Accueil Peugeot Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (2/3) : Enfant chérie

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (2/3) : Enfant chérie

957
0
PARTAGER

Contrairement à la Toyota Aygo, mais comme c’est le cas de la Citroën C1, la 108 chapeaute sa gamme du trois cylindres 1.2 PSA. Si on le trouve parfois sous certains capots dans sa variante e-THP, comprenez turbocompressée, il prend ici le nom de PureTech, atmosphérique en langage Peugeot, et développe 82 ch.

Châssis, confort et comportement

Bien évidemment, une auto de cette catégorie n’a pas l’ambition de virevolter de virage en virage en faisant grimper l’aiguille de son compte-tours à proximité de la zone rouge. Force est toutefois de reconnaître que la 108 ne se départit pas du toucher de route Peugeot. Son compromis confort/comportement est donc largement à la hauteur, si ce n’est au dessus, de celui des références de la catégorie. Bien sûr, la 108 balance un peu sur les routes déformées et les longs trajets ne seront pas une sinécure. Mais si l’on s’en tient à sa vocation première, la 108 ne décevra pas. Reste que l’on a hâte de pouvoir tester la nouvelle Twingo pour voir si, comme c’était le cas de la précédente génération, elle surclasse la petite sochalienne sur ce chapitre qui reste une spécialité française.

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (42)

Moteur et transmission

Avec son unique 1.0 68 ch, la 107 paraissait bien peu ambitieuse face à la Twingo dont la gamme de motorisations débutait à 75 ch et s’étendait jusqu’à la pétillante RS de 133 ch. Si une 108 GTi ne semble pas être dans les tuyaux, Peugeot a tout de même décidé de donner quelques velléités extra-urbaines à sa nouvelle mini-citadine. Si le 1.2 PureTech se montre peu à l’aise sous 1 500 tr/mn et est étouffé par un cinquième rapport allongé, il reprend allègrement entre ses deux extrêmes. Sur route, la 108 ne se montre ainsi jamais être gênante pour les autres usagers et, en cas de dépassement, il suffit de rentrer un ou deux rapports pour l’effectuer en sécurité. Dommage que la commande de boîte de vitesses, pas hyper précise, ne fasse pas de cet exercice un vrai plaisir.

Bien sûr, au delà de 3 500 tr/mn, il ne faudra plus espérer voyager en silence. Mais le trois cylindres a ceci de particulier que sa sonorité s’avère moins désagréable que celle d’un « quatre pattes ». Il est même permis, avec un peu d’imagination et à pleine charge, de lui trouver une ressemblance vocale avec un six cylindres.

Ce 1.2 fait également preuve d’une qualité largement appréciée en ces temps de pétrole cher. Avec 6 l/100 km relevés en moyenne lors de notre essai, il se montre frugal. En ville, s’il tutoie plutôt les 7l/100 km, il fait à priori partie des moins assoiffés de la catégorie.

Crédit photos : CM/le blog auto

<<<LIRE LE DEBUT
Introduction
Présentation générale
Style extérieur
Equipement
Modularité/habitabilité
LIRE LA SUITE >>>
Parlons argent
Conclusion

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (38)

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 chEssai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (11)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz