Accueil Actualités Entreprise Lotus : Dany Bahar trouve un accord avec DRB-Hicom

Lotus : Dany Bahar trouve un accord avec DRB-Hicom

140
3
PARTAGER

On nous cache tout, on nous dit rien ! Dany Bahar (ex-PDG de Lotus) et DRB-Hicom (actuel propriétaire de Proton, donc de Lotus) ont discrètement résolu leur litige. Rappelons que Bahar accusait son ex-employeur de licenciement abusif. Il réclamait 6,7 millions de livres (8,2 millions d’euros) de dommages et intérêts. De son côté, DRB-Hicom clamait que son PDG a outrepassé ses prérogatives, voir carrément pioché dans la caisse.

Ainsi, l’affaire est désormais close. Bahar est parti avec un gros chèque (dont le montant est secret.) Quant à Lotus, il peut tourner la page et laisser Jean-Marc Gales prendre mettre sa patte. Les dossiers ne manquent pas : redressement de la situation financière, développement à l’étranger (notamment sur la zone Asie-Pacifique), relance du projet Esprit

Lotus 3

Ce règlement à l’amiable, par avocats interposés, loin des caméras ajoute au halo de secret qui entoura l’ère Bahar. Il faut s’en tenir à l’histoire officiel.

D’après DRB-Hicom (et donc, désormais, d’après Dany Bahar), Lotus était en grande difficulté en 2009. Bahar, alors vice-président de Ferrari, semble être l’homme  providentiel. Charismatique, ambitieux, présentant bien, il veut dynamiser Lotus. Lancement de nouveaux modèles, programmes sportifs, apparitions à la TV et au cinéma, recrutement de « pipoles » comme porte-paroles, etc. Il dépense beaucoup. Au Mondial de Paris 2010, il s’offre un grand show, annonçant une demi-douzaine de nouveautés à court-terme. Les puristes hurlent au dévoiement. Vers 2011, l’argent commence à manquer. Pour se financer, Lotus a contracté des prêts à court-terme. De plus, les ventes sont décevantes. En prime, la maison-mère, Proton, a elle-même des difficultés financières.
DRB-Hicom rachète le constructeur malaisien. Il envoi un cabinet d’audit chez Lotus. Les résultats sont désastreux. La plupart des projets parisiens ne sont que des maquettes. Les ventes sont au plus bas. Quant à Dany Bahar, c’est un piètre gestionnaire. Il voyage exclusivement en jet privé. Il dispose d’une maison de fonction, dans laquelle il a fait de couteux travaux, il n’a pas payé les artisans… Mais il s’est fait rembourser les frais par Lotus ! Marginalisé, le golden boy déchu est viré début 2012.

Lotus 1

Voilà pour l’histoire avérée. Bahar a le procès en diffamation facile et les témoins de cette époque préfèrent se taire. Proton aurait également des choses à se reprocher. Son ex-PDG possède un fort pouvoir de nuisance, d’où la recherche d’une solution financière.

Que s’est-il vraiment passé entre 2009 et 2012 ? Il faut se contenter de théories plus ou moins farfelues. Ainsi, vers 2009, Proton aurait voulu vendre Lotus (à Tony Fernandes ? A Genii Capital ? A Youngman ? A Vladimir Antonov ? ) Bahar aurait été recruté pour brasser de l’air et faire monter la valeur du constructeur britannique. D’autres disent que du fait de la nationalisation partielle de Proton, nombre d’anciens ministres et d’anciens cadres se sont invités au sommet de la pyramide. Il y avait ainsi une hiérarchie parallèle, composée de personnes incompétentes. Bahar aurait su naviguer dans les arcanes pour obtenir des chèques en blancs (en échange de contreparties ?) Sa mise à l’écart, puis son renvoi, serait due à une révolution de palais en Malaisie. Certains pensent même que Bahar, d’origine turque, faisait parti du contre-espionnage britannique ! Sa nomination comme PDG aurait été une couverture pour investiguer sur les Malaisiens…

Autrement dit, tout est possible. Et personne ne parlera tant qu’il n’y a pas prescription…

Lotus 2

Crédit photos : Lotus

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Lotus : Dany Bahar trouve un accord avec DRB-Hicom"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

Mouais je doute fortement que Lotus sortirait un gros cheque si tout ce qu’on dit sur Bahar etait vrai, quel serait leur interet ??

Thibaut Emme
Admin

L’intérêt est bien souvent de se débarrasser d’une écharde. Même s’ils pensent pouvoir gagner, cela traine, cela ne fait pas de bonne pub, etc.
Un peu comme Toyota a signé un accord à l’amiable aux USA pour éviter un procès sur les « accélérateurs fous » alors qu’aucun cas n’a pu être imputé à Toy

Là ils tournent la page définitivement et peuvent communiquer sur la nouvelle ère, construire, etc.

xxx
Invité

Ayant entendu des histoires de personnes la bas a ce moment la, soyez bien sur qu’il a mechament alléger la caisse avec des evenements, fetes et j’en passe totalement inutile et injustifié, comme les millions perdus dans ces multiples etudes de showcar, qui n’avait alors clairement pas de suite.

Lotus a malheuresement bien pire a gérer que le grand blond, vente en large baisse et toujours pas d’élargissement de gamme, ils veulent surement se débarasser de ce boulet rapidement.

wpDiscuz