Accueil F1 RBS quittera l’écurie Williams F1 en 2010

RBS quittera l’écurie Williams F1 en 2010

24
4
PARTAGER

Les organismes bancaires annoncent peu à peu leur désertion des paddocks de Formule 1 à très court terme. Suite au retrait d’ING dans le sponsoring de l’écurie Renault, la Royal Bank of Scotland (RBS en abrégé) indique à son tour que son partenariat financier avec Williams prendra fin au terme de la saison 2010.

Avant même la publication de ses chiffres officiels laissant craindre une perte s’élevant à plusieurs dizaines de milliards d’euros (aux alentours de 32), RBS officialise que l’aventure aux côtés des Williams F1 prendra fin à la clôture de la saison 2010. « Nous évoluons aujourd’hui dans un environnement mondial économique complètement différent. Ce choix s’inscrit dans une politique de restructuration globale entamée en octobre dernier« , explique Andrew McLaughlin, directeur de la communication chez RBS.

Sir Franck Williams refuse de verser dans le fatalisme. Pourtant, avec un apport annuel (depuis 2005) de près de 10 millions de livres soit environ 11,3 millions d’euros, le retrait de RBS est un coup énorme porté au budget du team. « RBS a toujours été un partenaire de talent. Nous sommes reconnaissants pour la manière avec laquelle ils ont toujours honoré leurs engagements« , avance dans un premier temps Franck Williams. Et de poursuivre : « Nous restons malgré tout confiants pour surmonter les obstacles qui se présenteront les deux années à venir« . RBS réduira de 25 % son soutien cette saison puis de 50 % en 2010. Reste qu’en ces temps de crise un sponsor aussi important ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval.

Après sept titres mondiaux décrochés en trente années, l’écurie Williams s’apprête à relever un défi de taille : prendre son bâton de pèlerin et partir à la chasse aux partenaires. Nul doute que ce retrait devrait accélérer la réduction des coûts engagée par les responsables de la discipline reine du sport automobile. Sinon, à ce rythme là, pas évident qu’elle conserve sa place sur le trône des sports mécaniques. Ou son intérêt à moyen terme tout simplement.

A lire également. ING s’en va : quel avenir pour Renault ? Et Flavio Briatore serein pour l’avenir.

A lire également. F1 : à Rome, à Madrid, que de projets !

Source : AFP.

Crédit photo : SIPA.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz