par Elisabeth Studer

Continental – Clairoix : nombre de salariés encore sur la touche à l'heure du procès

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Alors que débutait mardi aux prud'hommes le procès concernant la fermeture en 2009 du site Clairoix de Continental, les «Conti» réclamant l'annulation de leur licenciement pour «absence de motivation économique», l'heure est également au bilan du nombre de salariés du site n'ayant pu trouver chaussure à leur pied. Selon les syndicats, près de la moitié des anciens salariés de l'usine de l'Oise, demeureraient - 4 ans après – toujours sans emploi. Selon Pierre Sommé, secrétaire FO du comité d'entreprise, s'exprimant dans le journal le Monde, "la vraie catastrophe arrive maintenant, après la fin du congé mobilité et des allocations chômage". Car l'un des enjeux du procès est constitué par le défaut de reclassement des 1173 salariés concernés, et ce, malgré un accord de méthode voté à l'unanimité et plus de 300 millions d'euros dépensés à ce jour par le groupe (sans compter les frais d'avocat et de cabinet de remplacement et de revitalisation), chose contestée par les syndicats. Lesquels estiment que Continental n'a pas respecté ses engagements.

«Continental a alimenté un fonds de 6 millions pour revitaliser le site et recréer 1100 emplois dans le bassin compiégnois», soulignent quant à eux les avocats de la direction, lesquels devront défendre à la barre la qualité du plan de reclassement et son effectivité. Indiquant par ailleurs avoir « 91% de solutions identifiées au 18 février», via CDI, CDD de plus de six mois ou formation.

Parallèlement Continental affirme que 53% des anciens salariés ont retrouvé un emploi en CDI, en CDD de plus de six mois ou en créant leur entreprise. Mais au final, qui dit formation … ne dit pas emploi. Selon Déborah David, avocate de Continental, seule une centaine de salariés serait encore suivie à ce jour par la cellule de reclassement alors que la période du plan s'est achevée en juin 2012.  Ajoutant que suite à la réforme des retraites de 2010, plus de 200 seniors se voient désormais contraints de compléter leurs ­trimestres.

Sources : Le Monde, Le Figaro, Libération

Crédit image : Continental

Pour résumer

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.