Accueil Concept car Les concepts-cars français : Renault Racoon (1992)

Les concepts-cars français : Renault Racoon (1992)

2121
20
PARTAGER
Renault Racoon Concept de 1992

Dans les années 90 Renault est doué pour présenter des concepts un peu fous. Le Racoon en fait clairement partie. Ce mélange de 4×4, d’engin lunaire et de voiture amphibie a étonné le public lors de sa présentation. Il a aussi surpris les spectateurs qui découvraient une représentation inédite en 3D du concept.

Renault Racoon : des effets spéciaux inédits

En 1992, nous étions plutôt loin des technologies d’images de synthèse d’aujourd’hui. Ça n’était que les débuts même si la modélisation 3D avait déjà bien avancé. En revanche, pour se faire une idée d’un modèle 3D dans un environnement réel, il fallait faire marcher son imagination. Enfin ça c’était avant le Renault Racoon puisque sa représentation a bénéficié d’une première française en termes d’imagerie.

Pour éviter de mettre au point de multiples maquettes susceptibles de fuiter, Renault a développé avec l’INA une représentation en images de synthèse dans un décor réel (voir vidéo ci-dessous). La performance a même était primée à Monaco au salon Imagina.

Des technologies à la pelle

Dans les faits, le Racoon est un prototype futuriste de 4×4 hypermobile et amphibie présenté à Genève en 1993, cinq ans après le concept Megane. Car oui, après l’étude il y a eu le concept échelle 1. Et pour le mettre en valeur rien de mieux qu’un décor marocain lunaire.

Racoon est le nom anglo-saxon du raton laveur. Ce petit animal ayant des aptitudes naturelles à l’escalade, Renault pose les bases de ce concept rien que par sa dénomination. Le Renault Racoon est bien plus qu’un 4×4, il serait prêt à franchir tout obstacle grâce à des vérins hydrauliques.

Renault Racoon Concept de 1992

Un précurseur des années 90

Le raton laveur peut facilement aller sous l’eau. Il en fallait pas plus pour que Renault en fasse aussi une voiture amphibie. Le Racoon est également hypermobile grâce à ses facultés à rouler à la fois dans le sable et sur le bitume (d’ailleurs son allure profilée n’y est pas pour rien).

Futuriste, cet engin l’est totalement avec des idées, certes pas toujours au point, mais qui ont eu le mérite d’être étudiées. C’est le cas de la technologie à ultrasons pour « exploser » les gouttes d’eau et ainsi remplacer les essuie-glaces et même des hydrojets pour pouvoir se déplacer dans l’eau.

À l’intérieur, on retrouve un système holographique. S’il n’est toujours pas présent dans nos voitures de 2018, ça n’est pas le cas de l’affichage tête haute qui équipait déjà ce concept.

Renault Racoon Concept de 1992

Il est amusant de voir que ce baroudeur embarque également d’autres technologies que l’on retrouve aujourd’hui : un téléphone sans fil, un système de géolocalisation et une caméra infrarouge. Michelin avait même été mis à contribution pour développer des pneus increvables dans lesquels de la mousse vient combler une éventuelle crevaison.

Renault annonçait lors de sa présentation une consommation de 9,6 litres aux 100, 155 km/h en vitesse de pointe et un poids d’1,5 tonne (le Racoon préfère l’acier solide pour sa carrosserie). Il est équipé d’une transmission intégrale liée à un V6 biturbo et une boite à six vitesses.

L’avis du designer

Un design atypique et dynamique

Le Racoon est un OVNI dans la saga fournie des concept-cars Renault, le dernier représentant d’une lignée d’études inspirées par le bio-design créé par Luigi Colani. Par la suite, Renault s’orientera vers un style plus industriel, aux lignes de carrosserie plus marquées telles que sur l’Argos de 1994 qui incarnera « L’Esprit Nouveau » au sein du design Renault.

Le style du Racoon est attribué à Jim Router, sous la direction de Patrick Le Quément. Définitivement ancré dans le bio-design, il est inspiré par les formes douces et fluides que l’on retrouve dans la nature, ici dans une interprétation très tendue évitant toute mollesse. Les proportions générales sont atypiques, avec une cellule posée sur une base technique haute, et une symétrie quasi-parfaite entre l’avant et l’arrière : pivot central, similitudes du design des feux et projecteurs, roues aux quatre coins, tout concourt à brouiller la lecture d’ensemble.

L’impression dégagée est cependant dynamique, avec beaucoup de fluidité évoquant l’hydrodynamisme, impression renforcée par l’absence d’essuie-glaces (remplacés par des ultra-sons), de poignées et de rétroviseurs. A noter que les détails fonctionnels (prises d’air, poignées, etc.) sont parfaitement intégrés dans le dessin de l’ensemble, dénotant d’une grande maîtrise stylistique. La partie supérieure rappelle par bien des aspects le concept-car volant Reinastella présenté la même année, aux formes ovoïdes et organiques.

Un intérieur résolument sportif

Les ouvrants adoptent des cinématiques d’ouverture sophistiquées permettant leur déploiement sur l’eau. Ils sont formés de deux bulles transparentes selon un thème cher à Renault, donnant accès à un habitacle voulu sportif comprenant trois sièges baquets. L’élément-clé du design intérieur est la fenêtre inférieure avant faisant office de calandre, idéale pour améliorer la visibilité en franchissement tout en apportant une touche ludique lors de l’usage aquatique.

