même segment).
Par ailleurs, quand je regarde la planche de bord de cette caisse ou de la etron et que je co,pare aux tesla, j’ai la même impression que quand on comparait un blackeberry avec le premier iphone. je ne critique pas la qualité mais juste le fait que ça fait très « monde d’hier ».
la grande extinction approche dans l’automobile.

Invité
Model 3: – retours au SAV multiples car… – …soucis de fiabilité dû aux multiples soucis d’assemblage – très technophile, donc, clivant (certains détestent et préfèrent un intérieur plus conventionnel) – épuré à l’extrême, donc, clivant (certains détestent, comme moi) – image de marque très différente – recherche différente par le client (pour le côté statutaire, notamment) – beaucoup, beaucoup plus petit qu’un EQC : comparaison à faire avec un modèle X uniquement; sinon, c’est du hors sujet. Model X, c’est à partir de 90000€. A la limite, Tesla S, même si c’est une hérésie. A partir de 85 000€… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

les vieux constructeurs gardent leurs réflexes de vieux constructeurs : gros SUV, autonomie faiblarde, réseau de charge pas encore au point, coffre avant inexistant. Ils se sont fait sacrément secouer et on mesure tout le retard qu’ils ont pris

sylver
Invité

La grosse différence des « vieux » constructeurs c’est surtout qu’ils ne peuvent pas trop de permettre de perdre 5 milliard sur un produit… Et qu’ils ont des standards a maintenir au niveau sécurité, qualité, etc …

pat d pau
Invité

non mais 25milliards d’amende oui…ahahaha

mais bien sur qu’ils peuvent mettre 5 milliards… t’as cru que c’etaient des SDF les BAM ?

Sylver
Invité

@pat d Pau: relis mon message, je ne parle pas d’investir 5 milliard mais bien de les perdre. Ce ne sont pas des œuvres de charité et quand il fait investir, jusqu’à présent il était bien plus rentable de le faire dans un gros SUV diesel.

Invité
Non, Amiral_sub, il va falloir retirer les oeilleres et regarer les choses en face. Ce n’est pas « les constructeurs » qui gardent leurs habitudes. Les constructeurs feront toujours tout ce que les clients leur demandent. Les clients VEULENT et DEMANDENT du SUV. Alors les constructeurs font du SUV. Le segment des SUV est encore aujourd’hui celui qui croit le plus. Si les clients voulaient du coupé cab, il y aurait du coupé cab à foison. Ce sont les CLIENTS qui gardent leur bonnes vieilles habitudes. Le réseau de charge en France est déjà largement supérieur au nombre de stations services (25… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

je suis entièrement d’accord. N’empêche que cette mercedes me fait penser à de l’adaptation plutôt qu’à une vraie bagnole conçue électrique

Sylver
Invité

Ils ne s’en cache d’ailleurs pas… Encore une fois, pourquoi absolument partir de zéro quand on peut adapter une plateforme existante pour bien moins cher et quasiment les mêmes revenus.

wizz
Membre
https://www.leblogauto.com/2019/09/vw-ekafer-non.html Le concept VW eKäfer La Coccinelle est un véhicule normal, avec une garde au sol normale. La batterie a été fixée sous la voiture, et va donc « frotter » au sol. Pour cela, ils ont réhaussé la suspension, sans modifier le reste de la voiture (sa carrosserie). De ce fait, elle ressemble à Choupette de Disney . https://img.autoplus.fr/picture/mercedes/glc/1536180/Mercedes_GLC_2019_a6421-1200-800.jpg La GLC est un SUV, déjà haut perché. Le seul du plancher est à peine en dessous de l’axe des roues, de 18-19 pouces https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2019/09/2019_Essai-Mercedes-EQC_09.jpg Mercedes a simplement accroché la batterie en dessous du véhicule, comme le ekafer, mais sans avoir à… Lire la suite >>
sylver
Invité

@wizz, pour info, le fait d’avoir des roues 18, 19 ou 20 ne change pas la garde au sol car le flanc du pneu diminue de façon proportionnelle…
Ici Mercedes a quand même du modifié le plancher du véhicule, on ne met pas 15cm de batterie comme ça…

Thibaut Emme
Admin
@Sylver : oui et non. Si on prend une même voiture, ce sera le cas. Mais sur des voitures différentes, la tailles des jantes ne donne pas forcément le même périmètre de roue. Par exemple le dernier Scenic est en 195/55 R20. De la grande jante, étroite pour sa taille et à flanc généreux. Les autres voitures en 20 pouces vont généralement être en taille basse, voire très basse. Pour loger la batterie, il y a 2 solutions en gros, on met la batterie « dans » le plancher et la voiture conserve une allure normale de berline. A l’intérieur, il y… Lire la suite >>
sylver
Invité

@Thibaut, d’ou ma question plus bas de savoir si vous avez les chiffres de la garde au sol dans le press pack.

Thibaut Emme
Admin

@Sylver : sauf erreur 13 cm.

sylver
Invité

Ouch, c’est peu! Beaucoup de berline ont plus que ca…

Thibaut Emme
Admin
Pour un SUV c’est peu (un Qashqai c’est 21 cm de mémoire). Et c’est la faute à la batterie sous le plancher et non au-dessus (ou dedans). On se retrouve avec un gros sandwich épais qu’il faut caser qqpart. Pour prendre une berline sportive ultra basse, la Rimac, la batterie a une forme de T ce qui permet de la loger entre les deux occupant et derrière eux. https://www.rimac-automobili.com/ctwo/gallery/c_two-battery-pack.jpg Dans la C-Two, Rimac a revu un peu son concept pour diminuer la hauteur de la partie arrière (et ainsi baisser le centre de gravité). Ici chez Mercedes, impossible de mettre… Lire la suite >>
wizz
Membre
sylver oui et non Sur une thermique, on a un certain ratio de la transmission entre les rpm du moteur et les rpm des roues. Une voiture peut avoir des roues de base de 17″, option 18″, et option sport 19″. Pour ne pas fausser le dynamisme de conduite, et surtout fausser la vitesse réelle de la voiture, alors on doit diminuer la hauteur des pneus lorsqu’on monte en jante, afin de conserver le même rayon de roulement Mais ici, c’est une version électrique, ET il n’y a pas mention de différents choix pneumatiques (et donc une diminution de la… Lire la suite >>
sylver
Invité

@wizz Changer la taille des roues a un gros impact sur le packaging des arches de roues, sur les suspensions, sur la direction, etc … bref, même en électrique c’est pas quelque chose d’évident a faire.

panama
Invité

Ces gros SUV électriques sont une parfaite hérésie : ils cumulent les tares des gros SUV (encombrement, poids, consommation) et celle des véhicules électriques (littéralement : un fil à la patte).
… Mais les clients les plébiscitent.
L’avenir de l’automobile est clairement ailleurs mais en attendant, il faut bien dire que ce EQC doit être diablement séduisant au quotidien.
Un truc de riche, fait pour eux.

SGL
Invité

Oui, mais pas de Nox, pas de Co² intrinsèquement.
Reste le problème des particules… Mais les SUV thermiques lourds en font encore plus !

SGL
Invité

Ou mettons le permis poids lourd à partir de 2 tonnes !? 😉
…Si le problème du poids est trop important.

SGL
Invité

Euh la pollution tue !
Le poids pas vraiment ou très très indirectement.
Il faut taxer la pollution… C’est ce que veulent progressivement de plus en plus de gens dans le monde entier.
Il faut pouvoir mettre un prix sur la pollution.
Comment trouver d’autres alternatives sans subvention aux VE ?
La vie ne faut pas le coup pour y mettre le prix ?
L’inverse est le discours tout craché de Trump !

wpDiscuz