Accueil Concept car EXCLUSIF pour le Blogauto

EXCLUSIF pour le Blogauto

104
12
PARTAGER

Dsc_9680 James Glickenhaus répond à nos questions

Charmant mais qui est ce bonhomme ? Rien moins que le propriétaire heureux de l’unique Ferrari P4/5 du monde. Celui là même qui prit son téléphone il y a plusieurs mois pour s’enquérir auprès de Pininfarina de la faisabilité d’un fantasme et qui trouva une oreille attentive à sa requête. Requête dans laquelle il s’asseoit aujourd’hui un grand sourire soudé au visage et dont il aime parler à qui veut bien l’écouter. Merci à lui. Pour tout.

Dsc_9888 James Glickenhaus est un natif de New-York qui a du mal à devenir adulte. Ecrivain, réalisateur de films, l’homme bourlingue beaucoup puis s’assagit désormais dans la société financière familiale, Glickenhaus & Co. Marié à Margaret Cameron, il a 2 enfants et l’automobile gravée dans la couenne !

Il se passionne entre autre pour la Ferrari P3/4 n°0846 à l’historique tumultueux. Elle fut originellement accidentée et partiellement brulée au Mans 1967. Il achète une P3/4, pensant avoir affaire à une réplique contenant quelques morceaux de la 0846 mais au démontage et après consultation des archives et des personnes ayant travaillé sur l’auto (dont Mauro Forghieri), il se rend compte que son auto dispose de 80% du chassis d’origine. L’auto annoncée détruite à Maranello semble en fait avoir échappé au pilon et avoir été réparée à l’époque.
Depuis, il n’a de cesse de chercher à la faire reconnaitre auprès des offices historiques de Maranello, documents et preuves nombreuses à l’appui. Il est d’ailleurs persuadé d’une issue favorable. Pour les plus intéressés par le sujet, jetez un oeil sur le dossier complet établi par J.Glickenhaus à l’attention de Ferrari. C’est passionnant.

Ferrari_p45_by_pininfarina_2006_renderin_1Mais le sujet d’aujourd’hui est plus contemporain puisque James Glickenhaus a rêvé un jour d’une évocation moderne de cette fabuleuse P3/4. Il en a dessiné plus ou moins les contours et a contacté Pininfarina. Miracle. Après une Maserati Birdcage qui continue d’estomaquer les spectateurs des salons de la planète, ce projet tombait à point pour le carrossier de Grugliasco. La Ferrari P4/5 est alors devenu réalité.

James Glickenhaus, déçu (vexé ?) des dessins extrapolés après une discussion avec un journaliste d’Auto Express, fouille le net et ne manque pas une occasion de poster des commentaires rectificatifs sur les articles écrits sur le sujet. Le Blogauto en fait partie.
C’est parfois assez simple de rencontrer des gens, non ? (Merci Laurent !)

La relation s’établit depuis entre un volubile et enthousiaste passionné de Ferrari et mezigue qui n’en demandait pas tant. Après l’annonce officielle de la Ferrari P4/5, James Glickenhaus répond à quelques questions du Blogauto.

LBA: Quand avez vous eu l’idée de cette auto ? Pourquoi ce projet fou ?

-JG: Je pense que chaque amoureux d’Automobile a dans le coin de sa tête, l’idée de sa propre voiture de rêve. J’avais la mienne depuis plusieurs années maintenant et je suis extrêmement chanceux d’avoir pu la réaliser.

– LBA: Si c’est un rêve, n’avez vous pas peur d’être déçu une fois celui ci devenu réalité ? C’est ce qu’on dit des fantasmes en général !

-JG: Il y a toujours le danger de la déception lorsque vous réalisez vos rêves mais je pense sincèrement qu’il y a un plus grand danger encore de ne pas essayer de les rendre réels !

– LBA: Cette Ferrari P4/5 est elle un placement financier ?

JG: Non ! Je ne vends jamais les objets que j’aime !

-LBA: Cette P4/5 est elle une monnaie d’échange pour obtenir la certification de votre Ferrari P3/4 de collection auprès de Ferrari Spa?

-JG: Non plus. Ce projet est totalement déconnecté de Ferrari. Cette P4/5 est l’oeuvre de Pininfarina, et seulement de Pininfarina. La seule contribution de Ferrari est en fait la construction de l’Enzo qui a servi de base. C’est tout.

-LBA: La P4/5 est elle plus rapide que l’Enzo ?

-JG: Oui. Elle est plus rapide car plus légère et plus aérodynamique que l’Enzo.

LBA: Comment allez vous l’utiliser ? Quotidiennement ?

JG: Non, pas quotidiennement. Mais j’ai l’intention de lui faire avaler beaucoup beaucoup beaucoup de kilomètres ! Je compte l’utiliser pour de longs voyages et pas mal de rallyes.

-LBA: Ne pensez vous pas qu’elle ferait une fantastique voiture pour un film de cinéma ?

-J.G: Ayant écrit et réalisé de nombreux films, je sais ce qu’il advient des autos sur les tournages alors je vous dirais: Non !

-LBA: Viendrez vous au Mondial de Paris avec ?

-JG: Oui, je serai au Mondial.

-LBA (youpi): Et que sera la prochaine ?

-JG: Qui sait où la route peut vous mener…..

Mille Mercis à James Glickenhaus. Rendez vous à Paris.

Wind_tunnel_aFerrari_p45_by_pininfarina_2006_iDsc_9732 Jimglickenhausportrait

Article précédentCaterham opportuniste
Article suivantBMW M6 : Tracktest!!!
Doctorant à l’université de Provence (Aix-Marseille I), Thomas Rabino, né en 1980, est spécialiste de la Résistance française et de la civilisation américaine. Son mémoire de maîtrise, André Girard et le réseau Carte, une Résistance à contre-courant, a été primé en 2004 par le concours Marcel Paul de la recherche universitaire. Ses travaux, intitulés Le Réseau Carte, histoire d’un réseau de la Résistance antiallemand, antigaulliste, anticommuniste et anticollaborationniste, ont été publiés chez Perrin en 2008, un ouvrage récompensé par la remise du Prix Joseph Guiran 2008 de l’Académie d’Aix-en-provence et élu, en juin 2008, Grand livre du mois du Club Histoire. Il a contribué au Dictionnaire historique de la Résistance paru chez Robert Laffont en 2006, et participe, en tant que critique littéraire et journaliste, au magazine Histoire(s) de la Dernière Guerre. En 2010, il rédige un article pour un ouvrage collectif publié chez CNRS Editions, La violence dans tous ses états. Le second volet de ses recherches est orienté sur les Etats-Unis et leur rapport à la guerre, comme en témoigne sa participation au n°155 de la revue Le Débat (Gallimard), qui a publié son article « Obama et la culture de guerre américaine », inclus par la bibliothèque de Sciences Po Paris dans sa sélection mensuelle, recommandé par le club de réflexion Politique autrement, rapporté favorablement sur France Culture par Alain-Gérard Slama dans sa chronique matinale, et cité au cours de l’émission « Là-bas, si j’y suis », sur France Inter. Thomas Rabino prépare actuellement un essai à paraître sur le même thème, et pilote le projet de création du musée Jean Moulin de Saint-Andiol, village des Bouches-du-Rhône qui fut le berceau familial du grand résistant.

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "EXCLUSIF pour le Blogauto"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
sidewinder
Invité

Vraiment pas mal . Il a de la chance de pouvoir se faire une voiture unique

Anonyme
Invité

hi tech le retroviseur

Laurent
Invité

Patrick : t’es trop fort ! !

Et Glickenhaus est un type formidable. Accessible et vraiment passionné.

Vivement le salon de Paris qu’on puisse voir la bête en vrai.

Pour la prochaine il pourrait se faire une évocation de GT40 MKIV (il possède J6) sur base de la nouvelle GT.
Quoi que pour lui, 2 évocations ça passerait pour un manque d’imagination certainement !

Pierre-Laurent
Invité

Chapeau bas pour le scoop, Maître PG…

Etienne
Invité

Bravo et merci. Je connaissais le dossier spécial sur 0846, c’est un vrai régal et qui démontre une passion et une envie sans faille : mieux que Da Vinci Code ! Après, on peut discuter sur l’esthétique de son nouveau jouet…personnellement, je reste beucoup plus sensible à la Maserati Birdcage. Merci à lui de préciser que cette réalisation n’a aucun lien avec Ferrari (hormis la base Enzo), mais qu’il s’agit bien d’un projet conjoint avec Pininfarina.

wpDiscuz