Accueil Ford Ford Fiesta : une quadragénaire dans la force de l’âge

Ford Fiesta : une quadragénaire dans la force de l’âge

123
0
PARTAGER

Success story… Quarante ans plus tard, Ford continue de saluer le quarantième anniversaire de la Fiesta, l’autre Ford du peuple après une célèbre T qui marque l’industrialisation en masse et qui mit l’Amérique sur roues.

D’un côté comme de l’autre de l’atlantique (fondation de Ford Europe en 1967) on planchait sur le sujet et on étudiait la rentabilité, la faisabilité et l’intérêt de lancer une nouvelle auto accessible sous l’Escort. Le projet Bobcat démarrait.

Force études de marché sont menées, des projets industriels complémentaires envisagés, les équipes américaine et européenne de la marque entendent séduire Henry Ford II, on enchaîne les dossiers au sein des différents bureaux d’ingénierie et d’étude.

En pleine crise du pétrole et en période d’inflation monétaire, les responsables de Ford Europe finissent par convaincre l’héritier et petit-fils du fondateur. En parallèle à la naissance programmée de la Fiesta sort de terre l’usine espagnole près de Valence, en pleine période franquiste (ou plutôt tout juste post-franquiste).

1976 comme année de production de la Fiesta de première génération, une Fiesta finalement choisie en traction dans le cahier des charges (et comme l’Escort est une propulsion…).

La suite tout au long de ces quatre décennies ? Une réussite indéniable. Un pari gagnéUne série de chiffres et de petites histoires aussi : six générations, 18 millions d’unités écoulées avant la fin de cette année, une production mondiale (Espagne, Allemagne, Angleterre puis Brésil, Russie, Inde, Chine, Thaïlande, Mexique, Afrique du Sud, etc), des versions Ghia en 1.0 et 1.1 l au lancement, trois finitions lors de sa mise sur le marché, un million d’unités au compteur après trois années de carrière, la Fiesta XR2 de 1981 au moteur 1.6 l en faisant la première Fiesta à dépasser la barre des 100 mph, une carrière au niveau international, etc, etc.

Outre–Manche, son plus gros marché européen et son plus important marché tout court, une parade réunissait quelques 200 Fiesta toutes générations confondues vient d’avoir lieu.

L’histoire est en marche avec la relève. Une nouvelle génération de Fiesta va s’inscrire dans la lignée, une Fiesta qui aurait pu aussi s’appeler Pony, Bravo, Amigo, Strada (des noms finalement pris ensuite par d’autres constructeurs) mais qui fut finalement ainsi nommée, le dernier mot revenant à Henry Ford II.

 

Source : Ford.

Crédit illustrations : Ford.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz