Accueil Constructeurs chinois Geely a dévoilé le premier modèle de sa marque mondiale, le Lynk...

Geely a dévoilé le premier modèle de sa marque mondiale, le Lynk & Co 01

531
18
PARTAGER
lynk & co 01

Geely a décidé de faire sa rentrée dans la cour des grands en dévoilant sa marque mondiale, Lynk & Co, et son premier modèle, le 01, conçu avec l’aide de sa filiale Volvo.

Avec sa nouvelle marque globale, Geely a pour ambition de révolutionner le marché automobile en lançant une marque globale destinée aux jeunes générations connectées. Concrètement, le 01 serait la voiture la plus « connectée » à ce jour. Quand elle arrivera sur le marché l’année prochaine, son système d’infodivertissement fournira une API pour permettre aux hackers, pardon développeurs, d’« enrichir l’expérience automobile » grâce à des applications téléchargeables sur une plateforme en ligne comparable à l’App Store et à Google Play. Pour les moins technologiques d’entre nous, une API (pour Application Programming Interface – interface de programmation applicative) est un ensemble de fonctionnalités qui permettent à un logiciel de communiquer avec d’autres logiciels. En d’autres termes, Geely vient d’entrouvrir la boîte de Pandore.

Le design de la marque a été développé chez Geely Design en Suède. Sous la direction de Peter Horbury, directeur du style chez Geely qui a fait ses classes chez Volvo et Ford, l’équipe de design a reçu pour feuille de route de fusionner les cultures européennes et chinoises. Dans la pratique, le 01 est un SUV au physique de batracien qui fera tourner les têtes à coup sûr. La face avant est dominée par une calandre, intégrant les feux de route, qui court sur toute la largeur du SUV tandis que le capot évoque les SUVs Porsche avec ses deux lignes marquées et ses feux de jour au dessin globuleux. Ses 4,53 m de longueur, ses 1,86 m de largeur et ses 1,65 m de hauteur classent le 01 parmi les SUVs compacts les plus volumineux du marché.

À l’intérieur, l’inspiration Volvo est évidente tant par le dessin de la planche de bord qui rappelle celle du XC60 que par le choix des matériaux et des couleurs. La planche de bord accueille un écran tactile de 10,1 pouces. Le système d’infodivertissement supporte Apple CarPlay et MirrorLink. Quant à Android Auto, le support ne sera offert que sur certains marchés. Les designers semblent aussi avoir lorgné du côté de Zuffenhausen. Les sièges offrent un dessin qui ne dépareillerait pas dans une Porsche d’entrée de gamme.

Conçu en Suède, les soubassements du 01 sont intimement liés à Volvo puisque le SUV compact repose sur la plateforme du futur XC40. Peu d’informations ont été données sur la palette de motorisation, mais il est d’ores et déjà admis que le SUV suédo-chinois reprendra les moteurs 3 cylindres 1,5 litre et 4 cylindres 2 litres du constructeur suédois. Le nouveau constructeur annonce également très rapidement l’arrivée d’une motorisation hybride rechargeable et plus tard d’une version électrique. Les moteurs seront accouplés à une boîte manuelle à six rapports ou à une boîte robotisée double-embrayage à sept rapports. À l’instar des Volvo, le Lynk & Co 01 mettra l’accent sur la sécurité et offrira les assistances à la conduite disponible chez le Suédois. Enfin, le SUV compact cherchera à choper le maximum d’étoiles à l’EuroNCAP.

Outre ses ambitions de conquête planétaire, Lynk & Co a aussi en tête de changer la perception de l’automobile. Cette « révolution » passera d’abord par l’abandon des traditionnelles finitions. Elles seront remplacées par des « collections à prix fixe » comme c’est le cas déjà dans la mode et les nouvelles technologies. Les noms de modèles ne seront pas reconduits entre générations, mais suivront une numérotation simple. Ainsi, le 01 sera rapidement rejoint par les modèles 02 et 03. Peter Horbury a par ailleurs révélé que le design des cinq premiers modèles avait déjà été gelé.

L’autre pari de Lynk & co est de redéfinir la notion de possession. La planche de bord du Lynk & Co 01 intègre ainsi un bouton « Partager » qui, une fois pressé, signale à la communauté Lynk & Co que le véhicule n’est pas utilisé par son propriétaire et disponible en location autopartage.

Les modèles de Lynk & Co seront commercialisés en direct dans des magasins localisés dans les centres commerciaux et sur Internet. Le nouveau constructeur s’est associé avec Microsoft et Alibaba pour les ventes en ligne. Le service après-vente sera assuré par le constructeur qui enverra ses employés récupérer les véhicules selon le souhait du client. En supprimant les intermédiaires, Lynk & Co prévoit d’économiser 25 % du prix de la voiture. Ainsi, le constructeur suédo-chinois promet d’offrir les prestations d’un modèle premium au prix d’un généraliste. En d’autres termes, Lynk & Co va tenter de récupérer la place laissée vacante par la montée en gamme de Volvo.

Le 01 arrivera sur le marché chinois dès 2017. Il faudra attendre 2018 pour le voir débarquer dans nos contrées. Geely souhaite vendre 500 000 voitures Lynk & Co d’ici 5 ans.

 

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Geely a dévoilé le premier modèle de sa marque mondiale, le Lynk & Co 01"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Quorbach
Invité

Franchement, je suis sur le cul. C’est pas mal du tout !

Carlos Ghost
Invité

Il fut un temps où on pouvait se f… des Geely.

C’est en train de finir.

Navigator84
Invité

Les derniers modèles Geely : Borui, Boyue, Emgrand GS et Emgrand GL sont convainquants.
Il y a 15 ans c’était des Daihatsu Charade des années 1980 un peu reliftées.
Et maintenant ça.

208
Invité

Nom de marque à la Enedis, planche de bord beaucoup trop inspirée des Volvo (ils aident mais à ce point..) et dessin complètement foiré (Nissan Juke & Citroen C6 Chinoise pour les phares avant, rajout grossier d’une  » nervure  » au niveau des ailes..)
Je pense que cette marque finira comme Qoros !

Quorbach
Invité

« Quand elle arrivera sur le marché l’année prochaine, son système d’infodivertissement fournira une API pour permettre aux hackers, pardon développeurs, d’« enrichir l’expérience automobile » grâce à des applications téléchargeables sur une plateforme en ligne comparable à l’App Store et à Gooel Play. »

Je chipotte, mais de deux choses l’une:
i) hacker est censé être un rôle positif. La notion intrusive et négative est tombée par abus de langage.
ii) je crois que vous parlez de Google Play dans le texte 😉

CDA
Membre

Yoann Besnard, on ferait pas grand choses sans APIs…

Sinon, pas trop mal ce modèle bien que pas très inspiré.

En revanche, le nom de la marque…

SGL
Invité

Difficile de critiquer de prime abord.
Chapeau !

wpDiscuz