Accueil Actualités Entreprise PSA : un plan B dans les tuyaux

PSA : un plan B dans les tuyaux

191
19
PARTAGER

PSA ne va pas très bien, ce n’est un secret pour personne, et les dirigeants ne voient pas de reprise du marché avant 2015. Si le futur de PSA semble assuré d’ici là, le groupe disposant d’assez de liquidités pour tenir jusqu’en 2015, de quoi sera fait l’avenir si le marché Européen ne se redresse pas, voir, s’enfonce dans la crise ?
Le gouvernement, et la famille Peugeot y songent déjà, sachant très bien que Bruxelles veille et qu’il serait donc impossible de renflouer le groupe. Certes PSA a mis la 6e en ce qui concerne le développement à l’international, en Chine, Russie et Amérique du Sud notamment, mais si ces nouveaux débouchés se traduisent par des ventes en hausse à l’international, les résultats sont eux à la peine, ces nouvelles ventes générant moins de marges qu’en Europe, et de plus, nécessitent de lourds investissements.

Bref, sans retour de la croissance en Europe, point de salut pour PSA. A cela il faut rajouter la faible valorisation boursière, qui commence à sérieusement énerver les membres de la famille Peugeot. Le gouvernement craint donc de voir se profiler à l’horizon, un scénario catastrophe : La famille Peugeot décide de se débarrasser du canard boîteux qu’est PSA pour investir dans des créneaux plus porteurs. PSA serait alors à la merci d’un prédateur étranger, qui n’aurait sans doute aucun scrupule à délocaliser et fermer les usines françaises.

Quant à une monté au capital de GM, elle n’est pas à l’ordre du jour, GM préférant se désengager du marché européen.

La solution envisagée par le gouvernement, et notamment soutenue par Louis Gallois, serait de rapidement trouver un autre actionnaire de référence au groupe. Ce nouvel actionnaire serait un grand groupe français, en bonne forme actuellement,  ayant les reins solides et n’étant pas étranger au monde de l’automobile…

Vous l’aurez deviné, il s’agit de Michelin. Le groupe Clermontois dispose de plus, d’un actionnariat de type familial, tout comme PSA. Bref, le candidat idéal. De plus, Michelin fut l’ancien propriétaire de Citroën, et connait donc déjà la maison…

L’entrée au capital de PSA se ferait par rachat des actions de la famille Peugeot et injection de capital, ce qui permettrait au groupe PSA de sortir du mode survie. Michelin assurerait un débouché pour ses pneus, le gouvernement, et notamment notre ministre du redressement productif,  pourrait alors se féliciter d’avoir sauvé ce fleuron de l’industrie française, l’emploi serait sauvegardé et la famille Peugeot pourrait partir à la pêche au gros investissement.

Un plan B qui satisferait tout le monde.

Mise à jour : le 1er avril, nous aimons bien explorer un peu les environs de la réalité pour voir ce qui pourrait s’y passer… Le 2 avril 2013, Michelin n’a pas pris de participation dans Peugeot.

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "PSA : un plan B dans les tuyaux"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
dralom
Invité

la famille peugeot ce sont des exiles fiscaux (suisse) et des salopards de patron voyou. Michelin c’est comporte a l’identique dans les annees 90.

Nicool..
Invité

tu connais le principe du Poisson d’avril ?
Tu sais ce que le mot humour signifie ?
Et « les salopards de Peugeot » résident en France et paient ses impots en France et ils n’ont pas de holding basé dans des paradis fiscaux comme c’est le cas des Agnelli qui eux ont leur société Exor basé au Luxembourg et Fiat industrial aux Pays-bas.

Moi
Invité

Ce sont tes commentaires qui sont dignes d’un voyou.
Il est trop facile de critiquer quand tu n’investit aucun sou.
Continue comme ça, et les entrepreneurs quitteront la France.

dralom
Invité

http://www.rmc.fr/editorial/205355/les-44-francais-les-plus-riches-exiles-en-suisse/

je vous laisse verifier l’exil fiscal de la famille ….

Allegra
Invité

On en reviendrait à la situation d’avant 1970, avec un groupe qui peut enfin innover pleinement parce qu’il n’est plus soumis aux envies de rentabilité extrême et parfois absurde de la famille Peugeot. Ca serait le rêve mais je n’y crois pas. Les Peugeot sont bien trop avares pour lâcher PSA…

Minarey
Invité

C’est triste mais vrai, on est tous d’accord pour dire que le premier probleme de PSA, c’est la famille peugeot. Il leur manque aussi un bon patron, style Ferdinand Piech.

bbr
Invité

@minarey
Plutôt carlos ghosn !

Joel
Invité

Punaise ça y va les poissons!

Dudull
Invité
En 1 nous sommes un premier avril, donc on se calme… En deux, voir que des contributeurs de ce blog, qui sont parmi LES PREMIERS responsable de ce qui arrive à PSA, persistent dans leurs conneries, ça fout les boules. Ben oui les petits gauchistes, continuez à porter au pouvoir des tocards de politicards qui volent des milliards aux entreprises et tout ira mieux… Et ne vous inquiétez pas, vous allez être servis au delà de toutes vos espérances pour ce qui est de voir les salauds de capitalistes se barrer de ce pays. Ceux qui il y a déjà… Lire la suite >>
NomDeZeus
Invité

Du temps à perdre, peut être, mais ce que tu dis est loin d’être bête.

La belle France de gauche ne fait que cracher sur les entreprise et leurs « patrons ». Sachez juste que sans eux, il n’y aurait aucune économie, car ce n’est pas la fonction publique qui va nous faire remonter tout ça…

Aucune envie de se sortir de la merde ici…

Sinon, après le coup de gueule, c’est un poisson d’avril bien ficelé ^^

Tolérence 0
Invité

Extrait de la charte :

« Seront éliminé sans préavis : Toutes accusations sans preuve, déformation de faits, mensonge, mais aussi toute tentative de polémiques extrémistes ou excessivement partisanes, de propagande (directe ou indirecte), ainsi que toute forme de prosélytisme et de dogmatisme. »

Un modérateur pourrait-il appliquer cet alinea au deux commentaires ci-dessus qui ont peut être leur place sur un blog de droite mais pas ici ? Merci

wpDiscuz