Accueil Coupés Essai Porsche Cayman GT: action (2/2)

Essai Porsche Cayman GT: action (2/2)

162
0
PARTAGER

Tourner autour d’une voiture de compétition, c’est bien. Mais voyons ce que cette Porsche Cayman GT du Team Auto Chrono Haute-Normandie a dans le ventre!

Grâce à son flat 6 en position centrale, cette voiture possède une bonne répartition des masses et un centre de gravité bas.

En terme de position de conduite, on est assis encore plus bas que d’habitude. En revanche, aucun problème pour les gros gabarits. Ca tombe bien, car Pascal Chevallier, le pilote, n’a pas vraiment les dimensions d’un jockey…

Avec 295ch pour 1 070kg, ça pousse fort!

L’essai a lieu sur un chemin vicinal, près de Rouen. Par endroit, le goudron n’est plus qu’un souvenir, mais les suspensions compensent bien les inégalités.
De même, la route est très étroite et pourtant, on n’a pas de sentiment d’insécurité, car la voiture va là où on veut. Son comportement est très linéaire.

Autre avantage et non des moindres, le bruit rauque du moteur. C’est tout de même mieux qu’un quat’pattes…

Hélas, les défauts sont nombreux et l’équipe n’y est pour rien.

Une GT, c’est fait pour aller vite en ligne droite, sur autoroute circuit. Le principe du rallye, c’est d’aller vite entre deux virages. La boite de la Cayman, trop longue, est inadaptée pour le rallye: elle atteint 280km/h à fond de 6 et en 4, on est déjà à 200km/h.
Lors de l’essai, le pilote n’allait pas au-delà de la 4. Ce qui forcément fait perdre du temps, faute d’être toujours sur le meilleur rapport.
La seule chose autorisée par le règlement, c’est un couple court, qui fait perdre 20km/h par rapport.

De plus, elle possède de gros porte-à-faux à l’avant et à l’arrière. De quoi grever l’agilité.

Enfin, le moteur de la Cayman est presque caché derrière les sièges. Lors de la présentation du véhicule, les clients nous disaient: « Mais il est où, le moteur? On voudrait le voir! »
Dans le cadre d’un rallye, cela signifie une mécanique plus difficile d’accès et une maintenance compliquée (avec pont obligatoire.)

L’équipe justifie le choix de la Cayman, car son cout d’entretien est moindre par rapport à une 2l 4×4 (le premier choix de Chevallier.)

De plus, c’est un outil de communication formidable. Le public ne se rappelle pas forcément de telle ou telle voiture, par contre une Porsche, ça marque les esprits! Et cet originalité permet de démarcher plus facilement les sponsors.

Souhaitons bonne chance à Pascal Chevallier, à David Heulin et au Team Auto Chrono Haute-Normandie!

Porsche-Cayman-GT-test-1Porsche-Cayman-GT-test-3Porsche-Cayman-GT-test-4Porsche-Cayman-GT-test-5Porsche-Cayman-GT-test-6Porsche-Cayman-GT-test-7Porsche-Cayman-GT-test-8Porsche-Cayman-GT-test-9Porsche-Cayman-GT-test-10

A lire également:
Essai Porsche Cayman GT: présentation (1/2)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz