Accueil Alternatives Carburant : une New Beetle dans le vent

Carburant : une New Beetle dans le vent

53
6
PARTAGER

Les nombreux fans de « Retour vers le futur » se souviennent de cette scène finale où, à l’aide d’une peau de banane et d’un fond de canette glissés dans le réservoir de la DeLorean, Doc Brown arrive à produire les 2,21 Gigowatt nécessaire au convecteur temporel. Et bien la société anglaise GENeco arrive désormais presque au même exploit. Pas celui de voyager dans le temps, mais de permettre à un véhicule de se déplacer avec l’énergie de déchets.

La société a pour cela équipé une New Beettle qui n’en demandait pas tant d’un moteur fonctionnant au méthane. Et pour cet essai, le gaz est produit par… les déjections naturelles de quelques foyers britanniques. L’auto fonctionne alors avec ce que la l’entreprise appelle le « poo-power », que l’on pourra nommer « cacarburant » dans la langue de Molière.

Si GENeco a choisi d’utiliser l’univers de la matière fécale, c’est avant tout pour marquer les esprits. Leur but? Prouver que faire rouler une voiture au méthane peut être une solution alternative et viable. Ce gaz pourrait être produit sur la base de déchets naturels et divers, comme ceux qui remplissent notamment nos poubelles. Pour ceux provenant de nos canalisations, l’entreprise tient tout de même à préciser qu’il suffit du contenu des toilettes de 70 ménages pour parcourir quelques 16000 kilomètres.

Cet essai ne s’est pas fait sans fondement, GENeco étant une société déjà bien implantée dans le retraitement de déchets organiques, principalement pour la production d’électricité à destination d’habitations. L’entreprise se positionne donc sur le domaine des énergies renouvelables pouvant remplacer le pétrole, une alternative à l’électrique en somme. Cependant, le procédé actuel nécessite encore de faire appel à du bon vieux super pour faire monter en température le moteur, avant que le méthane ne prenne le relais. Aucune différence de performance ne se fait ensuite sentir au volant de l’auto.

Si l’on oublie la l’origine du carburant qui pourra rebuter certains, la proposition de GENeco semble alléchante. On s’approche de ce que propose le GPL qui malgré son mea-culpa n’est toujours pas en odeur de sainteté pour tous, mais ouvre peut-être sans le vouloir la voie à de nouvelles énergies ayant un fonctionnement identique.

Source :
Geneco

A lire également :
Odeurs de gaz ? La Dacia Sandero GPL n’est pas dangereuse !
Brésil – La révolution Ethanol

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz