Accueil Général Sécurité Routière 2018 : -13,5% en mars

Sécurité Routière 2018 : -13,5% en mars

441
9
PARTAGER
Sécurité routière

L’ONISR annonce une baisse de 13,5% du nombre de tués au mois de mars 2018. On connait le deuxième meilleur premier trimestre de l’histoire de la Sécurité Routière.

Selon les chiffres provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 255 personnes ont été tuées sur les routes de France métropolitaine et d’Outre-mer. 231 personnes en Métropole soit 36 de moins qu’en mars 2017 (-13,5%). C’est le troisième meilleur mois de mars de l’histoire de la Sécurité Routière après 2013 (200) et 2015 (219).

Les autres chiffres de mars sont eux aussi en forte baisse. Le nombre d’accidents corporels est de 4 029 contre 4 947 en 2017. Cela représente 918 accidents corporels de moins et -18,6%. Du côté des blessés, on est à 5 074 en mars 2018 contre 6 152 l’an dernier. C’est une baisse de 1 078 blessés et -17,5%. Enfin, les personnes hospitalisées 24 heures ou plus sont au nombre de 1 559 contre 2 176 en mars 2017. Une baisse de 617 hospitalisations et -28,4%.

Deuxième plus bas historique au T1 2018

Avec ce très bon mois de mars, la mortalité routière sur le premier trimestre 2018, en métropole, est en baisse de 6,1% par rapport au premier trimestre 2017. Cela fait 44 tués de moins. Concrètement, 683 décès sur la route sont à déplorer pour la métropole. C’est le deuxième trimestre le « moins pire » après 2013 qui avait vu 664 personnes décéder sur les routes.

Du côté de l’Outre-Mer, 24 personnes ont perdu la vie sur les routes soit 2 de moins qu’en mars 2017. Le nombre des accidents corporels, en revanche, est en hausse avec 207 accidents corporels. Les blessées sont en baisse avec 241 blessés en mars 2018. Enfin les hospitalisations de plus de 24 heures sont aussi en baisse avec 96 blessés hospitalisés. Sur le premier trimestre 2018, la mortalité routière en Outre-mer est stable avec 3 personnes tuées en moins (60 contre 63).

Dans le détail, on peut constater que 9 piétons de moins ont été tués (-7,5%), ainsi que 23 motards (-21,3%). Les motards représentent à eux seuls 52,3% de la baisse du premier trimestre. L’hiver rigoureux et prolongé a joué son rôle dans la sortie des motos. Le retour aux beaux jours pourraient voir un rebond. La tranche d’âge 65 ans et plus diminue quant à elle de 10,11%.

Plus de radars « mobiles-mobiles »

Depuis lundi, les premières voitures opérées par des sociétés privées sont sur nos routes (en Normandie par exemple). A grand renfort de communication, la Sécurité Routière espère sans doute que la « peur du gendarme » joue son rôle avec les ponts du mois de mai qui se profilent et leur lot de carambolages.

Néanmoins, rassurez-vous, la probabilité de croiser ou doubler une voiture radar augmente statistiquement, mais elle reste plutôt faible. En effet, actuellement, les voitures avec un radar « mobile-mobile » sont opérées par deux gendarmes ou policiers. Elles ne tournent « que » 1h30 en moyenne par jour. Dorénavant, ce sera 8h par jour, tous les jours (ou nuits) de la semaine, toute l’année. Les trajets sont définis par la préfecture et le contrôle des kilomètres parcourus est sévère.

Pas de course au PV, les sociétés sont rémunéré au respect de la feuille de route définie. Moins de km que prévus, elles sont moins rémunérées, plus de km et c’est la pénalité (1000 euros par jour, par véhicule). Enfin, 5 voitures sont officiellement en fonctionnement en Normandie, et le nombre va aller croissant d’ici 2020 où il devrait atteindre 440. Actuellement, pour des tests et de « vrais » flashs, 383 voitures sillonnent les routes. Plus de présence horaire donc, mais sans plus. Toutefois, la possibilité de se faire flasher partout et en toute heure devrait naturellement inciter les gens à respecter la limite.

Dernier point, la tolérance de ces radars mobiles-mobiles est de 10 km/h en dessous de 100 km/h et de 10% au-delà. Sur autoroute, il faut donc rouler à 146 km/h pour commencer à se faire flasher. Sur route secondaire, en attendant le 80 km/h généralisé, il faut rouler au-delà de 100 km/h réels.

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Sécurité Routière 2018 : -13,5% en mars"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
georges
Invité

On voit que la future baisse à 80km/h fait déjà effet, il a suffit parler vitesse pour que beaucoup d’automobilistes ralentissent.

Urkoy
Invité

Tu roules souvent?
Certes ceux qui roulaient à 70 roulent maintenant à 60 (il faut garder 20km/h de marge « au cas où »), mais les furieux, autrement dit ceux qui vont mourir par non maîtrise du véhicule, bombardent toujours autant…

labradaauto
Invité

…la communication est véritablement le progrès de notre ère !
avant même l’application souhaitée, plébiscitée ici sur ce blog par TOUS les lecteurs du 80 KM/H sur nationales, départementales et son dispositif de surveillance avec matériels et conducteurs 8/24 sur le territoire partout, toutes saisons, nuit et jour , on donne avec avance même, déjà des chiffres précurseur de l’optimisme dans lequel « nage » le monde de l’automobile ! les usagers Merci « patron ». Si on pouvait en rire des conneries que j’écris, ce serait top, hélas !…

Sunseeker
Invité

Plus le nombre initial est faible, plus la variation va paraitre importante… A partir d’un certain niveau ça a peu de valeur. Le chiffre brut plus

Invité

Si seulement les gens pouvaient comprendre ça…

Pedro5
Invité

Donc on va enlever des radars et se calmer sur la repression? Impossible de vraiement « rouler » en france, sauf en montagne.

labradaauto
Invité

Pedro5: les cols en montagne en France: 50 km/h. (code de route qu’on va appliquer)

Raymond Boncoin
Invité

Tiens, si les chiffres avaient été mauvais la politique de rentab… sécurité routière aurait été strictement la même. Incroyable!

wpDiscuz