Accueil Electriques Fisker et la valse des PDG

Fisker et la valse des PDG

69
2
PARTAGER

Et de 3: Fisker Automotive souffle à peine ses 5 bougies qu’un troisième PDG est nommé à la tête de l’entreprise. Le précédent PDG, Tom LaSorda ne sera resté à la tête de l’entreprise que 6 mois. Il est remplacé par Tony Posawatz, précédemment responsable du développement de la Chevrolet Volt. 

Fisker navigue décidément en eaux troubles depuis le début de l’année. Il y a tout d’abord eu la nomination d’un nouveau PDG en février. Presque simultanément, le nouveau PDG a dû faire face au « scandale » Consumer Reports: le célèbre magazine américain avait acquis une Fisker Karma en mars dernier. La voiture est tombé rapidement en panne lors du premier roulage.

Dès lors, le PDG fraîchement nommé avait dû s’expliquer sur l’origine de la panne. Puis il y a ce prêt de plus de 500 millions de la part du gouvernement américain qui n’arrive toujours pas, Fisker prétextant que l’élection présidentielle en fin d’année ralentit le processus d’attribution. Enfin, pour ne rien arranger, une Fisker Karma a été à nouveau victime d’un incendie il y a quelques jours.

Une fois de plus, Fisker a fait les gros titres de la presse automobile de manière négative. Sans compter que A123 Systems, le fournisseur de batteries de Fisker, en proie à des difficultés financières, vient de passer sous capital chinois (à 80%), ajoutant, s’il en était besoin, encore un peu plus d’incertitude pour le futur de la compagnie.

Tom LaSorda avait rejoint Fisker fin 2011 et nommé PDG en début d’année. Anciennement PDG de Chrysler, il devait insuffler un nouvel élan à la jeune entreprise, fort de son expérience à la tête d’un des « Big Three » . Son remplaçant, Tony Posawatz, justifie lui aussi d’une longue expérience. Il est surout connu pour être le responsable du développement de la Chevrolet Volt et plus généralement des véhicules hybrides et électriques au sein de General Motors depuis 2006.

Entre les mini-scandales à répétition, des difficultés financières chroniques, des modèles dont le lancement est reporté (l’Atlantic) et l’équipe dirigeante qui n’est pas stable, le futur de l’entreprise est plus que jamais en danger. Tony Posawatz était officiellement parti à la retraite le mois dernier de son poste chez General Motors afin de consacrer plus de temps à sa famille. Nul doute qu’à ce nouveau poste, le contraire devra se produire si M. Posawatz veut donner une chance à Fisker Automotive d’avoir un futur radieux.

Source: Fisker Automotive

A lire également:
Incendie mystère autour d’une Karma : la NHTSA entre en scène
Tom LaSorda s’exprime sur « l’affaire » Karma/Consumer Reports

 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Fisker et la valse des PDG"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
François
Invité
On ne change pas de capitaine dans la tourmente dit-on, chez Fisker on semble penser le contraire. Je ne doute pas un instant des compétences de Tony Posawatz mais que peut-il faire de plus que Tom LaSorda? A titre personnel j’ai vu la Karma au salon de New York en trois exemplaires, à défaut d’avoir vu l’Atlantic qui avait disparu pour le grand public sans doute pas assez « bien » pour la voir, et j’ai halluciné sur les écarts entre les panneaux de carrosserie qu’une Chevy Spark n’oserait pas proposer à ses clients. Si le reste est du même acabit, je… Lire la suite >>
philippe
Invité

Je suis un pro-voiture électrique à 100% mais il faut bien reconnaitre que le lancement de cette technologie (pourtant ancienne) sent bon l’arnaque économique.

Le chantage économico-écologique qu’exercent les constructeurs sur les Etats et donc sur les contribuables pue.

wpDiscuz