Renault Racoon Concept de 1992

La partie basse est très technique dans son traité afin de contrebalancer le côté animal de la partie supérieure. La théâtralisation de la technologie est typique des années 90, évoquant tour à tour l’univers de la moto, du jet-ski et de la robotique, dans une teinte gris satiné qui allège visuellement la sensation de hauteur du véhicule. La forme suit la fonction, avec l’intégration des ciseaux de suspension et des turbines de jet-ski assurant la propulsion dans l’eau.

L’initiateur Racoon

En termes de process de design, le Racoon a inauguré un tout nouveau système de présentation en images de synthèse (primé au festival Imagina). Il préfigurait le pipe-line 2VISU finalisé sous l’ère Le Quément permettant de réduire les temps de conception et d’opérer des choix de design rapides grâce à la visualisation photo-réaliste d’un véhicule en environnement naturel. Nul doute que la puissance de feu déployée sous l’ère Van Den Acker doit beaucoup à ces technologies uniques au monde… et initiées par le Racoon.

Rémy CONSTANTIN, consultant en design stratégique

Crédit illustrations : Renault

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Les concepts-cars français : Renault Racoon (1992)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

Je l’aimais beaucoup, ce Racoon.

Je me demande pourquoi ils n’ont jamais réutilisé ce nom pour l’un de leurs SUV.

ART
Invité

Oui, exactement. Il avait marqué à l’époque.Renault anticipe le 4×4 mainstream avant tout le monde en concept, pour finalement mettre 20 ans à sortir un ersatz en SUV… Encore un grand gâchis typique

Alberto Einstein
Invité
Ton message est typique des français qui pensent que l’herbe est toujours plus verte ailleurs (en Allemagne peut être ?). Renault n’a pas mis 20 ans pour sortir un « Ersatz de SUV » comme tu l’écris. Mais comment t’en vouloir si tu ne t’intéresses à l’automobile que depuis 6 mois ? La traduction en série de ce très réussi Racoon est le très (trop ?) en avance Scenic RX4, lancé quelques années plus tard et disponible à la vente dès 2000. Comme avec d’autres innovations (dont l’Avantime) et contrairement au succes que son Dacia ou la Twingo, Renault n’a pas été… Lire la suite >>
ART
Invité

Le problème n’est pas tant l’innovation et l’ouverture d’esprit de Renault, bien au contraire, ils ont eu beaucoup de bonnes idées, d’avance en effet comme tu dis (on l’a vu sur un précédent concept car pendant les années 80). Non le problème majeure de Renault, de PSA, c’est de sortir des bonnes idées, des concept-car et que la mise en production est toujours foireuse ou sans l’ambition de ses moyens.
Ca aboutit finalement sur un produit mi-figue mi-raison, et ça foire…

Alberto Einstein
Invité
Le problème des trolls dans ton genre, c’est que quoi que tu leur expliques, ils ne changeront jamais de ligne. Tu n’aimes pas les constructeurs de ton pays. Pourquoi ? Parce-que la France – selon toi – ne peux pas réussir mieux que d’autres pays comme l’Allemagne. Tu n’es pas le premier dans ce genre. Il faut donc trouver des vérités qui collent à tes idées préconçues. Pas de chance, ça ne marche pas comme ça : c’est les vérités qui peuvent aboutir à des idées, des opinions. Pas l’inverse. C’est pour ça que tu es obligé d’inventer des défauts… Lire la suite >>
Kick
Invité

Très bonne analyse Alberto entre autre je ne visionne plus m6 car les meuglements de MR Chappate se vautrant à chaque émission ou presque dans une Audi coupe frites me font honte des commentateurs de ce genre devraient être lllico rayé des programmes

Anonyme
Invité

un peu comme la Renault Next en 1995 : une des premières voiture hybride au monde, mais en concept car. 23 ans après, l’offre hybride de Renault c’est … quoi, déjà ?

Kick
Invité

Très juste les inventions francaises sont justes la pour gaver les idées des germaniques

SGL
Invité

Il y a du F-16 dans le cockpit 🙂

SGL
Invité

Plutôt la canopée du F-35, avec le sens de l’ouverture.
http://i.imgur.com/i8roFRa.jpg

CDA
Membre

Gamin, j’me souviens avoir adoré ce concept !
Merci pour la vidéo, c’est quand même plus intéressant comme réalité augmentée que Snapchat.

Invité

Et quand on pense que des concepts cars US terminent dans des films, celui là aurait encore de la gueule dans des productions, même si le biodesign n’est plus trop mode.
C’est effectivement un des meilleurs de l’ère Le Quément avec la Laguna

SAM
Invité

@iceman. Le plus iconique (dans les occasions ratées) c’est l’Argos dessiné par Jean-Pierre Ploué auteur des concepts cars Laguna et Mégane.
L’Argos source de discorde avec Audi et son TT. Ou on ne s’est plus si c’est Audi ou Renault qui a pompé sur l’autre l’auto type scarabée. Ce qui reste dans l’histoire c’est que les deux autos ont été dessinées en même temps! Le TT concept donnera le modèle de série, l’Argos accouchera de la Renault Clio 2.

CDA
Membre
Alberto Einstein
Invité

Le concept Laguna n’a t’il pas abouti avec le Spyder ?

Nicolas
Invité

Probablement encore aujourd’hui mon concept car préféré!

wpDiscuz