MAN renonce à développer des bus Euro-7
par Elisabeth Studer

MAN renonce à développer des bus Euro-7

Signe des temps et des difficultés pour les constructeurs de devoir courir deux lièvres à la fois …

Le constructeur de bus MAN n'investira pas dans la technologie Euro 7 et n’aura à son portefeuille que des bus zéro émission pour les villes et municipalités à partir de 2030.
Annonce faite parallèlement à la présentation de son dernier modèle de véhicule électrique à Barcelone : le Lion's City 10.

Zapping Le Blogauto Essai Citroën e-C4X de 136ch

MAN : aucun bus urbain à moteur thermique en Europe en 2030

"En 2030, nous ne vendrons aucun bus urbain à moteur thermique en Europe", a ainsi déclaré Heinz Kiess, responsable du marketing produit Bus chez MAN Truck & Bus, lors du Sommet mondial des transports publics UITP 2023, qui a débuté dimanche à Barcelone. 

« En regardant l'évolution du marché des bus urbains en Europe, nous ne pensons pas que les véhicules à essence auront un marché à l'avenir. Nous voyons de la place pour les bus à pile à combustible, mais pas plus de 10 % du marché des bus », a-t-il ajouté.

Impossible de courir deux lièvres à la fois ….

En novembre dernier, la Commission européenne a proposé de nouvelles limites d'émission pour l’Euro 7. Pour les bus et les camions de plus de 3,5 tonnes, ces limites doivent être contraignantes à partir de 2027, pour les petits véhicules utilitaires et les voitures particulières en 2025.

Or, si un constructeur veut mettre en circulation des véhicules conformes aux nouvelles normes Euro 7, cela lui impose de dédier à cette activité des ressources techniques et financières qui auraient dû être utilisées pour développer des technologies sans émissions - telles que l'hydrogène ou les véhicules électriques à batterie - et au contraire les réorienter vers le moteur thermique. 

Des efforts d’investissements multipliés par deux qui ont fait réagir le directeur du développement de MAN, Frederik Zohm. 

Selon lui, les politiciens devraient abandonner tout bonnement l’idée du projet de règlement Euro 7. Argument avancé : la mise en place de nouvelles normes plus contraignantes nécessiterait de la part des constructeurs des investissements importants, réduisant de facto les sommes disponibles pour financer le développement de propulsions alternatives.

Notre avis, par leblogauto.com

MAN n'est pas le premier constructeur à électrifier son portefeuille. L'année dernière, Daimler Buses a annoncé son intention de proposer uniquement des bus urbains électriques en Europe à partir de 2030. Son premier bus interurbain entièrement électrique devrait voir le jour en 2025. Pour la fin de cette décennie, le constructeur prévoit des autocars équipés de piles à combustible.

A noter qu’en février dernier, Luca de Meo, Président de l' Association européenne des Constructeurs Automobiles (ACEA) et DG du Groupe Renault – a carrément pointé la politique menée actuellement par l’UE. Estimant non seulement qu’elle s’avère être à contre-courant … mais contre productive, voire de nature à freiner les élans , et ce, alors même que les Etats-Unis multiplient au contraire les mesures pour doper leur industrie automobile.

 

“A travers le plan sur la Réduction de l'Inflation Loi (IRA), nous voyons les États-Unis stimuler leur industrie dans la transition verte, tandis que l'approche l'Europe est de réglementer l'industrie – « souvent de façon non synchronisée », a-t-il déploré. De Meo a ouvertement critiqué - une nouvelle fois - la politique de l’UE concernant l’Euro 7. Faisant référence à la proposition de l’Union européenne au sujet des émissions polluantes. Laquelle impose selon lui des contraintes irréalistes sur l'industrie, et pourrait même ralentir la transition vers la décarbonisation.

 

“Se conformer à l'Euro 7 entraînerait des augmentations de coûts qui pourraient dissuader les clients d'acheter ces nouvelles voitures”, a averti de Meo.

 

Il estime même que la mise en œuvre de telles mesures serait au final de nature à prolonger la durée de vie de la flotte automobile actuelle, conduisant au maintien sur les routes et de manière prolongée de voitures plus anciennes, polluant davantage.

 

“Nous soutenons que nous pourrions parvenir à un bien meilleur rapport coût-bénéfice, si nous réorientons les investissements considérables que l'Euro 7 nécessiterait vers l'électrification » avait alors déclaré De Meo. Selon lui, cela permettrait de produire des véhicules électriques plus abordables pour les consommateurs, et de développer des technologies "zéro émission" pour l'amélioration de la flotte.”

Sources : durable-bus,  mantruckandbus, ACEA

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Le constructeur de bus MAN n'investira pas dans la technologie Euro 7 et n’aura à son portefeuille que des bus zéro émission pour les villes et municipalités à partir de 2030.
En novembre dernier, la Commission européenne a proposé de nouvelles limites d'émission pour l’Euro 7. Pour les bus et les camions de plus de 3,5 tonnes, ces limites doivent être contraignantes à partir de 2027, pour les petits véhicules utilitaires et les voitures particulières en 2025.

Or, si un constructeur veut mettre en circulation des véhicules conformes aux nouvelles normes Euro 7, cela lui impose de dédier à cette activité des ressources techniques et financières qui auraient dû être utilisées pour développer des technologies sans émissions - telles que l'hydrogène ou les véhicules électriques à batterie - et au contraire les réorienter vers le moteur thermique.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.