Accueil Actualités Entreprise Aptera, dur retour à la réalité

Aptera, dur retour à la réalité

94
10
PARTAGER

Aptera, la petite start-up américaine qui envisageait de commercialiser une petite voiture à trois roues, a définitivement fermé ses portes. La faut au manque de financement pour finaliser la mise en production des véhicules.

L’idée de base de l’Aptera est de proposer sur le marché un véhicule économique en carburant, en misant sur un poids réduit au maximum et une aérodynamique au meilleur niveau. Le premier projet était l’Aptera 2e, un véhicule électrique à trois roues, carrosserie composite et aux allures de coléoptère. Sur le point de débuter réellement la production, Aptera avait finalement changé ses plans pour concevoir une berline de taille moyenne, dont le marché tait jugé plus porteur, et plus capable de séduire des investisseurs frileux… Un changement d’orientation tardif qui a coûté du temps et de l’argent.

Alors qu’un prêt de 150 millions de dollars était finalement accordé par le DOE (Department Of Energy), la firme cherchait néanmoins des financements supplémentaires pour bouclier son budget. Des financements qui n’ont pas été trouvés à temps et qui poussent Paul Wilbur (ancien de Chrysler, Saleen, puis ASC) à fermer les portes de son entreprise. La marque était en discussion pour assurer la production dans l’usine fermée par GM à Moraine, Ohio, avec 1.400 emplois à la clé.

Une disparition qui montre que les investisseurs deviennent plus frileux face à ces nouveaux véhicules et que les temps deviennent plus durs pour ces start-ups.

Source : Aptera

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Aptera, dur retour à la réalité"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ZISSOU
Invité

100% des personnes qui ont voulu créer leur marque automobile se sont ruinés.

benoit
Invité

Pagani ? Koenigsegg ?

ZISSOU
Invité

C’est vrai. Au temps pour moi.
Je leur souhaite longue vie, mais ce sont des sociétés encore jeunes qui ont énormément investi. Sont-ils déjà rentables? Regardez Spyker…
Espérons qu’ils réussiront à casser cette spirale.

François
Membre

Vouloir attirer les investisseurs avec un véhicule à trois roues et deux places, même à 27 K$ donc attractif pour une VE, fallait quand même avoir la foi…Ce ne suffit pas en business, celui qui signe un chèque de plusieurs dizaines de millions de dollars dans une entreprise souhaite revoir son argent + intérêts si possible.

von der gluck
Membre

génial pour le créneau arrière! il faut etre quand meme un minimum réaliste et pragmatique ou le reve ne suffit pas a vivre! mais j’aime beaucoup l’idée de ces gens qi osent quand meme se lancer pour exister! bravo quand meme

NMI
Invité

Zissou, le mec qui est né il y a 10ans: « 100% des personnes qui ont voulu créer leur marque automobile se sont ruinés. »
Ok, donc c’est pour ça qu’il n’y a pas de voiture sur les routes. Toutes les grandes marques actuelles sont nés par simple volonté divine, c’est bien connu.

ZISSOU
Invité
je parle des « personnes » passionnées qui ont essayé d’exister à l’ombre des groupes industrielles d’après-guerre. Par exemple, Bentley n’a été profitable pour la première fois qu’après avoir été repris par VW. Créer une automobile sans l’industrie, c’est dépenser son argent en sachant que c’est à fond perdu, ce qui est emminement respectable. Je pense que Fisker ne récupérera pas son argent. A voir si des « industriels » comme Bolloré ou Elan Musk-Tesla (mais Toyota est déjà intelligemment impliqué) seront assez solides pour réussir de manière pérenne. Fabriquer une bagnole c’est plutôt simple (y a qu’à voir les protos aux 24h du… Lire la suite >>
ZISSOU
Invité

@Fred, on est donc d’accord? C’est bien plus compliqué de construire une entreprise automobile pérenne, que de concevoir et fabriquer une automobile.

wpDiscuz