Accueil Microcar Essai Volkswagen Up! : Up!, side, down (2/4)

Essai Volkswagen Up! : Up!, side, down (2/4)

118
3
PARTAGER

Plutôt orientées vers l’utile, les citadines ont rarement été agréable à l’œil. Sauf depuis ces dernières années avec l’engouement des constructeurs pour plus de style, soutenus par une demande de plus en plus croissante dans le segment. Au chapitre du style, la Up! s’en sort plutôt bien, surtout si on l’a compare à la placide Fox qu’elle remplace.

L’extérieur :
Avec des petits moteurs, la Up! se passe de larges entrées d’air pour le refroidissement, ce qui favorise l’aérodynamique (et donc les consommations) d’une part, mais aussi le design. Ainsi, sa face avant est simple, épurée et adopte un caractère jovial avec un bouclier qui affiche la silhouette d’un sourire. Toutefois, mais pour ce point-là on est habitué, l’ensemble reste trop proche des autres modèles de la marque, notamment avec le dessin des phares.
Essai VW Up (21)
La poupe est l’angle sous lequel la Up! se démarque le plus. Originale et réussie, la découpe du hayon intègre la partie ouvrante en verre et les feux rouge parfaitement encastrés, fidèle au concept-car d’origine. L’ensemble, d’une verticalité habituelle dans ce segment, est entouré d’une bande noire brillante, ce qui n’est pas sans rappeler le célèbre téléphone de chez Apple.
Essai VW Up (39)
De profil, la Up! puise dans le style de ses devancières, principalement inspirée par celui de la Polo IV sur la partie arrière. Les roues sont rejetées aux quatre coins, ce qui allonge visuellement la voiture, réduit les porte-à-faux et bénéficie à l’empattement (2,42m) et donc à l’habitabilité.
IMG_0227

L’intérieur :
Dès l’ouverture de la porte, on sent que le design suit la même voie qu’à l’extérieur : sobre comme une allemande mais avec un poil d’originalité. Un juste milieu, loin du design compliqué d’une Renault Twingo par exemple, mais moins rigolo que la Fiat 500. La planche de bord intègre un bloc d’instrumentation qui tombe droit sous les yeux. Seul regret, le compte-tours et la jauge à essence sont ridiculement petits à côté du gros compteur de vitesse.
Essai VW Up (17)
Selon la version et/ou les options choisies, la planche de bord peut s’habiller d’une plaque noire laquée (dans l’esprit Black Piano), d’un beige grainé (Move Up!) ou dans l’une des couleurs de carrosserie (High Up!). En son centre on retrouve les commandes de la ventilation/climatisation, de la radio ou d’autres boutons comme le dégivrage ou les warning. Petite note : les éléments en noir laqué se montrent incroyablement sensibles aux traces de doigts et aux rayures !
La qualité perçue est au standard de la marque, mais certains détails font froncer les sourcils comme un ciel de toit négligemment ajusté par endroit ou des portières qui nécessitent de la poigne pour être fermée correctement (défauts constatés sur une version Move Up!).
Essai VW Up (1)
Enfin, sur le planche de bord trône le module Maps+More, qui reste une véritable attraction à lui tout seul dans l’habitacle. Une fois fixé sur son pied incurvé, l’écran tactile orientable donne alors accès au système de navigation, au lecteur multimédia, au système Bluetooth et à l’affichage des informations sur le véhicule. Certains regretteront qu’il ne soit pas intégré, d’autres, comme moi, seront plutôt enthousiastes de sa proéminence.
A 350€, il serait dommage de s’en passer. Sauf qu’il doit forcément être accouplé à l’option Radio/CD RCD 215 qui coûte elle aussi 251€ sur Take Up! (de série sur les autres versions). Mais à ce tarif de 601€, vous pourrez disposer d’un GPS complet, d’un lecteur de carte SD, d’un kit main libre à travers les haut-parleurs, et d’un ensemble d’information analogique sur la voiture comme les températures des fluides, ou un « coach personnel » dans le domaine des économies d’essence en vous affichant en temps réel quel type de conduite est à adopter ou à maintenir selon un niveau circulaire.
Essai VW Up (15)

Le jeu de la plus basse consommation peut commencer, et c’est dans les rues de Rome que ça se passe…

A voir: Galerie photo de l’essai :
[zenphotopress album=12243 sort=random number=4]

A lire également :
Essai Volkswagen Up! : Présentation et généralités (1/4)
Essai Volkswagen Up! : Shut Up!, ca tourne (3/4)
Essai Volkswagen Up! : Verdict (4/4)

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Essai Volkswagen Up! : Up!, side, down (2/4)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Martin
Invité

Des éléments qui se montrent incroyablement sensibles aux traces de doigts et aux rayures, un ciel de toit négligemment ajusté par endroit, des portières qui nécessitent de la poigne pour être fermée correctement (défauts constatés sur une version Move Up!)……

Après une fiabilité qui reste moyenne, VW aurait il commencé à rogner aussi sur les finitions ?

cycledelic
Membre
Déjà sur une Audi, j’hésiterai beaucoup à opter pour les applications « Piano », très belles au demeurant, mais vraiment sensible aux rayures. Sur une Up!, aucune hésitation possible: à éviter, sauf si on la prend en tant que citadine « premium », ce qui n’est pas sa vocation première. Le petit compte-tours est assez surprenant. Certes, ce n’est pas primordial sur une citadine, d’autant plus aujourd’hui avec la généralisation des indicateurs de changement de rapport. Je ne suis pas fan de ce grand écran qui semble perdu au milieu de l’habitacle, mais il a l’avantage d’être mieux intégré qu’un GPS autonome et d’apporter… Lire la suite >>
r.burns
Membre

Je suis fan de ces compteurs supplémentaires sur l’écran, ça ouvre bien des perspectives……

wpDiscuz