Accueil Audi Tony Rolt (1918-2008): le père du « Quattro » n’est plus

Tony Rolt (1918-2008): le père du « Quattro » n’est plus

139
4
PARTAGER

Rolt__Tony.jpg

Tony Rolt était l’archétype du pilote Anglais « old school »: il était davantage un gentleman-driver qu’un pilote « à plein temps » (même s’il a remporté quelques victoires), fut un héros de la deuxième guerre mondiale et à l’occasion, il aimait bien concevoir ses propres machines. Pour l’anecdote, c’était également l’un des derniers a avoir obtenu sa licence de pilote avant-guerre et le dernier à avoir participé au Grand Prix de Grande-Bretagne 1950, première épreuve du championnat du monde de F1.

ERA_17_pits_Rolt_Dixon.jpgIl devient pilote en 1938, à 19 ans. Avec son ERA privée, il s’impose à Donington et est alors un « espoir » (ici, à Brooklands, il discute avec son équipier Horsfall.) Pendant la guerre, plus de courses; il devient soldat. Fait prisonnier, c’est un as de l’évasion. Alors, on l’enferme à Colditz, d’où il songera à s’évader en planeur!
bb_tr_zand48.jpg

Après-guerre, il reprend le volant. On le voit ici en 1948, à l’inauguration du circuit de Zandvoort, sur une Aitken-Alfa Romeo, tentant de faire l’intérieur à la Maserati du prince Bira, dans Tarzan. Les voitures arriveront dans le même ordre.

contypea.jpgIl convainc Rob Walker (héritier d’un certain Johnny…) de fonder une équipe. Rolt courra ainsi sur des Delage, Aston Martin et Con- naught F1 portant ses couleurs. Rob Walker connu le succès en F1 avec Moss, Rodriguez et Sif- fert. En revanche, les 3 Grand Prix de Rolt (Grande-Bretagne 1950, 1953 et 1953) furent autant d’abandons.
hamrlt53_s.jpgLe jour de gloire de Rolt sera les 24 heures du Mans 1953. Sa Jaguar usine est disqualifiée à l’issue des essais, mais l’ACO écoute les réclamations du constructeur et la laisse partir. 24h plus tard, Duncan Hamilton (au volant) et lui, devinrent les premiers à imposer une Jaguar (en l’occurence une Type C) et les freins à disque au Mans.

p99.jpgIl s’associe avec son vieil ami Freddy Dixon (celui qui soulève le capot sur la photo 2) et Harry Ferguson. Ils étudieront un viscocoupleur. Leur Ferguson P88 F1 4 roues motrices triompha avec Moss à Oulton Park (hors-championnat) en 1960. La technique fit long feu en F1, mais Audi l’imposera en rallye, faisant la fortune de Rolt.

A lire également:
Brève rencontre: E.R.A.
Eugène Martin (avec 3 mois de retard)
Toulo de Graffenried, le dernier pionnier

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Tony Rolt (1918-2008): le père du « Quattro » n’est plus"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
dwarfy
Invité

« Quattro » s’écrit « quattro ». Il n’y a jamais eu de majuscule.

kiki
Invité

@Dwarfy : l’erreur est humaine … pardonner est divin

Hellem
Invité

« Moss à Oulton Park (hors-championnat) en 1960.  »

C’est Aintree

KJ
Invité

« on lenferme à Colditz, doù il songera à sévader en planeur! »
Il a fait plus qu’y songer, le planeur était prêt mais l’évasion n’a pas été mise en route tout simplement à cause (grâce) à la libération du château de Colditz.

De plus Rolt était plus qu’un soldat mais un Lieutenant, ce qui est logique vu que Colditz était un camps d’officiers.

wpDiscuz