Accueil Renault FCA : sous-valorisation de Renault structurelle non conjoncturelle

FCA : sous-valorisation de Renault structurelle non conjoncturelle

1954
74
PARTAGER

FCA voudrait-il faire jouer la concurrence entre constructeurs, se montrant on ne peut plus ferme autour des conditions concernant son éventuelle fusion avec la marque au losange ? A moins qu’il n’ait tout simplement pas les moyens financiers d’agir autrement. Le constructeur transalpin laisse ainsi entendre que le montant de l’offre qu’il a faite auprès de Renault, ne peut être sujet à discussions. C’est à prendre ou à laisser.

Une prise de position de FCA qui intervient alors que certains analystes considèrent que la proposition de fusion entre les deux groupes automobiles ne valorise pas Renault à sa juste valeur, estimant au contraire que l’offre minimise le poids financier du groupe.

Renault s’estime insuffisamment valorisé

Le projet de noces entre Renault et FCA commence mal …. il s’agit d’entrée d’une histoire de gros sous. Ce qui est certes loin d’être étonnant.

Plusieurs administrateurs de Renault jugent en effet nécessaire de revoir les conditions financières proposées par la famille Agnelli. Envisageant notamment l’octroi d’une prime.

FCA ferme la porte à toute discussion financière

Mais côté italien, l’heure n’est absolument pas à la discussion, bien au contraire.

« L’offre de FCA n’est pas négociable »,  aurait ainsi laissé entendre l’entourage du constructeur transalpin selon les Echos. Arguments avancés : la « proposition semble équitable, elle a été approuvée par le conseil d’administration. » Si l’on en croit le journal, les proches du dossier auraient même clairement indiqués que l’offre était « à prendre ou à laisser, et rapidement ! »
Histoire de faire monter la pression sur Renault face à une éventuelle concurrence de PSA ? Voire d’un autre constructeur ?

Le cours de Renault malmené par l’affaire Ghosn ?

FCA semblerait ainsi profiter des conséquences financières de l’affaire Ghosn pour tenter d’acquérir le gâteau à moindres frais.

Selon de nombreux analystes, la répartition 50/50 envisagée à l’heure par FCA dans le cadre de sa proposition de fusion, désavantage nettement  Renault.

Le point de discorde : la valorisation boursière du constructeur français fortement malmenée depuis l’arrestation du dirigeant. Le titre Renault a ainsi perdu 24% depuis sa mise en détention, chutant de près de la moitié de sa avaleur par rapport à son plus haut 2018.

Quelques heures avant la proposition en mariage de FCA, le titre Renault était même tombé à un plus bas depuis octobre 2014.

Certains experts laissent ainsi entendre que si FCA avait été tenté de soumettre sa proposition de mariage au début du mois de novembre 2018, quelques jours avant le placement en détention de Carlos Ghosn, la valorisation de Renault aurait été nettement plus importante …. rendant une répartition 50/50 des parts entre les deux partenaires potentiels totalement irréaliste.

FCA estime au contraire sa propre valorisation insuffisante

Les deux parties semblent être loin de pouvoir s’accorder sur ce point … puisque les actionnaires de FCA jugent au contraire que le constructeur italien n’est pas assez valorisé.

Reste qu’en valeur glissante annuelle, le titre Fiat Chrysler a reculé de 35% … une dégringolade certes inférieure à celle de  l’action Renault.

FCA défend son mode de calcul

Comme on pouvait s’y attendre, FCA défend pour sa part son mode de calcul. Estimant même au passage faire une fleur aux actionnaires de Renault …

Au cours du 24 mai – date de l’annonce – FCA était valorisé 18 milliards d’euros tandis la valorisation de Renault s’élevait quant à elle à 14,7 milliards. En tenant compte de ce rapport de force financier, les actionnaires de FCA devraient donc se voir attribuer  55 % du nouvel ensemble qui serait constitué, ceux de Renault obtenant quant à eux 45 % de la nouvelle entité.

Or, rappelle FCA, pour rééquilibrer le partage, il propose de distribuer à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 2,5 milliards, ce qui ferait ainsi chuter sa valeur.  Les parités relatives seraient ainsi ramenées à 51,3 % pour FCA et 48,7 % pour Renault.

De ce fait, parler d’une répartition 50/50 entre Renault et FCA équivaudrait selon des sources proches de FCA à offrir une prime aux actionnaires de Renault.

Autre « faveur » qu’accorderait FCA à sa promise : les synergies générées par le deal , estimées par le constructeur à 20 milliards d’euros sur plusieurs années devraient être partagées à hauteur de 50/50 entre les deux partenaires, alors que – précise FCA – ses actionnaires auraient pu appuyer pour en obtenir 55 %.

Une proposition très favorable à FCA selon Patrick Pelata

Pour Patrick Pélata ancien directeur général de Renault, le projet proposé constitue « assurément un très bon deal… pour Fiat Chrysler ».

Il considère par ailleurs que la valorisation proposée par FCA est en soi « déjà un problème ». Problème qui devrait selon lui rapidement devenir sujet de discussion pour les actionnaires de Renault, dont l’Etat.

Il estime ainsi que le cours actuel de Renault  attribue au final une valorisation négative au coeur de métier du constructeur automobile, déduction faite de la valeur des participations de Renault dans Nissan et Daimler et celle de sa filiale de crédit.

« Entamer une transaction sur ces bases ne serait pas raisonnable », juge enfin Patrick Pelata.

Sous-valorisation structurelle ou conjoncturelle  ?

FCA conteste profiter d’une situation conjoncturelle – l’affaire Ghosn – pour trouver les moyens – financiers – de s’associer avec Renault.

De sources proches du dossier, on laisse ainsi entendre que la sous-valorisation du titre Renault en bourse est lié aux dysfonctionnements observées au sein de l’Alliance Renault-Nissan … et non pas au départ du dirigeant.
Une situation et des tensions qui ne devraient pas aller en s’améliorant alors que Nissan est pour l’instant contre tout projet de fusion.

L’avis de Leblogauto.com

La bataille des chiffres est lancée … avec au cœur du débat : les causes réelles de la faible valorisation actuelle du groupe Renault. L’affaire Ghosn serait-elle l’arbre qui cache la forêt des problèmes structuraux du constructeur et de l’Alliance Renault-Nissan, lesquels seraient au final les principaux facteurs conduisant à la faiblesse actuelle du titre Renault  ?

Sources : Les Echos, BFM Bourse, Tradingsat

Poster un Commentaire

74 Commentaires sur "FCA : sous-valorisation de Renault structurelle non conjoncturelle"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Salva
Invité

La fusion Renault-Fiat-Chrysler est le signe de la crise. On essaye de faire le « too big to fall ». Mais le recul de TOUS les marchés, sur tous les continents, c’est trop pour des constructeurs, hors d’état de faire face à ce genre de problème.

AVENUE
Invité

En effet l’automobile en Europe est pourchassée les ventes ne sont pas au beau fixe

aym
Invité

On nous parle que Renault est sous évalué mais fca il y a pas si longtemps était estimé à plus de 25 milliards…

wizz
Membre

exact, aym

FCA valait environ 25 milliards il y a quelques temps et 18Mds ces jours ci, mais c’était avant d’avoir vendu sa filiale Magneti…pour 6Mds. Le compte y est

https://www.usinenouvelle.com/article/fiat-chrysler-va-verser-2-milliards-d-euros-de-dividende-apres-la-vente-de-magneti.N838195

Bizaro
Invité

La baisse de FCA est mentionnés dans l’article.

Bizaro
Invité
La fusion entre FIAT et Chrysler était aussi une réponse à la crise, un ultime moyen de survie de part et d’autre. Malgré la réussite de Jeep et de la 500, chez FCA ce n’est pas le beau fixe. Effectivement la recherche de partenaire de la part de FCA ressemble encore à une nouvelle opération de sauvetage. Renault a peut être une opportunité de rester lourd face à Nissan( qui s’est « payé » Mitsubishi). Mais est ce une obligation, cela vaut il le coût de sauver FCA à grand frais sans contre partie? M. Schweitzer en sauvant Nissan, avait assuré à… Lire la suite >>
wizz
Membre
bizaro je ne vois pas autant que toi « -La possibilité de s’installer un peu plus au Pays-Bas. » Oui . « -Une bonne raison de réduire la voilure industrielle en France, grâce à une part plus importante des ventes internationales. » Non. Tu diminues la part des ventes en France et en Europe, mais tu ne changes pas la voilure industrielle, sauf si tu comptes produire au Brésil et réimporter en Europe (dans ce cas là, tu peux fermer des usines en France) . « -Ce débarrasser des pénibles jérémiades sans conséquences de l’état Français. » Oui, en réduisant son importance dans un groupe 2… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
Je parle de risque/opportunités, après tout dépendra de leur façon de gérer. « Non. Tu diminues la part des ventes en France et en Europe, mais tu ne changes pas la voilure industrielle, sauf si tu comptes produire au Brésil et réimporter en Europe (dans ce cas là, tu peux fermer des usines en France) » Sans aller aussi loin géographiquement que le Brésil, il est indiscutable que Renault a fait exactement ça au niveau européen. Avec FCA bien implanté industriellement en Europe, cela va être compliqué d’inverser la tendance. « -Poser un pied Aux USA/Canada. » C’est une opportunité, est ce… Lire la suite >>
wizz
Membre
« Sans aller aussi loin géographiquement que le Brésil, il est indiscutable que Renault a fait exactement ça au niveau européen. Avec FCA bien implanté industriellement en Europe, cela va être compliqué d’inverser la tendance. » FCA a des usines en sous capacité, beaucoup d’usines vieillot par rapport à celles de Renault. Tu ne vas quand meme pas fermer une usine moderne qui te coutera de l’argent, pour aller moderniser une autre usine qui aura besoin d’investissement pour être modernisée!! Et puis, financièrement, fermer une usine en France pour aller au Maroc ou en Turquie, ça vaut le coup, ou encore en… Lire la suite >>
wizz
Membre
« C’est une opportunité, est ce que Renault pourra/voudra la saisir en est une autre. Mais avec un port d’attache comme FCA, cela va aider. Fiat vend peu mais ils sont présent. Je pense surtout que cela peut se faire non pas avec des véhicules siglés Renault mais avec du rebadgage : DodgeRAM promaster ou promaster city. Mais surtout en introduisant des éléments mécaniques ou techniques là-bas. Cela ne se verra pas, mais si la licence Renault&succursale traîne aux USA cela peu être pas mal pour eux. On se rappelle de PSA qui abandonna facilement l’Iran au profit de Faurecia aux… Lire la suite >>
SAM
Invité

Sous valorisé … Renault était à 95 euros par action il y a pas longtemps. Sous valorisé car Renault est assis sur 43% de Nissan valant les 3/4 de FCA …

AVENUE
Invité

Nissan n’a plus besoin de Renault visiblement

SAM
Invité

AVENUE. Nissan a besoin de Renault mais ne veut pas en être contrôlé. Renault ne veut pas raquer s’il n’a pas son mot à dire!

Seb
Invité
C’est typique d’FCA et c’est ce qu’ils ont toujours fait en lisant ceci dans l’article « FCA semblerait ainsi profiter des conséquences financières de l’affaire Ghosn pour tenter d’acquérir le gâteau à moindres frais. »On en prend vite conscience FCA n’a jamais été rien d’autre qu’un opportuniste , ils achètent , ils achètent , se retrouvent avec plusieurs marques sous le bras , se voient plus gros que le bœuf mais oublient qu’ils ont jamais vraiment réussis à sortir de la galère des marques achetées 10 ans plus tôt Clairement s’il y en à un qui se voit sur valorisé c’est FCA… Lire la suite >>
AVENUE
Invité

Quand on voit la pub pour la Talisman on est quand même très inquiet

wizz
Membre

pourquoi donc inquiet?
quand on constate la chute puis la disparition de la Punto, précédemment vendue à 600.000 exemplaires chaque année, on est surtout très inquiet

et quand on constate que toute la marque Fiat aujourd’hui se vend à peine un peu plus que la seule Punto hier, il faut s’inquieter…

AVENUE
Invité

Tu te trompes de cible.
Toi tu as un ENORME problème avec FCA.
Ici on te parle seulement de Renault et Nissan.
Je n’ai rien contre la Talisman mais tu sais très bien que dans ce créneau on ne lutte pas avec Mercedes/BMW.
Alors oui Renault perd de l’argent dans le haut de gamme.
Alors tu vas me dire que les ventes de la ZOE ou de la Twingo ou de DACIA vont compenser les pertes?
Ok ne nous refait pas le coup merci d’avance.

wizz
Membre

ici, on parle de Renault, de Nissan ET AUSSI de FCA, au cas où ça t’aurait échappé…

wizz
Membre

dans ce créneau, on ne lutte pas avec Mercedes/BMW…

je m’incline…
en effet, tu as raison. Dans ce créneau, on ne lutte pas avec Mercedes/BMW. La preuve: Alfa Romeo…

Bizaro
Invité

« Toi tu as un ENORME problème avec FCA. »
« Ici on te parle seulement de Renault et Nissan. »
Le titre de l’article est :
« FCA : sous-valorisation de Renault structurelle non conjoncturelle »
« FCA » est le premier mot du titre, donc oui on parle de FCA. Ensuite on y retrouve Renault ce titre, donc oui on parle de Renault.
Tu est le premier à faire un lien avec Nissan, et tu as sûrement raison.
Par contre tu nous parles de BMW et Mercedes, cela devient plus alambiqué mais tu as ta logique.

A ce niveau tout concerne FCA et Renault alors reste calme.

versdemain
Invité
Carlos Tavares s’en mêle… Le patron du groupe PSA, qui connait très bien la marque au losange, a lui aussi fait sa petite sortie sur cette affaire de fusion Renault/FCA. A Bloomberg, C.Tavares a dit sans ambages que FCA veut tout simplement prendre le contrôle de Renault. Des propos qui confirment plus ou moins ce que nous disions plus haut. Il s’en explique d’ailleurs en quelques lignes et l’affaire évoquée par le patron de PSA parait avoir du sens. Selon lui, FCA a jeté son dévolu sur Renault (au lieu de PSA) pour des raisons financières essentiellement et par la… Lire la suite >>
Kaiser Sauzée
Invité

Qui pouvait croire que FCA allait faire un cadeau à Renault ???
Ils n’auront pas les mêmes largesses que Renault avec Nissan à l’époque.
Ce sont les affaires.

aym
Invité

Je vois que vous êtes tous surdiplomés en économie, nous verrons bien la suite, espérons seulement que les emplois soient préservés, je préfère une fusion européenne que le rachat pur et simple par un groupe chinois !

wizz
Membre

une fusion européenne ou…un rachat européen! (reste à savoir qui pourra racheter qui. Qui vaudra encore combien l’année prochaine, ou l’année suivante…)

AVENUE
Invité
Tant que Carlos Ghosn était à la barre de Renault il parvenait au prix d’un dangereux numéro d’équilibriste à ménager Nissan dans l’alliance. Les nippons ont saisi la 1ere opportunité pour casser l’entente ça se lit sur le cours de l’action Renault. Renault est pris entre le marteau et l’enclume à présent. Qui va voler au secours de Renault à présent ? L’état Français? Un Chinois comme ce fut le cas chez PSA ? Le marché est en contraction sur le continent la voiture électrique n’est pas pour demain. Les investissements a réaliser dans le domaine sont hors de porté… Lire la suite >>
wizz
Membre

vu l’absence d’investissement majeur chez FCA, apparement, c’est encore plus de hors de porté pour un « grand » construction international…

AVENUE
Invité

Tu tombes dans le panneau à chaque fois on te parle de Nissan et Renault et tu vois rouge tu nous parles de FCA.
Franchement essaye de voir le problème tel qu’il se présente.
Ta mauvaise foi commence à transpirer.

wizz
Membre

c’est une constatation

parce que sinon, montre nous ce problème tel qu’il se présente, selon toi…

robert
Invité

aym tu as raison , sans unions; sans fusions; sans mariages , ou autres, les chinois nous mangerons. Là ou se trouve l’ancien Caterpillar de Charleroi (Belgique) les chinois sont présent pour construire des véhicules 100% électrique fin 2019. La marque est thunder power et ils ont de gros capitaux .Les européens seront unis ou mangerons des nouilles dans 15 ans.

Fabi35
Invité

Mangerons du riz (plutôt) dans 15 ans 🤔 bon ok je sort 😁

Irma kubota
Invité

Ça sent la grosse manoeuvre financière et boursière ?? Les vendeurs à découvert sur le titre Renault travaille pour qui ?? Ca sent le piège a plein pif, la famille agnelli n y est sans doute pas étrangère .. cette fusion est sans doute déjà mort née..il faut l espérer car sinon le losange se fera plumer ….
Fca ne cherche pas un partenaire mais une bouée de sauvetage , espérons que senard tienne bien la barre ..

Membre
FCA, via la famille Agnelli, me fait de plus en plus penser à la famille Peugeot il y a quelques années : un manque d’investissement et de stratégie criant, prenant le groupe comme une machine à cash uniquement. Or, de nos jours, gérer un constructeur auto sans «passion» ni logique automobile derrière est voué à l’échec tant la concurrence est rude et les obstacles légaux et politiques nombreux. Les Agnelli se comportent comme le stéréotype de l’actionnaire, déconnecté de la réalité et faisant tout pour engranger un maximum de revenus, quand bien même l’entreprise courerait à sa perte. Renault doit… Lire la suite >>
AVENUE
Invité

