Accueil Actualités Entreprise PSA : La feuille de route de Carlos Tavares

PSA : La feuille de route de Carlos Tavares

116
17
PARTAGER

Alors qu’il vient de prendre aujourd’hui ses fonctions de responsable opérationnel du groupe et qu’il remplacera Philippe Varin comme président du directoire le 31 mars, Carlos Tavares en profite pour définir sa feuille de route baptisée « Back in the race », notamment en ce qui concerne les développements à l’international et le positionnement des gammes des différentes marques.

Grâce aux futures augmentations de capital de 4,5 milliards d’euros, et l’arrivée de nouveaux actionnaires, Tavares devrait avoir plus de liberté que son prédécesseur, qui était dernièrement englué dans le montage financier, et sous la tutelle des Peugeot.

Quelles sont donc les grandes lignes du plan de l’ancien numéro 2 de Renault, en attendant les détails en avril ? Elles se résument en quatre grands axes :

Positionnement des marques:
Pas de grande surprise, Tavares ne fait que poursuivre l’impulsion donnée par Varin. Ainsi, les marques seront amenées à ne plus se faire une concurrence frontale comme précédemment, mais à occuper des créneaux bien précis :
–    Peugeot : la marque sérieuse ou « la plus germanique des marques latines » (vous avez dit VW ?)
–    Citroën : la marque accessible
–    DS : le luxe à la française.
Cependant Tavares veut aussi se concentrer sur les marchés principaux, et donc limiter les vehicules de niche. On peut donc s’interroger sur la future 508 coupé 4 portes ou 608. La RCZ aura-t-elle une descendante ?

DS une marque à part entière :
Concernant DS, bonne nouvelle, Tavares veut développer la gamme et lui donner son indépendance vis-à-vis de Citroën. DS sera donc amenée à devenir une marque à part entière, comme c’est déjà le cas en Chine, Tel Aviv et Copenhague. Le logo Citroën devrait donc rapidement disparaitre des DS. En France, DS devrait cependant toujours être distribué dans le réseau Citroën, du moins dans un premier temps, la gamme étant encore trop restreinte. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que Tavares veuille développer la marque DS, chez Renault, il avait pris DS comme modèle pour lancer la ligne Initiale Paris… Il reste cependant encore du chemin à parcourir avant de pouvoir concurrencer les marques premiums comme Audi.

Développement à l’international :
Le développement à l’international passe bien sûr par la Chine avec le partenaire et actionnaire Dongfeng. Les objectifs sont ambitieux pour 2014 : 700 000 pour DPCA (Peugeot-Citroën) et 50 000 pour CAPSA (DS). D’autres pays asiatiques sont en ligne de mire sans plus de détails. Pour ces nouveaux marchés, le groupe pourra y lancer toutes ses marques ou une seule.
La priorité est aussi de redresser les autres marchés émergeants où PSA est en difficulté. C’est le cas du Brésil et de la Russie où PSA est loin de remplir ses objectifs. Pas d’information sur le marché nord-américain, l’autre grand marché où PSA est totalement absent et qui représente tout de même presqu’un quart du marché mondial. Il n’y a donc pas à attendre de retour à court terme.

Réduction des coûts :
La réputation de cost killer de Carlos Tavares n’est plus à faire, et la fermeture de la 2e ligne de montage à Poissy et à Mulhouse est déjà actée. Ça ne sera pas suffisant et il est déjà question d’une nouvelle usine à la périphérie européenne. S’agira-t-il d’une future délocalisation avec fermeture d’une usine en Europe occidentale?

Pas de révolution donc, mais la continuité d’une stratégie initiée par ses prédécesseurs. Espérons que Tavares arrivera à remotiver les troupes chez PSA, et jongler avec les nouveaux actionnaires, ce qui ne sera peut-être pas plus facile que de gérer les discordes internes chez les Peugeot.

Source: Le Figaro / La Tribune / Les Echos, Illustration: PSA

 

 

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "PSA : La feuille de route de Carlos Tavares"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Toctoc
Invité

Vous faites référence à Audi et VW, comme d’habitude sur ce site… Mais le véritable étalon, sur un portefeuille de marques restreint, pour son développement à l’international et ses méthodes de production, n’est pas VAG… mais un autre constructeur bien connu.

Thomas
Invité

Lequel s’il vous plait ?

Admin
« Vous faites référence à Audi et VW » C’est Carlos Tavares lui même qui qualifie Peugeot de « la plus germanique des marques latines »… Il ne paraît pas aberrant pour Peugeot de s’étalonner face au premier constructeur européen, surtout si les produits envisagés sont mis directement en face des productions de Volkswagen (la nouvelle 308 n’en fait pas mystère). Par contre, il me semble que vouloir s’attaquer de la même façon au premium allemand (Audi entre autres, sans doute le plus accessible des trois) serait la preuve d’un cruel manque d’imagination. Pour un marché où l’image est primordiale (la qualité de fabrication… Lire la suite >>
Psam
Invité

Toyota…

pat d pau
Invité

ce developper a l’international sans avoir une base solide dans son propre pays…. donne pas confiance… fait penser a une marque sans attache… donc sans saveur.. ce que Toy n’a pas fait. Toy n’a pas délocalisé au dépend de son propre pays.

