Accueil Audi Essai Audi TT TDI Quattro S-Line (2/3): Cellule de luxe

Essai Audi TT TDI Quattro S-Line (2/3): Cellule de luxe

305
1
PARTAGER

A l’intérieur, nous retrouvons le sigle S-Line sur le volant et sur les sièges avant.
Si c’est la première fois que vous vous installez dans une Audi TT, vous serez surpris par la sensation d’enfermement provenant de la faible surface vitrée. Le siège réglé au plus bas, ca va mieux, mais impossible de rouler coude à la fenêtre, elle est trop haute.

Le tableau de bord reprend de nombreux éléments et les matériaux de celui de l’Audi A3, mais dans une forme plus moderne et dynamique, grâce notamment à sa hauteur moindre. La finition reste évidemment, fidèle à la marque. C’est simple, propre, sans fioritures, bien ajusté et laisse une bonne impression de solidité, à défaut de vous donner le sourire un jour de déprime lors d’une journée grisâtre d’automne…

Contrairement à la version Roadster, le coupé dispose lui d’une banquette à l’arrière, c’est donc une 2+2. Mais n’espérez pas y placer 3 adultes, à moins de les plier en 4 ou de les découper en morceaux… Néanmoins, elles ont le mérite d’être là et pourront dépanner en cas de nécessité. Attention cependant  à la fermeture du hayon, vous risquez d’assommer les malheureux passagers assis à l’arrière. Audi a d’ailleurs pensé à cet inconvénient, en… collant un autocollant de mise en garde visible hayon ouvert.

Les sièges arrière sont rabattables 50/50 et permettent alors d’atteindre une capacité de chargement de 700l, plus qu’honorable pour ce type de véhicule, Sièges relevés, la capacité du coffre est de 290l. Surtout le fait d’être équipé d’un hayon, rare dans cette catégorie, permet d’obtenir un accès facilité pour charger des objets volumineux, comme votre futur sapin de Noël…

La position de conduite est plus basse que dans une berline classique, mais ce n’est pas une barquette dans laquelle on se laisse tomber. Les sièges offrent un bon maintient et on trouve facilement une bonne position de conduite.
Tournons la clé de contact et voyons comment ce 2.0l TDI se marie à cette voiture.

Depuis l’extérieur, le bruit du moteur surprend, tant le claquement du diesel parait incongru par rapport à la ligne sportive du TT. En y prêtant plus attention, le bruit est différent suivant l’endroit ou l’on se trouve. A l’avant, on retrouve le bruit standard du TDI du groupe VAG, celui qui se trouve déjà dans d’autres véhicules du groupe, que ce soit des Skoda, VW ou Seat, mais depuis l’arrière, le son devient beaucoup plus grave. Audi a beaucoup travaillé sur l’échappement pour produire un bruit plus en rapport avec le style sportif.

Voyons comment il en est de la conduite…

Essai Audi TT TDI Quattro S-Line (1/3): Le flacon

Essai Audi TT TDI Quattro S-Line (3/3): Et l’ivresse ?

245260245250245302245305245308

245275245311245314245317245320

Lire également :
Essais nouvelles Golf TDI : GTD (2/2) qui partage le même moteur et
Essai Audi TT-RS: Fast and Furious (1/3) pour la version ultime du TT Roadster

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz