Accueil F1 F1 France 2019 : échos d’après-course et du paddock

F1 France 2019 : échos d’après-course et du paddock

2736
9
PARTAGER

Le grand prix de France de F1 2019 n’a pas été le plus trépidant de l’histoire et de plus, la plus grosse action en piste se retrouve pénalisée, bien que cela soit légitime sur le plan règlementaire. Les pneus ont encore joué un rôle clé dans le déroulement de la course. On met la gomme !

Jabouille remet le turbo

Une parade Renault a précédé le Grand prix avec plusieurs tours effectués par une Alpine nouvelle génération, la Mégane RS Trophy, la Renault RS.01 et la fameuse RS10 Turbo de 1979. Le V6 Turbo rauque a superbement craché ses poumons dans la ligne droite du Mistral.

Ils les ont dégommés

Usure excessive, fenêtre d’exploitation mince, frein à l’attaque, gamme complexe et parfois aux performances incohérentes…Pirelli fait l’objet de nombreuses critiques, mais n’est-ce pas le cahier des charges demandé par la F1 qui est  revoir ? Le « blistering » (phénomène de cloquage) des pneus a été le facteur majeur de cette course, qui s’est transformée en compétition de gestionnaires de pneumatiques.

AVANT (certes, ce sont les modèles d’expo du motorhome Pirelli)

APRÈS !

Les pneus Ferrari semblent moins détruits que les autres. Ceux de Mercedes étaient déjà bien rangés…

Bien ranger pour ne pas déjanter

Un paddock qui ne soufflera pas

A peine la course terminée, ça s’activait déjà pour tout démonter. Le grand prix d’Autriche, c’est la semaine prochaine ! Un fabuleux meccano se met en branle à chaque fois. On notera les jolies caisses de matériel attitrées à chaque pilote.

Échos du paddock

Mercedes et Ferrari donnaient dans leurs motorhomes respectifs des conférences de presse.

Du côté de l’étoile, seul Lewis Hamilton était présent. Valtteri Bottas s’était déjà éclipsé…visiblement, le coup est rude pour le finlandais. La machine à gagner Hamilton s’est mise en route et sera difficile à faire plier.

Hamilton a expliqué que les sensations en début d’année étaient loin d’être idéales, en raison de la difficulté à mettre le doigt sur la bonne fenêtre étroite d’exploitation. Mais désormais, la symbiose est de nouveau en marche. Le britannique a été questionné sur la domination de Mercedes, la perte de suspense du championnat et estime que seul un changement profond des règles peut renouveler la compétition. Il a salué le fait que les équipes et les pilotes soient davantage associés aux prochains bouleversements techniques.

Du côté des rouges, c’était évidemment la soupe à la grimace. Mattia Binotto, assez peu loquace, a utilisé les éléments de langage habituels (« pas là où nous devrions être », « continuer de travailler et de développer », etc.) L’ingénieur n’a pas encore fait ses preuves de communiquant et a récemment reconnu que le management de pilotes était encore nouveau pour lui. L’électrochoc du licenciement d’Arrivabene est-il un cadeau empoisonné ? Le « gap » avec Mercedes a de quoi estomaquer, puisqu’il était plus important qu’à Barcelone. Vettel n’y est pas allé par quatre chemins: « Nous avons défié Mercedes ces dernières années, mais ce n’est plus le cas actuellement. C’est à nous de travailler dur pour réduire l’écart ». L’Allemand a été interrogé sur sa capacité à maintenir sa motivation, en dépit des circonstances.

Terrible constat : Le quadruple champion du monde s’est consolé par le meilleur tour en course réalisé grâce à un arrêt tactique dans les derniers tours. Mais malgré les pneus Soft frais, Vettel n’a battu que d’un cheveu le chrono effectué par Hamilton avec des pneus usés:  » Il semblait que nous avions un problème de décharge de la batterie lors du dernier tour , donc c’était un peu étrange. Sinon, cela aurait dû être un peu plus simple « . Soit.

 

 

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "F1 France 2019 : échos d’après-course et du paddock"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nico
Invité

Le problème est que Pirelli se retourne contre la Fia en expliquant qu ils ne font que respecter le cahier des charges imposé par les autorités au détriment du spectacle .
Un deuxième manufacturier apporterait vraiment un plus et stimulerait ( ou réveillerait) nos amis italiens

Thibaut Emme
Admin
Mais Pirelli fait exactement ce que demande la F1 et la FIA oui. Et même ce que demandaient les écuries. Le seul truc c’est que lorsqu’une écurie fait mieux fonctionner les gommes, on accuse Pirelli de les favoriser par exemple. Avoir plusieurs composés et chacun tape comme il veut dedans pourrait être une solution mais….cela coûterait bien plus cher que la solution actuelle. Avoir 1 manufacturier le rend « sponsor » de la série, affiché partout autour du circuit, etc. C’est de la publicité. Si on en met 2, on ne peut plus trop mettre les logos partout, ou cela perd en… Lire la suite >>
minicador
Invité

Blistering? Cela ressemblerait plutôt à des pneus utilisés hors plage de température ou plus probablement des pneus qui ont roulé hors trajectoire en refroissant et ramassé de la gomme (stratégie classique pour augmenter un peu le poids de la voiture dans le tour de décélération pour gagner quelques grammes en vu des vérifications d’après course)

Thibaut Emme
Admin

Oui là il s’agit pour une grosse pas de boulettes ramassées dans le tour de descélération.
Mais par exemple sur la dernière photo (avant les jantes nues) on peut distinguer 2 lignes de cloques.

Sinon chose très étonnante, on pourrait penser que ces pneus sont lourds…9kg de mémoire pour la roue arrière.
Cela surprend tellement c’est léger.

Thibaut Emme
Admin

Ce weekend, Alonso a affolé le paddock en disant qu’il avait été en contact avec Mercedes pour remplacer Rosberg…on sait que ce ne fut pas lui mais Bottas.

Bottas sent-il la pression de l’Espagnol qui n’exclut pas un retour mais dans une voiture capable de gagner le championnat ? Un bruit a parcouru le paddock sur Alonso chez Mercedes pour un dernier tour de piste…
L’histoire d’une petite revanche sur Hamilton ? 😀

zak
Invité

J’ai de la peine à imaginer Fernando et Lewis à nouveau réunis chez Mercédès. Ils ne sont pas fous, ces te**ons…

moi
Invité

Avant : ce sont des pneus pluie. Il n’a pas plu et seuls des pneus lisses ont été utilisés. Comparez ce qui est comparable et cessez de faire du sensationnalisme qui induit en erreur.

gigi4lm
Invité

Si vous aviez regardé un peu mieux vous auriez vu que le « Avant » est un diaporama présentant TOUS les pneus Pirelli disponible et qu’il commence par le pneu pluie.

wpDiscuz