par Le Blog Auto

Hybride, hybride rechargeable : quelles différences ?

Les véhicules neufs uniquement thermiques feront bientôt partie du passé. Ils sont peu à peu remplacés par les voitures électriques, mais aussi les véhicules hybrides et hybrides rechargeables. Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque motorisation ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Les différentes technologies des voitures hybrides

D’abord, parlons d’acronymes. On lit souvent les termes de mHEV, PHEV, VEB, ou autres. Le VEB ou VE, c’est le véhicule électrique à batterie. Pour les hybrides, on distingue les mHEV ou « Mild hybrid electric vehicle » des PHEV ou « Plug-in Hybrid Electric Vehicle ». Le mHEV va être aussi appelé micro hybride, ou hybride léger, tandis que le PHEV est le fameux hybride rechargeable ou « full hybrid ».

A retenir

mHEV : Technologie Micro-Hybride ou Hybride Léger, sans recharge

PHEV : Technologie Hybride Rechargeable

Si un véhicule électrique est mu par un ou deux moteurs électriques, et seulement électriques, les véhicules hybrides vont être mis en mouvement à la fois par un moteur thermique et/ou un moteur électrique. C’est cette dualité que l’on appelle l’hybridation en automobile. Cependant mHEV et PHEV ont plus de différences qu’on ne le pense.

Un véhicule hybride simple (mHEV) va s’appuyer sur un moteur électrique souvent d’une puissance modeste, alimenté par une batterie lithium-ion, nickel-cadmium ou autre chimie, de petite capacité, de 1 à 3 kWh. Selon les constructeurs, le moteur électrique peut être intégré à la boîte de vitesse, ou au niveau de l’alternateur. L’hybridation va faire que l’alternateur, uniquement passif en temps normal, devient actif et va donner un coup de pouce au moteur thermique dans les phases de démarrage, d’accélération, etc.

Hybride rechargeable : des différences d’économies de carburant et d’émissions

Les avantages d’une batterie rechargeable grande capacité

Le PHEV pour sa part, a un moteur électrique qui va être relié à l’un des essieux. Le moteur électrique peut être sur le même essieu que le moteur thermique, ou sur l’autre essieu pour une transmission quatre roues motrices. Ici, la batterie est d’une plus grande capacité, et peut être rechargée sur une prise ou une borne de recharge en ville ou à domicile, contrairement à celle d’un mHEV. La capacité est de plus de 10 kWh et un PHEV est capable de rouler entre 40 et 60 km rien qu’avec le moteur électrique. mHEV comme PHEV peuvent récupérer l’énergie cinétique à la décélération et recharger leur batterie.

Un prix plus élevé à l’achat…

Outre ces premières différences techniques, il y en a d’autres qui en découlent. La tension électrique de fonctionnement par exemple. Elle est généralement de 48 volts dans un micro-hybride mHEV, et de plusieurs centaines de volts pour un hybride rechargeable. Si le moteur électrique ne va pas trop jouer sur le prix final de la voiture, la capacité de la batterie, elle, a une grande influence. Le système d’hybridation légère va être relativement indolore financièrement. A l’inverse, un véhicule avec système d’hybridation rechargeable va coûter plusieurs milliers d’euros supplémentaires par rapport à un moteur purement thermique.

…Mais une économie de carburant supérieure

La technologie d’hybridation simple va permettre d’économiser entre 1 et 10% de carburant selon la conduite et les voies de communication empruntées. En effet, le moteur électrique donne une aide, un boost au redémarrage ou lors d’une forte sollicitation. Mais l’aide est modeste. A l’inverse, le PHEV va pouvoir rouler uniquement en mode électrique, jusqu’à des allures autoroutières. Une fonctionnalité également utile pour les zones à faible émission dans les grandes métropoles. Sur des trajets de dizaines de kilomètres, la consommation de carburant fossile peut-être nulle. Et en conduite sur départementale, le moteur électrique est utilisé à chaque fois qu’il est suffisant pour faire rouler la voiture. Ainsi, la baisse de consommation de carburant est importante et le surcoût à l’achat peut vite être rentabilisé.

mHEV, PHEV ou VEB : quelle technologie choisir ?

Impossible de répondre à cette question de façon absolue. La réponse dépend de vos habitudes de circulation, de votre volonté de rouler plus ou moins « propre », ou autre. Un véhicule électrique va être très efficient, ne va pas émettre de CO2 à l’utilisation et a un confort de conduite important. En revanche, il a un rayon d’action plus ou moins limité et son coût d’achat peut être élevé malgré les aides d’Etat.

L’hybride léger (mHEV) pour sa part a l’avantage de ne pas coûter vraiment plus cher qu’un véhicule thermique. Il permet une baisse de consommation et d’émission de CO2 fossile. Ce faisant, cela fait baisser le malus écologique et peut même le réduire à zéro dans certains cas. Par contre, hors de question de faire les trajets du quotidien en 100% électrique.

Cela, c’est possible avec l’hybride rechargeable (PHEV). Et ce n’est pas le seul avantage puisque l’on peut avoir un véhicule très puissant qui ne sera pas soumis au malus de part un cycle d’homologation WLTP plutôt favorable. Le PHEV c’est l’alliance du véhicule électrique et du véhicule thermique, le meilleur des deux mondes.

Pour résumer

Les véhicules neufs uniquement thermiques feront bientôt partie du passé. Ils sont peu à peu remplacés par les voitures électriques, mais aussi les véhicules hybrides et hybrides rechargeables. Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque motorisation ?

Le Blog Auto
Rédacteur
Le Blog Auto

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.