Le problème de Renault ce n’est pas FCA mais l’Alliance.
La manoeuvre est orchestrée depuis le Japon. FCA n’est qu’un acteur secondaire dans cette affaire.

wizz
Membre

le problème de Renault avec Nissan, c’est la fusion entre Renault et Nissan. C’est juste ça
Si leur fusion ne peut se faire, alors ils resteront en état, et Renault controlera Nissan via ses 44%

AVENUE
Invité

La manoeuvre de Nissan ressemble a celle d’un judoka.
Nissan est dessous et Renault dessus.
La 1ere étape a consisté à mettre par terre Carlos Ghosn.
La seconde est en train de se jouer avec l’apparition de FCA qui n’est là que pour faire diversion.
La question est de savoir à présent si l’état Français va lâcher Renault ou pas.

Selon moi rien n’est joué mais on peut avoir des craintes?

Au fait tu as entendu parler de Calsonic Kansei ??

Selon moi dans toute cette affaire c’est bien NISSAN qui tire les ficelles.

wizz
Membre
si Carlos est tombé, c’est uniquement par Saikawa, pour sauver sa tête Mitsubishi allait mal, et Nissan a pris 30% de participation Après avoir consacré plus d’une décennie à faire redresser Nissan, souvent au détriment de Renault, Carlos a relaché son empreinte, laissé Nissan à Saikawa, afin de consacrer son énergie à Mitsubishi et à Renault. Les ventes de Nissan ont alors décliné. Mais ça pourrait se comprendre avec des effets conjoncturels (ex: fin de carrière de plusieurs modèles attendant leur renouvellement, ou encore l’arrivée imminente d’un modèle correspondant au marché US, etc…). Le problème est que Nissan n’a pas… Lire la suite >>
AVENUE
Invité

Saikawa c’est qui? Sinon le représentant des intêrets NISSAN.

wizz
Membre

Saikawa défend surtout sa tête…

AVENUE
Invité

Essaye de garder le tête froide surtout ne t’emballe pas.
Tu n’es pas dans le secrets des Dieux et tu n’as pas les cartes en mains.
Les Japonais ne sont pas des idiots je sens beaucoup de condescendance dans tes propos.

wizz
Membre

et toi AVENUE, est ce que tu es dans le secret des Dieux?

parce que nous avons tous constaté que tu as beaucoup d’affirmations, avec tellement de certitude…

AVENUE
Invité

J’observe que Carlos Ghosn détenu au Japon en liberté surveillée.
Le cours de l’action Renault à la baisse depuis lors.
Je ne me risque pas a dire l’avenir.
Toutefois les perspectives de l’automobile sont sombres à court moyen terme.
Le modèle économique semble avoir vécu.
Au fait ce qui m’amuse c’est le nombre de pouces baissés que je reçois sur ce forum.
Est ce que j’ai touché une corde sensible chez certains?
Visiblement on ne touche pas à Renault ici.

wizz
Membre

« Je ne me risque pas a dire l’avenir. »

AVENUE
on a tous pu te lire ces derniers jours, et on a pu constater que tu as fait beaucoup d’affirmations, claires comme de l’eau de roche…

Yorgle
Invité

@AVENUE
Donc Nissan manipulerait FCA et les pousserait à faire une offre de fusion avec Renault?

AVENUE
Invité

Clairement Nissan est à la manoeuvre « masqué ».
Ce n’est pas difficile à comprendre.
Et pour l’instant ça marche puisque Renault est fortement déstabilisé, la preuve les centaines de messages dans les forum Français.
La corde patriotique a été touchée visiblement.

Et FCA n’a rien à voir la dedans c’est un acteur de circonstance.

wizz
Membre

élargis tes lectures en dehors des forums français ou italiens

vas lire les analyses des milieux financiers ET industriels anglosaxons. Tous disent « mais qu’est ce que Renault va faire dans cette galère avec FCA… »

AVENUE
Invité

Encore une fois tu vois ROUGE ton ennemi c’est FCA.
Si on exprime une opinion différente de la tienne ton seul argument c’est ça ? La lecture des analyses?
Qui te parle des forums Italiens?
Tu as un peu de bon sens?

bzep
Invité

De toute façon qu’il y ait accord ou pas entre Renault et FCA ça ne changera pas le problème pour Nissan qui sera toujours détenu à 43% !

bzep
Invité

Je suis assez d’accord, si aujourd’hui l’alliance avait fusionné, on n’en serait pas là et FCA demanderait du 20/25% de participation dans l’ensemble.

wpDiscuz