Accueil Alternatives Electrique : Better Place demande sa liquidation

Electrique : Better Place demande sa liquidation

69
9
PARTAGER

Il y a 15 jours, nous nous posions la question de savoir si l’annonce de Renault de cesser « temporairement » les investissements sur les véhicules électriques équipés du système Better Place allait porter préjudice à la société. Nous voici fixés puisque la société Israélienne a demandé son placement en liquidation.

Better Place et son partenaire Renault se félicitaient pourtant encore il y a peu du nombre total de kilomètres parcourus par des Fluence Z.E. (compatible Better Place) mais rien n’y a fait. En grave difficulté financière n’a donc pas trouvé d’investisseur valable pour continuer de développer son modèle. « Malgré des efforts significatifs, les revenus sont toujours insuffisants pour couvrir les dépenses des opérations, et à la lumière du cash-flow continuellement négatif, le directoire a décidé qu’il n’y avait pas d’autre option que de demander à la cour de mettre en liquidation la société » selon un communiqué de Better Place.

Dan Cohen, le deuxième PDG de Better Place depuis le remplacement du fondateur Shai Agassi en octobre 2012, annonce : « C’est un jour difficile pour nous tous. La compagnie avait une vision et a fait les premiers pas pour aider la voiture électrique à devenir réalité, mais la vision ne pèse pas lourd face à la réalité : les clients en Israël n’achetaient pas les véhicules fabriqués par Renault malgré leur batterie échangeable pour réduire leur crainte de la panne sèche ».

800 millions de dollars (environ 620 millions d’euros) ont été investis dans l’affaire et Better Place nécessitait au moins encore 500 millions pour potentiellement se sortir du mauvais pas. En 2012 la société avait perdu 454 millions de dollars sans voir son chiffre d’affaire décoller. Better Place a vraisemblablement dépensé trop d’argent en « éducation » des clients qui ne les ont pas suivi, mais Better Place a également négligé un paramètre important dans son modèle de batterie remplaçable : la taille des pays visés.

Israël et le Danemark, les deux principaux pays clients ont des tailles bien plus modestes que la France par exemple (respectivement 20 000 et 43 000 km2 contre 675 000 km2 pour notre pays). Dès lors le nombre de stations nécessaires pour couvrir le territoire devenait utopique. Et sans station, aucun intérêt.

Loin de porter un coup aux véhicules électriques, la fin de ces 5 ans de Better Place replace les investissements de R&D dans la pure augmentation de la capacité des batteries. Sans doute une chance pour les VE.

Source et photo : Better Place

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Electrique : Better Place demande sa liquidation"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Ezy
Invité

« Sans doute une chance pour lr VE »….
N’importe quoi!

tator
Invité

Absolument d’accord avec Thibaut. La fin d’un business model abérrant qui va permettre de recentrer les investissements sur l’amélioration des batteries.

Nicolas
Invité
je ne suis pas certain que ce business model soit si aberrant que ça, pour plusieurs bonnes raisons: – les batteries sont très chères, et doivent absolument être collectées et recyclées en fin de vie : la location répond parfaitement à ça. Elle ne bloque pas le prix d’achat, et elle reste la propriété du constructeur/opérateur qui aura àa sa charge le recyclage – Une station de batterie peut recharger ses batteries 24h sur 24h et ainsi lisser la demande de puissance électrique sur le réseau, ce qui limitera les modifications sur ce dernier. Parce qu’une batterie de plus grosse… Lire la suite >>
BZ
Invité

@ Nicolas,

Tator à raison, le business model est aberrant puisqu’il suppose un standard de batterie, que l’on retrouverait de la Twingo au Touareg, en passant par la Fluence…

Invité

allez next hi hi hi hi

pat d pau
Invité

1/2 milliard pour… rien. bouh!! c’est la crise depuis 2008 et on a plus d’argent.. sauf que là on a trouvé 0,5 milliard pour developper une idée naze !

tator
Invité

Ne vous inquiétez pas, c’était surtout de l’argent venant des contribuables et de fonds d’investissements israéliens

Julien
Invité

… »leur crainte de la panne sèche ». Il a de l’humour (juif) le monsieur !

wpDiscuz