tictic
Invité

Il n’y a pas d’autres étalons serieux et à suivre que le grand VAG! Les allemands ont un avantage comparatif en terme d’automobile indéniable, leur stratégie depuis 20 ans est sans faille. Tavares est bien l’homme providentiel qui pourra redonner une stabilité à notre secteur automobile. Il n’est pas encore question de redonner ses lettres de noblesse à l’industrie automobile française mais qui sait….dans 20 ans reparlons en…

SAM
Invité

Toyota a l’avantage d’avoir peu de marques et un maximum de rentabilité et d’être peu présent en Chine mais très profitable aux USA et en Asie du Sud Est (marché à fort potentiel)… Ce que Toyota a réalisé aux USA n’est pas du niveau de ce que VW fait en Chine. En Chine, il n’y avait peu de monde et VW est en collaboration, aux USA sur un marché ultra-concurrentiel, Toyota est derrière Chevrolet!

jr
Invité

pas terrible comme stratégie si il oublie les véhicules de niches

seb
Invité
Ce n’est pas marqué qu’il les oublie mais qu’il les limite. Les véhicules de niche sont des véhicules d’images, tous constructeurs en a besoin. Le gros défaut des constructeurs français, c’est qu’ils ne suivent pas leurs modèles de niche. Ils sont où les remplaçant des spider, A610, C6, Vel Satis, 608…? Si un modèle à marché, ils attendent la fin du modèle pour commencer à travailler sur le remplaçant, si il n’a pas marché, ils abandonnent. Et pendant ce temps là il font quoi les clients? Bah ils vont voir ailleurs. Audi n’est pas devenu une marque premium en sortant… Lire la suite >>
wizz
Membre
Le gros défaut des constructeurs français, c’est aussi de ne pas avoir assez d’argent pour pouvoir se lancer dans plusieurs domaines, de pouvoir mener un projet de niche sans que cela n’ait un impact sur les autres projets Par exemple Toyota, dans les années 90, réalisait en moyenne un bénéfice autour de 10 milliards $!!! Puis certains ingénieurs chez Toyota avaient une vision, d’un avenir meilleur, de voitures plus propres, moins énergivore. Ils pensaient à une voiture hybride essence. Ils ont convaincu la direction de Toyota de se lancer dans ce projet. Ensemble, ils savaient qu’il y aura de plus… Lire la suite >>
alex
Invité

Les vehicules de niche offrent de belles marges et surtout une image dynamique (RCZ R). La Megane CC etait bradée au UK pour l`image de Renault, plus de CC dans les rues, une meilleure image de marque pour le reste de la gamme Renault.

mais la fiabilite etant deplorable Renault est devenu absent du marche anglais en moins de 10 ans. (Laguna retiree de la vente etc.)

SGL
Membre

« mais la fiabilite etant deplorable Renault est devenu absent du marche anglais en moins de 10 ans »
Totale désinformation !
Toutes les études de fiabilité prouvent le contraire, dont l’ADAC (à moins qui mentent au aussi)
La Laguna ne plaît pas, un point c’est tout, pas la peine de trouver des histoires fallacieuses.

pat d pau
Invité
Faux. l’image de marque de renault est touchée. Il faudrait une garantie 5 ans gratuite pour démontrer au client que Renault croit en sa fiabilité… Mais maintenant, la phrase est tombée dans le dommaine public => « Renault, tous les jours un bruit nouveau ». Le pb continue et le constructeur reconnait rarement… pour memoire l’age du parc francais est de 8 ans… va falloir un bout de temps pour enlever les poubelles renautl du parc francais et profiter de la laguna 3 (vu le nombre de vente on va pas en voir bcp) Renautl commencera a revenir en fiab en 2017/2018…… Lire la suite >>
SGL
Membre

Autre problème.
Il est connu qu’un possesseur ‘mécontent’ de sa Laguna 2 phase 1 de 2002 à vingt fois plus d’impact psychologiquement qu’un possesseur ‘content’ de sa Renault.
Erreur de Renault est d’avoir sorti une auto dont la mise au point laissait à désirer en 2001.
la Laguna 2 phase 2 de 2005 avait ‘éradiqué’ 99% des problèmes de fiabilité, trop tard ! Maintenant le mal était fait.
la Laguna 3 de 2007 bat des records de fiabilité mais elle porte toujours une image d’auto non fiable.
C’est comme ça, mauvaise gestion d’image de marque !

AZZURRA
Invité

@pat d pau  » Renault tous les jours un bruit nouveau ». 🙂 excellente je la garde.
Par contre ta phrase « Renault commencera a revenir en fiab en 2017/2018″… tu t’y connais en prédictions ?

Jurassix
Invité

Tout aussi Drole : FIAT = Fix it Again Tony.

Voila voila.

AZZURRA
Invité

@Jurassix Tu nous sors du réchauffé ça date ta phrase, tu sais depuis FIAT est retourné aux USA et les 500 font un tabac. 🙂
Bientôt Alfa Roméo et Maserati et tutti quanti. 🙂 Voilà voilà
Et sur Peugeot il y en a une certainement?

wpDiscuz