Accueil F1 F1 GP d’Italie : McLaren en toute logique, Massa le grand perdant

F1 GP d’Italie : McLaren en toute logique, Massa le grand perdant

126
19
PARTAGER

GP Italie 250 R McLaren-Mercedes Alonso 01.jpgLe départ est donné et Alonso le réalise parfaitement. Derrière, on s’attend au chahut au premier freinage, mais si Hamilton résiste tant et bien à un Massa survolté, les positions ne changent pas pour les 3 premiers.

Curieusement, Heidfeld ne retire pas le bénéfice de sa 3e place et s’est fait doubler par la Ferrari de Räikkönen.

Le peloton s’engage dans ce pif paf et Massa touche la McLaren de Hamilton à la roue arrière droite. Heureusement, ce dernier garde sa monoplace sur la piste grâce à un bon réflexe, tout en coupant la chicane dans sa 2e partie.

Coulthard sort violemment suite à la perte de l’aileron avant. Plus d’appui, il tire tout droit et vient se fracasser sur le mur, à l’imge de Räikkönen hier. Le drapeau jaune est brandi puis la safety car monte en piste.

La relance se fait au 6e tour. Virile attaque de Davidson (Super Aguri) sur Fisichella (Renault) qui évite la touchette en coupant lui aussi le vibreur. Alonso signe le meilleur tour devant Massa qui semble bien décidé à aller chercher Lewis Hamilton. Comment faire puisque l’aérodynamique fait loi quand on se suit à une certaine distance et ne peut anticiper sa manoeuvre. Curieusement, Massa rentre dès le 9e tour et garde ses pneus durs ! Il repart 21e.

Mais à peine remonté en piste que voilà la Ferrari #5 est au ralenti et rentre directement dans le garage !

Les Mclaren sont parties devant et voilà Räikkönen en chasse, mais il pointe à 10 secondes. Alors que loin derrière, Sato et Yamamoto se tire une bourre d’enfer entre japonais.

Dans le 13e tour, Hamilton signe le meilleur temps, il est sous les 1’23 alors que l’on confirme l’abandon de Felipe Massa. Décidément maudit à Monza car il n’y a jamais terminé une course. Räikkönen est visiblement chargé en carburant car il n’arrive pas à faire le trou par rapport aux deux BMW qui sont en embuscade à 2 et 3 secondes. Cette situation décrit aussi la tactique choisie par Ferrari : Massa, léger, devait aller chercher au minimum Hamilton, alors que « Iceman » est le pilote « endurance ». A voir si cela paiera plus tard dans le Grand Prix.
Kovalainen, 6e suit le train et observe. Button surprend en pointant au 17e tour en 7e position générale avec sa Honda. Chez McLaren, on s’est préparé et on accueille Hamilton au 18e tour. L’arrêt est bref et il repart en pneu durs. Il devra revenir au stand pour un dernier run en pneus tendres.

Alonso n’étant plus sous la pression de son équipier accélère et passe lui aussi sous les 1’23. Hamilton est maitenant 6e au moment où Alonso fait son ravitaillement et repart devant lui.
Button fait de la résistance par rapport à Rosberg et finit par le passer. Heidfeld et Kovalainen sont rentrés au 21e tour et c’est la Ferrari de Räikkönen qui est désormais en tête. Peut-il tenir la distance car il est en pneus tendres ? C’est possible car grâce au safety car, les monoplaces ont moins consommés et que son option pneu est peut-être la bonne.

Kubica, 2e rentre au stand lors du 23e tour soit pas loin de la mi-course, mais ça se passe mal et il y est resté 17 secondes soit près du double du temps habituel.

Le Finlandais Räikkönen qui n’avait pas ravitaillé, rentre enfin au 25e tour. Kimi étant resté 9 secondes pour son plein, il peut aller au bout de la course.

Les tablettes de calcul sont sorties chez McLaren. Sur la piste, l’ordre semble pour l’instant logique avec en tête Alonso, à 2,3 sec. Hamilton et à 15,2 Räikkönen. Le Grand Prix vient peut-être de se jouer car la Ferrari est économe en usure pneumatique.

Attention aussi aux seconds couteaux qui ravitaillent seulement aux alentour du 30e tour et plus. Rosberg (Williams-Toyota) est de ceux-là. Tout comme les Honda de Button et Barrichelo.

Au 31e tour, Alonso « pête » le chrono qui tue le suspens et renvoie la Ferrari encore 1,4 secondes plus loin. La voilà à 23 secondes. Iceman a désormais dans ses rétroviseurs la BMW de Nick Heidfeld. Button ravitaille enfin au 33e tour en compagnie de la Renault de Fisichella. Ils sont imités par Webber et Sato dans le tour suivant.

Sur la piste, les choses évoluent car Hamilton lâche aussi prise et se retrouve à plus de 5 secondes en 4 tours ! L’Espagnol est déchaîné. Ce qui laisse aussi l’espoir aux tifosi de voir Räikkönen monter sur la deuxième marche du podium final. La course
n’est cependant pas finie.

Wurz est le dernier à ravitailler au 37e tour !

Au 39e tour, Heidfeld rentre au stand pour son 2e ravitaillement et repart en pneus tendres. Hamilton fait la même opération au tour suivant et perd sa 2e place car la stratégie de Ferrari fonctionne à merveille : Iceman est 2e.

Alors que l’on croyait les position entendues, Hamilton surprend Räikkönen au freinage du bout de la ligne droite et quitte à sacrifier ses pneus, il les allume. Le Finlandais fait de même, mais il est trop tard ! La McLaren #2 est passée.

GP Italie 470 R BMW Heidfeld 01_1.jpg
Il reste dix tours… Le podium est constitué et ne changera plus. Par contre, derrière ça chauffe pour Rosberg et sa Williams-Toyota car kubica arrive à le passer, toujours au bout de la ligne droite, et voilà les deux BMW en 4e et 5e position. Le fils du Champion du monde est devenu le point de mire de Kovalainen.

Les positions sont figées et Alonso remporte son 19e GP devant Hamilton et Räikkönen. La logique du wek-end est respectée. Alonso revient à 3 points au championnat et très mauvaise opération pour Massa, le predant du week-end.

Une image à garder : celle de Ron Dennis en larmes dans les bras de son épouse.

Classement final

1 Fernando Alonso (McLaren-Mercedes – 1) 53 tours
2 Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes – 2) + 6.0
3 Kimi Räikkönen (Ferrari – 6) + 27.3
4 Nick Heidfeld (BMW – 9) + 56.5
5 Robert Kubica (BMW – 10) + 1:00.005
6 Nico Rosberg (Williams-Toyota – 16) + 1:05.800
7 Heikki Kovalainen (Renault – 4) + 1:06.700
8 Jenson Button (Honda – 7) + 1:12.100
9 Mark Webber (Red Bull-Renault – 15) + 1:15.800
10 Rubens Barrichello (Honda – 8.) 1:16.900
11 Jarno Trulli (Toyota – 12) 1:17.700
12 Giancarlo Fisichella (Renault 3) + 1 tr
13 Alexander Wurtz (Williams-Toyota – 17) + 1 tr
14 Anthony Davidson (Super Aguri-Honda 23) + 1 tr
15 Ralf Schumacher (Toyota – 11) + 1 tr
16 Takuma Sato (Super Aguri-Honda – 22) + 1 tr
17 Vitantonio Liuzzi (Toro Rosso-Ferrari – 18) + 1 tr
18 Sebastian Vettel (Toro Rosso-Ferrari – 19) + 1 tr
19 Adrian Suttil (Spyker-Ferrari – 20) + 1 tr
20 Sakon Yamamoto (Spyker-Ferrari – 21) + 1 tr

OUT

Felipe Massa (Ferrari 5) Mécanique
David Coulthard (Red Bull-Renault – 14) Accident

Photos Mercedes / BMW

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "F1 GP d’Italie : McLaren en toute logique, Massa le grand perdant"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Cris
Invité

Grand course de Alonso, beau depassement de Hamilton et tres belle course de Kimi qui rattrape un peu la catastrophe…

le pb de Ferrari c’est qu’elles sont tres performantes mais qu’elles roulent pas. ya plus qua esperer que cele soit regler rapidement…

Bravo McLraen et rendez vous jeudi….

Cris
Invité

Grand course de Alonso, beau depassement de Hamilton et tres belle course de Kimi qui rattrape un peu la catastrophe…

le pb de Ferrari c’est qu’elles sont tres performantes mais qu’elles roulent pas. ya plus qua esperer que cele soit regler rapidement…

Bravo McLraen et rendez vous jeudi….

Hamilcon
Invité

Alonso a démontré qui est le Maître… il a écrasé tout le monde et bientôt le championnat… que 3 points (volés en Hongrie)

Karl
Invité

Une victoire à Monza aujourd’hui, une nouvelle à Paris jeudi et une à SPA dimanche prochain et Max et Ferrari sont k.o. !

Cris
Invité

Karl@ ne soit pas si sur de ca pour jeudi…

wpDiscuz