Accueil Ecologie SEMA 2015 : une « vraie » voiture entièrement solaire présentée

SEMA 2015 : une « vraie » voiture entièrement solaire présentée

226
7
PARTAGER

La start up australienne EVX amènera au SEMA Show 2015 à Las Vegas en novembre prochain, une maquette de son prototype Immortus qui non seulement est électrique mais en plus entièrement solaire. Le début d’une nouvelle ère ?

Les véhicules électriques solaires sont très souvent des cigares à roues de vélo recouverts par d’immenses panneaux photovoltaïques qui tiennent plus du véhicule extra-terrestre qu’autre chose. L’Immortus de EVX se veut être le premier véhicule solaire de série. Reprenant les éléments des voitures solaires « de course », EVX en collaboration avec l’Université Technologique de Swinburne les regroupe dans l’Immortus.

« L’Immortus sera esthétiquement plaisante, aura de vraies performances sportives et capable de rendre les conducteurs indépendants donc ils n’auront plus besoin de compter sur les stations services selon les conditions » annonce EVX. Tout un programme.

L’idée de l’Immortus est d’être ultra-légère évidemment car il faut malheureusement embarquer un poids conséquent de batteries. Sans ces dernières, le coupé pèse 250 kg (!) ce qui donne un poids en ordre de marche de 550 kg. La batterie de type lithium ne fait que 10 kWh de capacité (40% d’une batterie de Leaf pour comparaison) ce qui donne une autonomie estimée sur les batteries d’au moins 100 km.

Mais l’Immortus embarque 7 m2 de panneaux photovoltaïques composés de cellules type silicon d’un rendement de 22%. En France, dans les régions les moins lumineuses, cela donnerait environ une production de 270 kWh/m2/an. Les 7 m2 assurent donc 1880 kWh/an. EVX annonce que l’Immortuce, mue par deux moteurs de 40 kW en pic (2,50 kW nominal) peut parcourir, en partant avec le plein de batterie plus de 550 km à 85 km/h de moyenne.

Rien qu’avec les panneaux, et évidemment selon les conditions (et le pays dans lequel on roule) l’Immortus peut rouler à plus de 60 km/h « indéfiniment ». Pour le reste, l’Immortus est capable (sur le papier) d’un 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes et d’une vitesse maximum de 150 km/h. EVX implante dans son démonstrateur un système de refroidissement à air de sa batterie mais surtout une récupération d’énergie sur les suspensions en plus du classique récupérateur au freinage.

Dimensions
Longueur 5 m
Largeur 2 m
Hauteur 1,1 m
Centre de gravité 0,6 m
Poids en ordre de marche 550 kg
Empattement 2,5 m
Ecartement des roues 1,9 m
Panneaux photovoltaïques
Surface totale 7 m2
Efficience des cellules 0,22
Type des cellules Silicon
Batterie
Capacité 10 kWh
Type des cellules Lithium
Moteurs
Puissance en pic 2 x 20 kW
Puissance nominale 2 x 1,25 kW
Emplacement des moteurs Dans les roues arrières

Plus qu’un véhicule, l’Immortus est un démonstrateur pour le savoir faire de EVX. La société propose un système en seconde monde d’hybridation qu’ils tentent de commercialiser. Un marché potentiel énorme. Pour son kit, il s’agit de deux moteurs à placer dans les roues non motrices et d’une batterie que l’on place n’importe où (principalement dans le coffre). Reste évidemment à gérer l’accélérateur (et donc pouvoir s’interfacer avec l’électronique de la voiture).

Source et illustration : EVX

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "SEMA 2015 : une « vraie » voiture entièrement solaire présentée"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
klm
Invité

intéressant.

SGL
Invité

Intéressant en effet !
Pourquoi ne pas imaginer, plus proche de nous, une option sur les ténors des voitures électriques, je pense aux Tesla S / e-Golf / Leaf / Zoé, un toit totalement en photovoltaïque pour améliorer l’autonomie (une ou deux dizaines de kilomètres de gain ?) ou voire même une recharge complète sur un parking ensoleillé (durant une semaine ?)

Tom
Invité

Indéfiniment excepté la nuit. Pour le reste c’est intéressant et le solaire pourrait toujours été un complément pour améliorer l’autonomie.

Neokoplex
Invité

Si la voiture fait 550 km à 85 kmh, on peut supposer qu’elle fait beaucoup plus à 60 kmh. Une nuit durant un peu plus de 11h on a besoin de 660km d’autonomie ce qui ne semble pas incongru. Ceci en partant du principe que la voiture recharge plus qu’elle ne consomme le jour.

Donc en théorie, on a bien une voiture à l’autonomie « infini ».

Will
Invité
Ouaip’, intéressant, parce que pour autant que j’apprécie le fait que Tesla mette un coup de pieds dans la fourmilière, on nous dit déjà que les data center sont des gouffres énergétiques, et que finalement internet tourne au charbon, alors si en plus on est sensé dans le futur rouler en électrique, ça ne va pas le faire. A un niveau sociétal et global, si on imagine que les théories de Jeremy Rifkin se réalisent (avec principalement un modèle énergétique à l’image de l’internet : décentralisé en « P2P », mais renouvelable), la société, son rythme, et donc l’automobile auraient probablement des… Lire la suite >>
SGL
Invité
Surtout les data center de précédente génération ! En l’espace de moins de 20 ans les data center ont un impact sur l’environnement égale au transport aérien (qui commence vers 1920 !). Il aura donc fallu moins de 30 ans à l’homme pour « inventer » une nouvelle source de pollution importante. Cela dit les nouveaux data center intelligemment implanter dans le nord de l’Europe (pour le refroidissement et pour chauffer les habitations) réduisent leur impact sur l’environnement de 70 à 90 % quand ils sont conçus d’une manière vertueuse. Pour les VE c’est souvent le même principe, du puits… Lire la suite >>
wpDiscuz