Accueil Citroën Le rachat d’Opel/Vauxhall par PSA finalisé

Le rachat d’Opel/Vauxhall par PSA finalisé

209
37
PARTAGER

Annoncé début mars un peu à la surprise générale, le rachat de la partie européenne de General Motors, Opel/Vauxhall, vient d’être finalisé. Cela crée un champion européen.

Le groupe PSA, avec 5 marques, passe à la deuxième place européenne derrière le mastodonte VW. En effet, le groupe français représente désormais 17% de part de marché (pdm) pour le premier semestre 2017. Ainsi, l’Alliance Renault-Nissan descend d’un cran à la troisième place à un peu moins de 14% de pdm.

Entre l’annonce du rachat et cette finalisation, les équipes d’Opel/Vauxhall ont travaillé, et travaillent toujours, sur un « plan stratégique ». Ce dernier sera présenté dans 100 jours. Objectif, tout remettre « d’aplomb » pour qu’Opel s’intègre économiquement pleinement dans le groupe PSA. Evidemment, fidèle à sa tradition, Carlos Tavares demande un free cash flow opérationnel positif en 2020. Opel devra aussi dégager une marge opérationnelle de 2 % en 2020 et 6 % en 2026.

1,7 milliard d’euros de synergie

Les marchés forts d’Opel et de PSA sont plutôt complémentaires. De plus, les marques vont re-développer les synergies qui avaient commencé à être créées avec la prise de participation temporaire de GM dans PSA. Conséquence, PSA estime à 1,7 milliard d’euros annuels les synergies possibles. Ainsi, les premiers signes visibles du grand public des nouvelles synergies seront l’Opel Combo et la nouvelle Corsa en 2019.

Par contre, le rachat des activités financières de GM Financial en Europe (1) n’est toujours pas finalisé. Cela ne devrait tarder, une fois que les instances réglementaires auront donné leur aval. Visiblement, le groupe PSA souhaiterait financer le rachat sans faire appel à un prêt ni puiser dans les bas de laine. Récemment, le groupe a annoncé un free cash flow (2) en pleine embellie qui servirait donc à cela.

Nous engageons aujourd’hui avec Opel et Vauxhall une nouvelle phase du développement du Groupe PSA. Ce projet est devenu une réalité en quelques mois seulement grâce au travail remarquable des équipes que je tiens à remercier chaleureusement. Nous saurons saisir l’opportunité de nous renforcer mutuellement et de conquérir de nouveaux clients grâce à la mise en œuvre du plan de performance qu’Opel et Vauxhall mettront en œuvre. En parallèle, la mise en œuvre du plan Push to Pass reste une priorité pour les équipes, elles restent concentrées sur la réalisation des objectifs. Nous sommes confiants dans la dynamique que ces stratégies peuvent créer, pour le bénéfice de nos clients et de nos salariés.

Carlos Tavares Président du Directoire de Groupe PSA

Réorganisation en cours chez Opel

Aussi, le rachat d’Opel se traduit dans l’organigramme par des changements de dirigeants. Opel précise :
– Christian Müller, entré chez Opel en 1996 et actuellement Directeur Global Propulsion Systems, succède à William F. Bertagni en tant que Directeur de l’ingénierie. Il sera chargé d’intégrer l’ingénierie et la chaîne de traction en un seul département ;
– Remi Girardon, actuellement Directeur de la stratégie industrielle du Groupe PSA, succède à Philipp R. Kienle en tant que Directeur Industriel ;
– Philippe de Rovira, actuellement Directeur du contrôle de gestion du Groupe PSA, devient le nouveau Directeur financier, et succède à Michael Lohscheller ;
– Michelle Wen, Directrice Supply Chain Management Network de Vodafone Procurement, rejoindra l’équipe de Direction d’Opel le 1er septembre et remplacera Katherine Worthen, qui est actuellement Directrice des Achats et de la Supply Chain. Toutes les autres nominations sont effectives immédiatement.

(1) par PSA et BNP Paribas
(2) flux de trésorerie

Source : PSA, Opel, illustration : PSA (modifié par le blog auto)

Poster un Commentaire

37 Commentaires sur "Le rachat d’Opel/Vauxhall par PSA finalisé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
POPEL
Invité
Champion, cela restera à voir… PSA parlait il y a encore peu de trop forte dépendance à l’Europe, du besoin de se développer à l’international. Que font-ils? Se renforcer encore plus en Europe… Les volumes place le groupe 2ème européen, mais on parle d’Opel qui perd de l’argent depuis plus longtemps que PSA. En interne, les employés ont du mal à comprendre les choix de la direction. Autre exemple du manque de stratégie: la rentabilité. Un jour la rentabilité prime avant les volumes, et un autre jour « oh les parts de marché sont horrible, remettons de l’argent sur la table… Lire la suite >>
wizz
Membre
Opel perdre de l’argent. On a déjà discuté en long, en large… Merci l’excellent boulot des comptables de GM. Ce qui est à toi est à moi (synergie industrielle) Ce qui est à moi est à moi (le fric) Quand Fiat vend des Uno au Brésil, l’argent est compté dans la marque Fiat et participe au bénéfice de Fiat Quand Renault vend des Sandero, des Mio au Brésil, idem Quand VW vend des Gol au Brésil, idem. Et comme VW réalise des grosses bénéfices, alors la « CGT allemande » demande la redistribution des richesses, et les employés VW allemands touchent des… Lire la suite >>
POPEL
Invité

Sauf que dans le cas présent, c’est le free cash flow de PSA qui servira à combler ces « manipulations comptables ».

KifKif
Invité

Bonjour Wizz, je rajouterais que Opel payait à GM des sommes colossales (4 à 5 Md€/an) pour utiliser les plateformes qu’ils avaient développées (Insignia, Astra, Corsa…)

Anonyme
Invité

en parlant de « Ce qui est à toi est à moi (synergie industrielle) Ce qui est à moi est à moi (le fric) », comment ça se passait quand Opel rebadgeait des GM (Pontiac Solstice et Saturn Sky servant pour l’Opel GT, Opel Omega utilisant bon nombre de composants GM …) ?

SAM
Invité

PSA c’est plus fort que toi!
Bien pour Opel!
Ombrageux pour Citroën.

georges
Invité

Pourquoi ombrageux pour Citroën ?
S’il doit avoir des doublons c’est entre Opel-Vauxal et Peugeot, sauf que les marchés ne sont toujours aux mêmes endroit.

POPEL
Invité

C’est effectivement le cas aujourd’hui.

Mais est-ce que les acheteurs d’Opel/ Vauxhall qui n’achètent pas de véhicules du groupe PSA aujourd’hui (car français et donc pas une image folichonne selon eux) le feront encore quand ils découvriront que la future Corsa 2019 est en fait une Peugeot 208 (je prends cet exemple car il est concret)?

POPEL
Invité

J’ajouterai qu’il n’y a pas encore ci longtemps, l’ex-directeur Europe en visite dans les filiales européennes nous a sorti texto: « La place de Peugeot est sur le podium de chaque marché » (PDM modèle ou marque non précisé). Tout ça en nous parlant de rentabilité. Or chez PSA on le sait bien, c’est soit rentabilité, soit les volumes. Cf la baisse des volumes en Europe mais rentabilité en hausse.

Passionnée d\'auto
Invité

Pas du tout c’est une bonne affaire pour les deux d’ailleurs les constructeurs sont intelligents et tres éveillés lorsqu’il s’agit de forte concurrence il faut immédiatement penser a des alliances ou même des parteneriats a long terme afin de garder la renommée et pas souvent le nom qui compte

POPEL
Invité

PSA intelligent? On en reparle de la tentative d’alliance avec GM quand PSA était en crise? BMW qui quitte le partenariat pour les moteurs, les USA qui poussent PSA hors d’Iran, etc. Si l’entreprise avait une stratégie, ça se saurait. Pour l’instant, c’est du bricolage.

SGL
Invité

@POPEL, vous avez une vue partielle et simpliste de la situation… On ne claque pas des doigts pour que le rang de PSA s’améliore sur l’échiquier international.
Quoi qu’il en soit la situation, c’est franchement amélioré depuis 5 ans, difficile de dire le contraire !

POPEL
Invité
Vue partielle cela m’étonnerait… J’ai peut-être des oeillères, je vous l’accorde, car j’y travaille. Je suis d’accord avec vous sur le fait que tout ne se fait pas en un claquement de doigts. Cependant je suis en droit de penser que pour l’instant nous assistons à du bricolage. Par exemple, les modèles à succès actuels ont été conçus avant Back in the Race et tutti quanti. En ce qui concerne la situation du groupe, celle-ci s’améliore vu de l’extérieur, les chiffres le montrent. Mais en interne, c’est du grand n’importe quoi.. On nous bassine avec les mots « efficience » et « excellence… Lire la suite >>
Pedro5
Invité

Opel est surtout connu pour etre un gaveur de loueur et de faire de la rentabilité nulle pour faire des immat à tout va… Sa vraie performance en Europe est vraiement discutable… Si PSA obsedé par la rentabilité decide de fermer ce canal Opel va fortement devisser…

SAM
Invité

@Pedro5. Faux! Opel le faisait dans les années 1990. Les chéris des loueurs en Europe sont VW, Audi, BMW, Mercedes, Skoda, Seat, Hyundaï ou Kia … Avec tout ce beau monde, Opel a été délaissé et GM n’avait pas le moyens de suivre VW dans la guerre de rabais!

Pedro5
Invité

SAM, la France n’est pas l’Europe… En zone germanique Opel c’est Mietwagen a fond la caisse, c’est connu pour ca et la totalité des Karl ou corsa qu’on croise on le petit logo « Benzin  » sur la trappe a carbu.

HCJ
Invité

Je plussoie POPEL j’ai été aussi en filiale européenne il y a deux ans, réduction de 50% des effectifs, création de plaque entre plusieurs pays induisant un jeu de chaise musicale des directeurs sans fin… plus d’équipes mais une seule personne qui se retrouve avec des taches de 3 ou 4 personnes,, des équipes pris en tenailles entre le siège toujours plus exigeant, et un réseau toujours plus exigeant aussi, Les gens ne font plus que les taches dites incompressibles et non plus le temps de faire de l’analyse etc,,,

Pedro5
Invité

Dans toutes les boites c’est pareil, un coup de mou et on vous envoit un type de la centrale qui va vous sortir des histoires de synergies, d’efficacité accrue « c’est une nouvelle ere qui… » aller en gros toi la synergie ca ne sera que des slides dans un power point, la pression et les embrouilles generales c’est pour les autres…

Pallas
Invité

Même vécu, même ressenti…

Pallas
Invité

@POPEL : parfaitement en phase avec ton analyse. Etant comme toi collaborateur PSA, je ressens le même sentiment que le redressement d’Opel se fera en demandant encore plus d’efforts aux employés du groupe. Malgré toutes les coupes d’effectifs, de budgets, l’absence d’augmentation depuis plusieurs années, et la pression colossale, ça n’est jamais assez…

SAM
Invité

@POPEL. Je vous trouve pleins de bon sens! Je lis religieusement tous vos commentaires!

zeboss
Invité

tu devrais vite aller ailleurs, l’herbe y est plus verte…
la France n’a pas assez d’entreprises au dessus de la taille familiale, artisans, pour savoir que la pression est partout…
Avec ta mentalité, plus besoin de concurrents !
Va voir ailleurs, tu seras ravi, si possible dans l’automobile.

SGL
Invité

En fait, ce qui est bien dans l’histoire PSA va mieux dans un sacré b_rdel (simple constat en vue des dires de certains)
Et quand ils auront fini de couper les branches pourries cela ira encore mille fois mieux ! CQFD

POPEL
Invité

On verra comment ils continueront à avancer sans « branches pourries ». Les voitures ne se vendront pas toutes seules 🙂 Ah mais vous allez me répondre « mais si elles se vendent puisque PSA va mieux »…

Les résultats de PSA sont bons grâce aux réductions de coûts (et aussi grâce au mix prix-produit et aux petites économies sur le prix de revient des véhicules), mais lorsqu’il n’y aura plus d’effectifs à supprimer, il n’y aura plus de réductions de coûts pour améliorer les résultats. Ah mais si, les synergies avec Opel!

SGL
Invité

Tavares à miser sur des « petites économies » en attendant la sortie de la nouvelle génération d’autos.
Pour les 3008/5008, pas besoin de faire de la publicité pour vendre en majorité les versions haut de gamme avec un délai supérieure à 6 mois.
Pour Citroën, son tour viendra en 2018, la C3 étant qu’un hors-d’œuvre pour patienter pour la suite.
C3 Aircross, C5 Aircross entreront en scène.
Pour DS, la DS 7 sera le signe de renaissance.

POPEL
Invité

Si c’était des « petites économies », le groupe ne gagnerait pas autant d’argent en si peu de temps après la quasi-faillite. Par ailleurs, vendre des 3008 niveau 3-3+ avec des intérieurs de niveau 2, ou enlever des bouts de chrome par-ci par-là, forcément les marges s’améliorent… Et si les véhicules se vendent, PSA n’est pas en ligne avec le marché européen pour autant (volumes en baisse en Europe).

wizz
Membre
popel dans la réduction des couts chez PSA, il n’y a pas que la suppression du personnel. Il y a aussi la suppression des modèles de niche se vendant peu (et avec une marge de généraliste à image au rabais). C’est l’application du principe Paretto: est ce que ça vaut le coup de dépenser des centaines de millions pour un composant mécanique ou pour une version qui se vendra finalement peu, voire très peu…. On a tous en mémoire la suppression de la RCZ, mais on peut regarder aussi le côté moteur. PSA et Renault ont développé ensemble un V6… Lire la suite >>
Thomas
Invité

J’aime bien votre logo 😀
Mais il ne devrait pas refléter la réalité, PSA ne va pas bouffer OPel pour le faire disparaître comme ce fut le cas de Talbot(Chrysler Europe)ce serait suicidaire, ce n’est pas le but 😉

wpDiscuz