Accueil Endurance 24 heures du Mans 2018 : Expérience et confiance pour le team...

24 heures du Mans 2018 : Expérience et confiance pour le team Panis-Barthez

984
0
PARTAGER

On sait que deux grands champions ont uni leur passion pour la compétition automobile en créant en 2016 leur team, Panis-Barthez Compétition, en s’associant aux team-managers Sarah et Simon Abadie ex Tech1 Racing.

Fidèle à Ligier, le team principal Panis a retenu la Ligier JS P217 construite par Onroak Automotive pour aborder avec le maximum d’atouts dans son jeu, les 24 heures 2018.

Ce modèle, dont nous parlerons avec Sébastien Metz directeur technique d’Onroak Automotive, présente les caractéristiques suivantes :

CHÂSSIS MOTEUR
Coque carbone & nid d’abeille GIBSON GK-428
Longueur : 4745 mm Type: v8 atmo à 90°
Largeur : 1900mm Puissance: 600 ch
Hauteur : 1045 mm Régime maxi : 9000 rpm
Empattement : 3010mm Lubrification : Carter sec / pompe à huile à étages
Poids : 930 kg Gestion électronique : Cosworth
CARROSSERIE SÉCURITÉ
Carbone Harnais six points adaptés pour le système Hans
Réservoir d’essence souple sécurisé 75 L avec système de réserve d’essence intégré
BOITE DE VITESSES DIVERS
Marque : Hewland TLS – 200 Suspensions : Double triangles, poussants, barre de torsion à l’avant  et ressort à l’arrière
Type : Transversale carter Magnesium spécifique Jantes : magnésium, Ø 18’’, largeur avant : 12,5’’- largeur arrière: 13’’
Changement de vitesses : Palettes au volant / Commande pneumatique Pneus au choix des teams AV : 30-68/R18, AR : 31-71/R18
Rapports : 6 + marche arrière
FREINS
Disques carbone ventilés Ø 15’’ Etriers : maître-cylindre, monobloc à 6 pistons

Un mix F1 et endurance

Pour piloter cette Ligier N° 23, le team a retenu : Will Stevens (licence Platinum), Timothé Buret (licence Silver), Julien Canal (licence Silver). Tristan Vautier (licence Gold) se tient disponible comme pilote de réserve.

Will Stevens, après trois saisons en Formula Renault 3.5 Series, Stevens participe à son premier Grand Prix en Formule 1 avec Caterham F1 Team en 2014, puis roule en 2015 pour le team Manor F1 avant de participer en 2016, au championnat du monde d’endurance FIA chez Manor Endurance Racing Limited en catégorie LMP2, à bord d’une Oreca 05-Nissan.

Timothé Buret débute par le karting passe en 2010 à la monoplace et roule en VdV endurance. Il se tourne vers le championnat Pro Mazda aux USA et rejoint en 2016 le team Panis-Barthez Compétition.

Julien Canal après le karting, débute en 2003 en Formule Renault et devient pilote en GT en 207 et accumule ensuite un palmarès conséquent en Le Mans Séries et Championnat du monde d’endurance avec deux titres en LMP2 (2015-2017) et trois victoires aux 24 heures du Mans en catégorie GT Am.

Dans l’œil d’Olivier

Olivier Panis, dont on connait l’énorme parcours avec 36 années de compétitions, d’abord en karting puis en Formule Renault, en F3, en F 3000 avant d’accéder la  Formule 1 avec cette victoire historique au GP de Monaco en 1996, sait mieux que quiconque analyser les potentialités d’un pilote. Avec son regard de manager voici ce qu’il pense de son équipe alignée aux 24 heures.

« C’est une grande chance pour nous d’avoir Will Stevens à nos côtés. C’est un pilote extrêmement expérimenté de par son parcours en Formule 1, de sa connaissance du Mans et de toutes les catégories, telle que le GT, dans lesquelles il s’affiche régulièrement au plus haut niveau. En plus de sa compétence et de sa grande capacité de travail, il amène de la sérénité et fédère dans l’écurie et ce, autant pour l’équipe technique que pour ses équipiers.

Julien Canal est un pilote que je connais depuis quelques années car, en plus de sa notoriété et de son sacré palmarès, nous nous sommes souvent croisés lors de Championnats en GT. Il m’impressionne dans sa capacité à gérer avec brio sa grande carrière de sportif de haut vol en parallèle de celle d’homme d’affaires. C’est un pilote très impliqué, appliqué, qui fait partager son expérience à toute l’équipe: il n’est pas Champion du Monde par hasard quand on voit sa vitesse et sa constance dans toutes sortes de configurations et conditions en piste.

Timothé Buret, c’est « l’enfant » du team, il a grandi en endurance depuis sa création et c’est une grande fierté d’avoir pu le garder en 2018. Il a montré une énorme progression au fil des saisons, il me bluffe lorsqu’il rentre en piste et fait partie aujourd’hui des jeunes pilotes les plus rapides en LMP2. Je sais qu’il se fait remarquer par les équipes concurrentes et quittera le nid à court terme. C’est LE pilote de l’avenir en endurance et c’est une grande satisfaction, à travers lui, d’avoir réussi notre mission de former des jeunes pour les amener au meilleur niveau.

Parallèlement, je suis très heureux de voir que les deux meilleurs temps signés en test dimanche le soient par Nathanaël Berthon et Paul-Loup Chatin, tous deux, pilotes des précédentes saisons au sein de l’écurie. Avec Fabien Barthez, c’est l’ADN de Panis-Barthez Compétition que nous souhaitions valoriser avec ces jeunes. »

Tristan Vautier est annoncé comme le pilote de réserve, qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

« Je connais Tristan depuis très longtemps et si j’avais eu les moyens financiers, il aurait intégré Panis-Barthez Compétition depuis longtemps. C’est un pilote très professionnel, extrêmement  rapide et, qui plus est, doté d’une grande droiture. Il fait de grandes choses aux USA avec Cadillac en LMP2 et, à nos côtés aux 24 Heures du Mans, son point de vue peut nous apporter un vrai plus, techniquement et mentalement. Lors de ses 10 tours pendant la journée test, alors qu’il découvrait la voiture et le circuit, il a tout de suite montré ses capacités à avoir un super rythme et sa faculté à s’adapter à l’exercice: un talent qu’ont seuls les grands pilotes.

En conclusion, nous ne pouvions pas espérer mieux comme équipage, en plus de leurs qualités respectives de pilotes, ils forment un quatuor très homogène dans le travail, ils sont très proches en termes de pilotage et de feed-back. Leur osmose s’accompagne également d’une grande complicité en dehors des circuits: une des clés de la réussite ! »

Lors de la journée test l’auto du Panis-Barthez N°23 s’est classée 23 ème, mais il ne s’agissait là que d’une mise en place de toute cette alchimie complexe qui prévaut pour cette course si particulière.

En tout cas dans le baquet, comme dans le stand on saura agir d’expérience. A suivre donc avec un intérêt tout particulier.

Alain Monnot

Photos team

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz