Accueil Ecologie Renault met-il fin à l’écosystème de Better Place?

Renault met-il fin à l’écosystème de Better Place?

183
31
PARTAGER

Carlos Ghosn a récemment affirmé que Renault allait cesser, au moins temporairement, ses investissements vers les véhicules électriques équipés d’un système rapide d’échange de batterie. Une nouvelle qui fragilisera à coup sûr le modèle économique de Better Place en Israël et au Danemark.

Préférant optimiser la taille des batteries pour maximiser l’espace intérieur des véhicules électriques, le PDG de Renault affirme que l’avenir est aux véhicules électriques à batteries fixes, in extenso non échangeables autre part qu’en concession. Le volume du coffre est l’exemple le plus frappant: alors que le coffre de la Renault Zoe a une capacité de 338l, celui de la Fluence ZE ne dépasse pas 320l. La berline est pourtant plus longue de 70 centimètres par rapport à la citadine.

La promesse de Better Place est de remplacer une batterie vide par une batterie complètement rechargée en 5 minutes. Cette promesse est valable en supposant qu’il n’y ait pas d’autres véhicules présents en station d’échange (chaque station ne pouvant prendre en charge qu’un véhicule à la fois). En admettant qu’il y ait, par exemple 6 véhicules en attente, l’échange de batterie durera alors au minimum 30 minutes. Hors, ce temps correspond à une charge rapide sur une borne de recharge publique (standard CHAdeMo 50kW).

D’autre part, le budget d’une station d’échange rapide est de l’ordre d’1 million d’euro lorsqu’il ne devrait pas dépasser 100.000€ pour une borne de recharge (une borne de recharge coûtant elle-même entre 10.000€ et 20.000€).

Enfin, alors que Renault s’est engagé à livrer 100.000 Fluence ZE dans le cadre de sa collaboration avec Better Place, seuls quelques 2.000 véhicules ont trouvé preneur depuis le lancement du service au Danemark et en Israël 18 mois plus tôt. Dans un laps de temps similaire, Nissan a vendu 50.000 Leaf mondialement.

A ce jour, aucun constructeur autre que Renault n’a montré un intérêt suffisant pour proposer un véhicule électrique équipé du système Quick Drop de Better Place. Néanmoins, le constructeur français devrait proposer en septembre une version de la Fluence ZE remaniée: la batterie devrait avoir une plus grande capacité et la consommation électrique devrait être légèrement réduite pour améliorer l’autonomie.

Source: Energi Watch
Crédit photo: Better Place

A lire également:
Le lancement de Better Place repoussé en Australie
Le PDG de Better Place débarqué

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Renault met-il fin à l’écosystème de Better Place?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
tator
Invité

L’échange de batteries était une ineptie qui suppose un standard de batteries appliquées à toute l’industrie, de la Mini à la Supercar, ainsi qu’un réseau de distribution monopolistique.

Il était temps que Renault mette fin à ce partenariat.

Bizaro
Invité
« Cette promesse est valable en supposant qu’il n’y ait pas d’autres véhicules présents en station d’échange (chaque station ne pouvant prendre en charge qu’un véhicule à la fois). En admettant qu’il y ait, par exemple 6 véhicules en attente, l’échange de batterie durera alors au minimum 30 minutes. » Et si 6 autos attendent à une bornes de recharges rapides? L’idée est bonne, mais plutôt que de changer le contenant, il auraient du échanger le contenu. cela aurait permis une plus grande flexibilité pour la création de batteries de toutes tailles. Avec des électrolytes liquides par exemple. les performances auraient été… Lire la suite >>
Roger PlanetWatcher
Membre
Il était vraiment temps que Ghosn jette l’éponge… Ce deal avec Better Place a fait rire toute la profession, et au final, seul Ghosn s’est fait avoir… Tout cela parce qu’il a été embobiné par un bonimenteur de génie, Shai Agassi, qui lui avait été présenté à Davos par Shimon Pérès… La très mauvaise nouvelle par contre, c’est que ce « Gag-flop » aura coûté une véritable fortune au contribuable : osera-t’on un jour dire combien Renault a récolté en subsides gouvernementaux (Bercy, FSI…) pour le développement de son soi-disant « Programme VE » ??? « On parle » de près d’un milliard d’euros, dans les… Lire la suite >>
BZ
Invité

Enfin faudrait pas tout confondre… Better Place était une erreur, mais certainement pas l’investissement dans le VE!

Admin

Un investissement dans lequel Carlos Ghosn croit toujours dur comme fer (pas comme le projet Better Place). Avec son autre casquette, celle de président de Nissan, il vient de déclarer à la présentation des résultats 2012 qu’il maintient son objectif de 1,5 million de Leaf vendues, même si ce sera plus tard que 2016, la date initiale, observant une accélération des ventes au niveau mondial. Les premiers retours d’expérience, comme avec la Zoé, montrent que les propriétaires adaptent leur usage à la contrainte d’autonomie sans trop de difficulté.

Roger PlanetWatcher
Membre
Le « Gag Better Place » a coûté une fortune à Renault, et lui a fait louper le virage de l’hybride, que ses principaux concurrents ont su beaucoup mieux négocier Relisez à ce propos cet excellent article du Point.fr (4 avril), où tout est dit… Juste un extrait qui résume le gâchis… « Quand on sait que Renault a investi dans l’opération entre 500 millions et 1 milliard de dollars (Shai Agassi cité sur le site Planet Renault) et que l’ensemble des investissements pour la voiture électrique dépasse 4 milliards d’euros, Renault n’aurait-il pas intérêt à se désengager de ce modèle captif disponible… Lire la suite >>
zindex
Invité

l’alliance renaunt -nissan maitrise la technologie hybride et renault a confirmé a mainte reprise des que le besoin est la ,il peut sortir l’ybride

Chelmi
Invité

Merci guillaume pour ta précision, apparement c’est trop dur pour certains d’utiliser leur cerveau 😉

wpDiscuz