LeTV (et Faraday Future) un peu plus proche du gouffre
par Joest Jonathan Ouaknine

LeTV (et Faraday Future) un peu plus proche du gouffre

La CSRC (China Security Regulation Commission ; le gendarme de la bourse Chinoise) a refusé des prêts à LeTV. Elle a également demandé à ce que Jia Yueting et Jia Yuefang soient écartés du conseil d'administration de Leshi Internet Information & Technology Corp (la holding qui pilote LeTV, LeEco, Faraday Future, etc). Encore une mauvaise nouvelle de plus.

Zapping Le Blogauto Essai du Mercedes GLC 220D

La CSRC (China Security Regulation Commission ; le gendarme de la bourse Chinoise) a refusé des prêts à LeTV. Elle a également demandé à ce que Jia Yueting et Jia Yuefang soient écartés du conseil d'administration de Leshi Internet Information & Technology Corp (la holding qui pilote LeTV, LeEco, Faraday Future, etc). Encore une mauvaise nouvelle de plus.

De héros à zéro... Il y a tout juste deux ans, Jia Yueting était un demi-dieu en Chine. Avec Jack Ma (Alibaba), il représentait la jeune génération de web-entrepreneurs Chinois ; des gens capables de tutoyer les patrons d'Apple ou de Google. En décembre 2015, Jia et LeTV signaient un accord avec Aston Martin.

Deux ans plus tard, Aston Martin a coupé les ponts avec Leshi Internet Information & Technology Corp. L'usine de Faraday Future est livrée à la végétation et l'écurie de Formule E Dragon Racing a repris son ancien nom. FF aurait un projet fumeux d'usine en Californie et Tata aurait investi dans le constructeur (une information jamais confirmée par les Indiens).

Se lancer dans l'automobile, ça coute très cher. Comme d'autres, Jia a du emprunter lourdement. En Chine, tant que l'on a des "connexions", tout va bien. Or, justement, il semblerait que le golden boy ne soit plus en odeur de sainteté à Pékin. La CSRC l'accuse désormais d'avoir demandé de nouveaux prêts, en sachant pertinemment qu'il ne pourra pas les rembourser. Entre rumeurs de faillite et dette abyssale, le cours du groupe s'effondre. Notamment celui de la pépite LeTV. Signe de sa disgrâce, Jia n'a pas été invité au World Internet Conference, la grand messe de l'internet chinois.

Pour se faire oublier, Jia avait fait appel à sa grande sœur, Jia Yuefang, pour jouer les Hommes de paille. D'ordinaire, les milieux d'affaires chinois ferment les yeux. Néanmoins, là, la CSRC a déclaré qu'elle ne voulait plus voir aucun Jia à la tête de Le.

Clairement, le groupe est dans une impasse. Au lieu de lui tendre une perche, Pékin a miné le terrain, faisant fi des emplois en jeu ou de la mauvaise image renvoyée par un naufrage de Le. Au mieux, une autre entreprise pourrait racheter LeTV. Mais les autres filiales, notamment Faraday Future) semblent condamnées.

Crédit photo : Faraday Future

Source : Gasgoo

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

La CSRC (China Security Regulation Commission ; le gendarme de la bourse Chinoise) a refusé des prêts à LeTV. Elle a également demandé à ce que Jia Yueting et Jia Yuefang soient écartés du conseil d'administration de Leshi Internet Information & Technology Corp (la holding qui pilote LeTV, LeEco, Faraday Future, etc). Encore une mauvaise nouvelle de plus.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.